top of page
Radio show microphones

Wonks and War Rooms

clipart1711928.png
Flux RSS Icon_White
Icône Spotify_Blanc
Icône de podcasts Google_White.png

Influence personnelle en politique

Saison : 6 épisode : 1 [télécharger cet épisode (MP3, 13.3 MB) (en anglais uniquement)]


[Veuillez noter que le contenu du balado est traduit de la version originale anglaise]


Préparez-vous à un voyage intriguant dans la sixième saison de Wonks & War Rooms! Rejoignez Elizabeth Dubois pour découvrir la dynamique de l'influence personnelle en politique, en particulier lorsqu'elle évolue avec les nouvelles technologies. Dans cet épisode, Elizabeth parle de son expérience en politique et de la manière dont elle l'a poussée à s'interroger sur ce qui constitue une influence personnelle et sur le rôle que joue la technologie dans la communication politique.


Elle donne également un aperçu du contenu de cette saison.


De nouveaux épisodes sont diffusés chaque semaine, le mercredi matin, et permettent de plonger dans le monde de l'influence personnelle dans le monde des politiques.


Ressources supplémentaires :

 

Transcription traduite de l'épisode : Influence personnelle en politique


Lisez la transcription traduite ci-dessous ou téléchargez une copie dans la langue de votre choix :


Elizabeth : [00:00:04] Bienvenue à Wonks and War Rooms, où les théories de communication politique rencontrent la stratégie sur le terrain. Je suis votre animatrice, Elizabeth Dubois. Je suis professeure agrégée à l'Université d'Ottawa et Chaire de recherche en politique, communication et technologie. Mes pronoms sont elle/la. Je suis ravie d’annoncer le début de la sixième saison. Cette saison, nous nous intéressons à l'influence personnelle en politique et son évolution au fur et à mesure que les nouvelles technologies sont intégrées aux stratégies de campagne. C'est un sujet qui m'intéresse depuis au moins 2007, lorsque j'ai travaillé pour la première fois sur la Colline du Parlement en tant qu'étudiante de premier cycle. Dans l'épisode d'aujourd'hui, plutôt que d'interviewer un.e invité.e, je vais vous parler un peu de l'époque où je travaillais dans la salle de crise, de mon expérience sur la Colline du Parlement et en politique, et de la façon dont cela m'a amené à faire des recherches sur l'influence personnelle en politique. Je passerai ensuite un peu de temps à vous donner un aperçu de ce à quoi vous pouvez vous attendre cette saison.


[00:01:00] Donc. Nous sommes en 2007, le grand public vient de commencer à utiliser Facebook. Votre mère a peut-être déjà un compte, mais c'est encore très jeune. Twitter existe depuis un an, et le hashtag #CDNpoli gagne en popularité parmi nous, les intellos de la politique. Il y a beaucoup plus de journalistes et de membres de la société civile. Il n'y a pas encore beaucoup de députés et de candidats, mais c'est en bonne voie. Beaucoup de gens envoient encore des SMS à Twitter pour poster un tweet lorsqu'ils sont en déplacement, parce que l'application n'existe pas encore. J'étais étudiante de premier cycle à l'Université d'Ottawa, et après une année en tant que page à la Chambre des communes, où l'on passait des notes et servait de l'eau aux membres du Parlement, j'avais besoin d'un emploi. J'ai eu un entretien avec une députée qui m'a demandé comment je pouvais aider son bureau. Elle venait d'être élue et n'avait pas encore de personnel à Ottawa, ni de bureau. J'avais 18 ans et je savais ce qu'était Twitter. Je lui ai donc dit que je pouvais m'occuper de sa stratégie en matière de médias sociaux. J'ai créé sa page Facebook, son blog, son compte Twitter. Vous savez, sans vouloir me vanter, elle était la troisième ou quatrième députée au Canada à avoir un compte. J'ai dû l'aider à déterminer quel type de contenu publier, comment déterminer si quelqu'un se trouvait ou non dans sa circonscription, s'il était ou non au Canada, s'il s'agissait ou non d'une personne réelle. Nous avons débattu de la question de savoir si nous devions signer de notre nom les contenus que nous publions, au lieu que ce soit la députée elle-même qui les publie. Nos objectifs en matière de médias sociaux étaient d'accroître la visibilité de la députée et d'entrer en contact avec de jeunes électeurs potentiels. Nous n'étions pas vraiment intéressés par la simple diffusion d'informations, même si, bien sûr, nous l'avons fait aussi.


[00:02:49] Mais en réalité, nous voulions créer des espaces d'interaction et de discussion politiques. Certaines choses ont fonctionné, d'autres non. J'ai trouvé tout cela vraiment fascinant. Je me souviens avoir créé un wiki pour demander des commentaires sur une législation à venir, je ne me souviens même plus laquelle . Nous avons eu 3 ou 4 utilisateurs très, très engagés, mais pour le reste, ce fut un peu un échec. Nous n'avons pas réessayé l'approche wiki, mais nous avons également commencé à bloguer et tous les membres du bureau se sont relayés pour rédiger de courts articles ; cela a beaucoup mieux fonctionné. Nous avons reçu de nombreuses demandes de la part des médias après chacun de ces articles. Nous avons utilisé Facebook, Twitter et YouTube pour partager de courts extraits de la période de questions ou des citations de discours prononcés par les députés.


[00:03:34] Je me suis vite rendue compte que ma patronne n'allait pas pouvoir s'engager en permanence sur ces plateformes, elle n'en avait pas le temps. Nous n'avions pas les téléphones que nous avons aujourd'hui dans nos poches, ce qui rendait les choses difficiles d'un point de vue technique. Mais ce qui était génial, c'est que les gens qui la suivaient commençaient à participer et à avoir des conversations entre eux. La discussion politique que nous espérions a été déclenchée, et elle a pris un nouvel essor. Plus tard, dans un rôle différent, j'ai organisé une délégation de jeunes pour qu'ils se rendent à des conférences de l'ONU sur le changement climatique. J'ai fait la promotion des candidatures à la conférence via les médias sociaux. J'ai pris contact avec des personnes dont je n'avais entendu parler que sur Twitter. Nous avons fini par partager un appartement pendant deux semaines à Copenhague, lors de la conférence. Deux d'entre eux sont d'ailleurs mariés aujourd'hui, en fait. Nous avons créé ces liens sociaux, ces connexions, entièrement via l'internet. Nous avons également créé toute une série de contenus sur les médias sociaux dans le but de partager ce que nous apprenions lors de ces conférences, avec nos cercles politiques dans notre pays, pour essayer de faire du changement climatique un sujet de discussion, une priorité.


[00:04:44] Ensuite, pendant les élections, j'ai également aidé les bureaux de campagne à effectuer un travail politique plus traditionnel : frapper à la porte, coordonner les déplacements vers les bureaux de vote les jours d'élection, faire du démarchage téléphonique, etc. Nous parlions aux gens des questions importantes pour la campagne, nous essayons de savoir quelles étaient les questions qui tenaient le plus à cœur à la personne, nous essayons de déterminer si elle était susceptible de voter et pour qui elle pourrait voter. Pendant tout ce temps, j'étais une étudiante en communication qui essayait franchement d'impressionner ses professeurs. Je réalisais des projets dans lesquels j'appliquais des théories assez anciennes à des technologies plus récentes, et c'était quelque chose qu'ils n'avaient jamais vu auparavant. C'était passionnant et intéressant pour moi, et j'ai fini par obtenir d'assez bonnes notes [rires]. Mais c'est là que l'influence personnelle entre vraiment en jeu.


[00:05:34] Dans le domaine de la communication, et plus particulièrement dans les études sur les médias, il existe une idée appelée l'hypothèse d'un flux en deux étapes. Katz et Lazarsfeld l'ont avancée dans les années 50 en réponse à un certain nombre de craintes concernant les modèles de communication à effets directs. On craignait que la propagande soit capable d'infiltrer l'esprit des gens et de changer leurs opinions, comme ça. Mais ce que Katz et Lazarsfeld ont suggéré, c'est qu'en fait, la plupart des gens ne sont pas immédiatement changés par ce que dit la propagande, les médias grand public ou un homme politique donné... En fait, la plupart des gens comptent sur leur cercle social pour les aider à interpréter et à filtrer les informations. Les personnes qui aident à interpréter et à filtrer les informations sont appelées les leaders d'opinion. Ils représentent ces deux étapes dans le flux d'informations, ils sont en plein milieu.


[00:06:34] Imaginons que quelque chose vienne des médias grand public : un article de presse, un leader d'opinion qui prête une attention particulière à l'actualité (il s'intéresse plus à l'actualité que la plupart des gens), qui lit cet article, puis qui décide de le partager ou non avec ses amis, sa famille, ses collègues et ses camarades de classe. Cette personne choisit le moment de créer la deuxième étape du flux d'informations, et elle va l'encadrer et l'emballer d'une manière qui a du sens pour ses amis et sa famille. Les leaders d'opinion exercent donc une influence personnelle. Ils utilisent la pression sociale, le soutien social et les relations qu'ils entretiennent avec leurs amis et leur famille pour communiquer l'information et, en théorie du moins, changer les opinions, les attitudes et les comportements de ces membres du grand public.


[00:07:26] Cette théorie a été adaptée et modifiée au fil des années depuis sa création. De toute évidence, l'environnement médiatique actuel est très différent de celui des années 50. Mais la notion d'influence personnelle est restée très pertinente et très importante. J'ai été très intrigué par l'hypothèse du flux en deux étapes, parce qu'il me semblait que le leadership d'opinion était assez similaire à ce qui se passait lorsque nous utilisions Twitter pour discuter de politique, et qu'il était également similaire lorsque nous allions frapper à la porte pour essayer de convaincre les gens qu'ils devaient sortir et voter. Mais c'était un peu différent. 


[00:08:06] Vous savez, sur Twitter, il y avait aussi des politiciens et des journalistes. Et lorsque nous faisions du porte-à-porte, nous ne connaissions pas nécessairement très bien les personnes avec lesquelles nous discutions, nous n'avions pas de relations sociales de longue date avec elles. Au cours de ma licence, j'ai donc essayé d'étudier ces idées. J'ai essayé de comprendre quand le flux en deux étapes et le leadership d'opinion avaient un sens en politique, et quand ils n'en avaient pas ; quand ils avaient un sens dans notre environnement infusé par les médias sociaux, et quand ils n'en avaient pas. J'ai ainsi développé une petite spécialité dans les médias sociaux et la communication politique. Puis, une fois que mes études de premier cycle soient terminées, je me suis éloignée de la politique partisane et j'ai entamé des études supérieures à l'Oxford Internet Institute. C'est là que j'ai fait ma maîtrise et mon doctorat. À l'université. Je me suis concentrée sur l'idée des leaders d'opinion et j'ai commencé à poser des questions telles que : comment les gens choisissent-ils leurs canaux de communication lorsqu'ils partagent des idées politiques, lorsqu'ils essaient d'influencer les opinions, les comportements et les attitudes d'autres personnes ? Quand est-ce que quelqu'un choisit-il de tweeter une opinion politique, d'envoyer par courriel un article de presse qui fonde cette opinion, ou d'avoir un débat politique autour d'une bière pour essayer de convaincre un ami de cette opinion politique ?


[00:09:24] Quelques années plus tard. Je suis maintenant professeure à l'Université d'Ottawa et j'enseigne un cours intitulé « Personal Influence : From Social Media Influencers to Artificial Intelligence » (Influence personnelle : des influenceurs des médias sociaux à l'intelligence artificielle). Dans ce cours, nous partons de l'idée première des leaders d'opinion, puis nous passons aux influenceurs des médias sociaux et aux créateurs de contenu avant d'examiner la personnalisation, l'analyse augmentée, le contenu synthétique et toutes ces autres approches infusées par l'IA pour traiter des tonnes de données personnelles et le ciblage stratégique de la publicité et de la communication. Je me demande comment ces technologies évoluent, à quoi ressemble l'influence personnelle et quand est-elle utile en politique. C'est également le voyage que nous allons entreprendre cette saison de la balado. Chaque semaine, un.e invité.e me rejoindra pour discuter d'une théorie ou d'un concept connexe. Nous avons des stratèges de campagnes numériques, des journalistes, des créateurs de contenu pour les médias sociaux et bien d'autres encore, tous prêts à parler de sujets tels que les relations parasociales, les influenceurs d'actualité, les données et la personnalisation dans les campagnes, et l'utilisation de l'IA générative en politique. Mais avant d'entamer la saison, j'aimerais prendre quelques minutes pour vous présenter quelques théories et concepts fondamentaux que vous verrez apparaître tout au long de la saison.


[00:10:48] Nous avons déjà parlé de l'hypothèse du flux en deux étapes et des leaders d'opinion, et si cela vous intéresse, vous pouvez revenir en arrière et écouter l'épisode quatre de la première saison, où j'ai parlé avec une militante chevronnée du flux en deux étapes et du leadership d'opinion. Mais pour vous donner les grandes lignes, les leaders d'opinion présentent quelques caractéristiques essentielles qui sont vraiment importantes. Les leaders d'opinion sont des gens ordinaires, si ce n'est qu'ils accordent plus d'attention à une question particulière ; ils ont généralement un créneau dans lequel ils sont un leader d'opinion. Dans ce cas, nous parlons généralement de leaders d'opinion politiques, et ils finissent par être considérés comme des experts par leurs pairs sur ce sujet particulier. Ils ont également accès aux connaissances sur ce sujet. Cela ne veut pas dire qu'ils sont nécessairement les plus experts ou les mieux informés, mais par rapport aux amis et à la famille pour lesquels ils sont leaders d'opinion, ils sont juste un peu au-dessus. Ces leaders d'opinion doivent également avoir un certain niveau d'audience, et nous ne parlons pas d'audience au sens d'une célébrité et de son énorme base de fans, ou même d'un influenceur des médias sociaux et de son énorme audience. Nous entendons par là : avoir des relations sociales. Et ensuite, en termes de connexions sociales, ils sont intégrés socialement d'une manière qui leur permet d'exercer une pression sociale et d'apporter un soutien social.


[00:12:15] Ces leaders d'opinion servent de pont d'information entre les médias de masse et le grand public, mais nous pouvons également considérer qu'ils servent de pont entre toute source d'information existante et d'autres personnes. Il peut s'agir d'un leader d'opinion à un autre leader d'opinion à un autre leader d'opinion ou un abonné. Ces leaders d'opinion finissent souvent par donner des conseils et des points de vue. Ils ne pensent pas nécessairement qu'ils tentent d'influencer, et parfois ils ne peuvent même pas retracer l'influence qu'ils ont eue. Ils peuvent servir de modèle, par exemple, où l'influence est beaucoup moins tangible à un moment précis, mais dans l'ensemble, a un impact au fil du temps. Ces leaders d'opinion partagent leurs expériences personnelles et utilisent leurs expériences partagées avec leurs partisans, leurs amis, leurs collègues, leur famille, etc. afin de communiquer des informations d'une manière significative.


[00:13:25] Cette hypothèse a été remise en question par un certain nombre de personnes, et l'une d'entre elles a suggéré que nous avons moins besoin d'influence personnelle, car nous avons un tel accès à la technologie qui nous permet de cibler et de personnaliser les messages. Nous pouvons aller sur les médias sociaux et recevoir toutes les informations qui nous sont destinées, que nous ayons ou non des leaders d'opinion dans notre fil d'actualité. Prenons l'exemple de TikTok. Vous créez un compte et il ne vous faudra que quelques minutes pour recevoir des vidéos qui portent exactement sur les sujets qui vous intéressent ; vous n'avez pas besoin d'un ami pour vous aider à passer en revue tout le contenu.


[00:14:09] Nous avons également de nouvelles relations avec notre environnement médiatique. Il y a une fragmentation où chacun est exposé à différentes tranches de l'environnement d'information, ce qui pourrait signifier que nous finissons par nous éloigner de notre cercle social en termes d'informations que nous consommons. Enfin, l'idée qui sous-tend le leadership d'opinion repose vraiment sur la communication interpersonnelle et la dynamique de groupe, qui sont très importantes. Mais certaines personnes ont remarqué qu'avec le temps, l'appartenance à un groupe n'est peut-être plus aussi importante aujourd'hui dans notre contexte de réseau. Ce sont donc des concepts que nous allons aborder au cours de cette saison. Je voulais également souligner que l'idée de persuasion a fait l'objet d'une multitude de recherches.


[00:15:05] La persuasion peut être définie comme une communication humaine destinée à influencer les jugements et les actions d'autrui. La persuasion n'est pas seulement interpersonnelle, elle ne se limite pas à la communication personnelle et à l'influence personnelle. Les publicités, par exemple, peuvent certainement être persuasives. Mais la communication interpersonnelle est en grande partie de la persuasion [rires]. Il existe de nombreuses théories sur le fonctionnement et les raisons de la persuasion. Par exemple, nous pouvons penser à la réciprocité. Les gens sont beaucoup plus enclins à faire quelque chose pour les autres qui ont déjà fait quelque chose pour eux. Nous savons également que la validation sociale est une chose que les gens sont plus enclins à faire lorsque d'autres le font déjà.


[00:15:47] Nous savons que les gens réagissent à l'autorité. Nous savons que les gens aiment se sentir membres d'un groupe, unis et faisant partie du "nous" plutôt que du "eux". Il existe donc un grand nombre de théories psychologiques auxquelles il est important de réfléchir lorsque nous essayons de comprendre ce qu'est l'influence personnelle en politique. Nous pouvons également tirer des enseignements de la littérature commerciale et marketing : le marketing de bouche à oreille et le marketing électronique de bouche à oreille ont joué un rôle très important dans la vente de produits, de services et d'idées au fil des ans. La politique a beaucoup à apprendre du monde des affaires. En particulier lorsque nous commençons à parler d'influenceurs dans les médias sociaux et de marketing d'influence dans les médias sociaux, nous allons voir beaucoup de ces idées issues du commerce apparaître en politique.


[00:16:43] Enfin, il y a beaucoup à apprendre de l'histoire des campagnes politiques. Nous pouvons réfléchir à l'évolution de l'influence personnelle au fil du temps en examinant la manière dont les technologies ont été intégrées dans les campagnes. Le face à face et l'organisation locale ont toujours été au cœur des campagnes, mais lorsque les médias de masse se sont répandus, les campagnes ont commencé à se concentrer davantage sur l'atteinte des masses. Elles ont commencé à intégrer des techniques de diffusion plus larges dans leurs approches, sans éliminer les efforts d'organisation locale et de face à face, mais en les complétant ; il s'agissait d'une nouvelle couche. Dans les années 90, l'accent a été mis sur la segmentation des électeurs et sur une communication plus directe avec différents types de groupes d'électeurs.


[00:17:30] Plus récemment, on a assisté à une phase de micro-ciblage utilisant des quantités massives de données personnelles collectées sur les gens, puis à la recherche de moyens d'utiliser les réseaux sociaux pour promouvoir la communication de pair à pair. C'est ainsi que l'on commence à voir des choses comme la campagne relationnelle, où les partis demandent à leurs bénévoles de partager des messages politiques par le biais de textes, de réseaux sociaux et de courriels afin de faire passer le message spécifique de leur campagne à un plus grand nombre de personnes. Je pense que les prochaines élections seront marquées par une utilisation croissante des médias synthétiques. Le contenu synthétique est créé à l'aide de l'IA générative et il est utilisé de différentes manières. C'est très expérimental en ce moment, et je m'attends absolument à ce que nous voyions certaines de ces expériences impliquant des choses qui pourraient changer ce à quoi ressemble l'influence personnelle, et nous y reviendrons à la fin de la sixième saison.


[00:18:37] Pour l'instant, je vous laisse partir et j'espère vous avoir donné beaucoup de raisons de vous réjouir de la sixième saison de Wonks and War Rooms. Comme toujours, vous trouverez des liens vers de nombreuses ressources dans les notes de l'émission, et vous pouvez vous rendre sur polcommtech.com pour les transcriptions annotées en anglais et en français. Merci d'avoir écouté.




Logo  de la saison 6 du balado Wonks and War Rooms

Comments


Commenting has been turned off.
1/16
bottom of page