top of page
Radio show microphones

Wonks and War Rooms

clipart1711928.png
Flux RSS Icon_White
Icône Spotify_Blanc
Icône de podcasts Google_White.png

Action collective ou action connective avec Michael Redhead Champagne

Saison 6 épisode 8 [télécharger cet épisode (MP3, 27.3MB) (en anglais uniquement)]


[Veuillez noter que le contenu du balado est traduit de la version originale anglaise.]


Cette semaine, Elizabeth s'entretient avec Michael Redhead Champagne, un organisateur communautaire de Winnipeg qui s'efforce de démanteler les systèmes nuisibles et d'en construire de meilleurs grâce aux pratiques et aux connaissances autochtones. Ils discutent des logiques d'action collective et connective, et de l'importance de créer des réseaux de personnes pour promouvoir et soutenir le changement. Michael parle de la construction d'une toile d'araignée ou d'un réseau pour faire avancer le changement, soulignant à quel point il est essentiel de favoriser les liens sociaux pour faire avancer le changement politique. Elizabeth demande également à Michael comment il utilise les médias sociaux pour diffuser l'information et impliquer les gens.


Note complémentaire : Nous recueillons des exemples d'impact du podcast et nous aimerions que vous y participiez. Merci de prendre deux minutes pour remplir ce court questionnaire afin de nous faire part de vos commentaires sur le podcast.


Ressources supplémentaires :

 

Transcription traduite de l'épisode : Action collective ou action connective avec Michael Redhead Champagne


Lisez la transcription traduite ci-dessous ou téléchargez une copie dans la langue de votre choix :



Elizabeth Dubois: [00:00:04] Bienvenue à Wonks and War Rooms, où la théorie de la communication politique rencontre la stratégie sur le terrain. Je suis votre animatrice, Elizabeth Dubois. Je suis professeure agrégée à l'Université d'Ottawa et titulaire d'une Chaire de recherche de l'Université en Politique, communication et technologie. Mes pronoms sont elle/la. Aujourd'hui, nous parlerons d'action connective et collective avec Michael Redhead Champagne. Mais avant d'entrer dans le vif du sujet, j'ai une petite question à poser aux auditeurs. L'une des principales choses que nous devons faire dans le monde universitaire est de montrer les résultats et l'impact de notre travail. Cela nous aide à financer des choses, comme les podcasts, et à obtenir des subventions. J'aimerais donc que vous me disiez si vous avez utilisé ce podcast dans le cadre de votre travail, de votre engagement communautaire, de votre classe, ou autre, merci de me le faire savoir. J'aimerais pouvoir documenter les exemples de la manière dont ce podcast a aidé les gens à s'engager dans leur système politique et à faire leur travail. Vous pouvez donc nous envoyer un courriel à l'adresse polcommtech@gmail.com. C'est polcommtech@ gmail.com. Vous pouvez nous trouver sur nos médias sociaux, et vous pouvez consulter les notes de l'émission pour un lien vers un formulaire que nous avons créé, pour tous ceux qui veulent remplir un formulaire Google avec quelques invites. Merci beaucoup, et commençons avec l'épisode. Très bien, Michael, pouvez-vous vous présenter, s'il vous plaît ?


Michael Redhead Champagne: [00:01:26] Tanisi [note : tanisi signifie bonjour en cri], je m'appelle Michael Redhead Champagne et je suis très heureux d'être ici aujourd'hui. Je suis basé dans le nord de Winnipeg, au Manitoba, mais les racines de ma famille remontent jusqu'à la Première nation de Shamattawa. Je suis un organisateur communautaire, un nouvel auteur de livres pour enfants [cliquez ici pour en savoir plus sur le nouveau livre de Michael : We Need Everyone] et un aidant communautaire dans le cadre de mon travail. Je travaille dans différents systèmes et je suis vraiment passionné par le fait d'essayer de centrer l'expérience vécue dans tout le travail que je fais, ainsi que d'amplifier et d'expliquer, je dirais, les pratiques et les connaissances autochtones et la façon dont certains de ces enseignements autochtones peuvent nous aider à améliorer différents systèmes. J'aime donc les systèmes et les politiques, mais j'aime aussi m'amuser. Je pense que l'une de mes plus grandes passions est l'application des connaissances, pour essayer de présenter certains de ces concepts politiques plus compliqués dans un langage ou des formats que les enfants, les jeunes et les personnes qui ne sont peut-être pas exposées à ce monde puissent facilement comprendre et commencer à participer. Je travaille donc à une révolution, où les systèmes deviennent un peu meilleurs et un peu plus équitables pour les personnes qui n'ont pas eu de pouvoir dans le passé, et nous voulons nous assurer qu'elles en auront à l'avenir.


Elizabeth Dubois: [00:02:50] Génial. Merci beaucoup. Félicitations pour votre livre et pour tout le travail incroyable que vous faites. Je suis ravie de pouvoir discuter avec vous aujourd'hui. Nous parlons d'action collective et d'action connective, et de toutes les façons dont cela aide ou non les gens à s'engager dans leurs systèmes politiques, à rendre le monde meilleur, à faire avancer les changements que nous voulons voir dans le monde. L'action collective [consultez: Collective Action 101: What Are Large-Scale Collective Action Problems?], c'est donc l'idée que le groupe doit se réunir pour apporter des changements particuliers. L'action collective pourrait donc être une action collective comme celle qui a été nécessaire pour que les femmes obtiennent le droit de vote, n'est-ce pas ? On peut aussi penser au féminisme. On peut penser à Black Lives Matter. À Idle No More [note : Idle no More est un mouvement social dirigé par les autochtones pour les droits autochtones et la protection de la terre, de l’eau et du ciel]. Il existe toutes sortes d'exemples d'actions collectives. En général, lorsque nous réfléchissons à l'action collective d'un point de vue académique, il y a cette logique selon laquelle il faut surmonter l'idée de la « tragédie des biens communs » [consultez: Qu’est-ce que la tragédie des biens communs? - Nicholas Amendolare]. La tragédie des biens communs, c'est donc : « Si nous faisons cela tous ensemble, ce sera mieux pour tout le monde. Mais si nous le faisons individuellement, la contrepartie ne semble pas si importante, alors pourquoi se donner la peine de faire des efforts ? » Le changement climatique en est un excellent exemple. En tant que planète, nous devons faire quelque chose, mais à titre individuel, conduire est pratique et l'utilisation de nombreux produits pétroliers est vraiment utile dans la vie de tous les jours.


Elizabeth Dubois: [00:04:16] La logique de l'action connective [note : Elizabeth a dit par erreur « connective » mais voulait dire « collective »]  suggère donc que c'est en s'organisant, en ayant un leader fort et en disposant d'une communauté et d'une infrastructure établies dont on peut faire partie que l'on surmonte cette tragédie des biens communs. C'est ainsi que nous pourrons surmonter cette attitude individualiste qui consiste à dire : « Ce n'est pas bon pour moi à court terme, alors je n'y pense pas ». Ensuite, dans la théorie universitaire, nous avons cette idée d'action connective, qui a émergé lorsque l'internet et les médias sociaux sont devenus plus populaires et plus accessibles [consultez: The logic of connective action: Digital media and the personalization of contentious politics]. Au même moment, ou plutôt à peu près au même moment, beaucoup de gens parlaient du pouvoir de démocratisation de l'internet, et tout le monde se disait : « Voyons donc, plus de gens peuvent être impliqués. Nous pouvons nous impliquer dans toutes les questions qui nous tiennent à cœur. À n'importe quel moment de la journée. On ne doit plus nécessairement faire partie de ce système géant, de ce mouvement établi. On n’a pas besoin de l'infrastructure. On n’aura peut-être même pas besoin des leaders ». Nous pourrions penser à des choses comme anonymous, où il n'y a pas de leader spécifique, vous voyez? On se retrouve alors potentiellement dans une situation où l'internet et les outils connexes modifient ce dont on a besoin pour surmonter certains de ces obstacles au changement de la société. Il y a encore beaucoup à faire. Mais cela fait un moment que je parle. Alors premières réflexions, questions, réactions, et nous approfondirons la question au fur et à mesure.


Michael Redhead Champagne: [00:05:32] J'adore ce que vous venez de dire. Permettez-moi de répondre en vous racontant une histoire, si vous êtes d’accord.


Elizabeth Dubois: [00:05:38] Oui, s'il vous plaît.


Michael Redhead Champagne: [00:05:39] Je suis donc Swampy Cree, et dans l'histoire de la création de notre Première nation, il y a une phrase que nous disons souvent : « Nous sommes le peuple des étoiles ». La raison pour laquelle nous disons « Nous sommes le peuple des étoiles » est qu'il existe une tradition orale au sein de notre peuple selon laquelle « il était une fois tous les êtres de lumière dans les étoiles, et l'un après l'autre, nous sommes descendus sur la terre ». La raison pour laquelle nous sommes descendus, c'est que quelqu'un appelé Star Woman a demandé de l'aide à Grandmother Spider. Grandmother Spider a donné quelques paramètres, puis a fait descendre Star Woman sur la terre. Nous sommes tous des êtres de lumière, et nous sommes tous descendus comme Star Woman l'a fait à partir du fil des étoiles ». Et nous le savons tous, car si vous avez un nombril, c'est de là que vous êtes descendu. Pour ceux d'entre nous qui reconnaissent Star Woman, Grandmother Spider et l'objectif de comprendre d'où nous venons, le lien avec l'endroit d'où nous venons, vous entendre parler de choses comme le tissu conjonctif m'a fait penser à la toile d'araignée et à la façon dont ce concept peut être répandu dans un concept céleste lorsque nous parlons de l'histoire de la création crie, mais peut également être appliqué à un concept basé sur la communauté.


Michael Redhead Champagne: [00:06:55] Et c'est vraiment ainsi que nous travaillons, en particulier à Winnipeg. Nous sommes l'un des environnements urbains où la proportion d'autochtones est la plus élevée au Canada. Et je pense que cela nous permet de tirer parti de certaines de ces connectivités autochtones. La tradition orale est donc très importante. L'établissement de relations et la réciprocité sont des éléments importants. La création d'un réseau à Winnipeg a été le seul moyen pour moi de réussir. Ce réseau s'est élargi au point que je suis maintenant en mesure de communiquer avec des gens à l'extérieur du Canada et dans le monde entier en utilisant ce même réseau de tissu conjonctif fait de relations et de réciprocité. Cela me permet de contourner un grand nombre de barrières qui se dressent. On nous dit souvent non. On nous dit : « Faites-le dans le cadre du processus, faites-le de la bonne manière ». Citation, citation. Et nos tissus conjonctifs nous emmènent parfois dans une direction différente, parfois dans une direction détournée, pour nous amener à une réponse plus directe.


Michael Redhead Champagne: [00:07:56] J'ai donc entendu toutes sortes de toiles d'araignées pendant que vous parliez. Mais des toiles d'araignée, à la manière de la belle histoire de la création, où Grand-Mère Araignée nous donne les instructions dont nous avons besoin pour vivre ici sur la Terre. Et ce que je n'ai pas dit, c'est que lorsque Star Woman vient passer du temps sur la Terre, elle n'est là que pour une visite, puis elle retourne dans les étoiles. Mais cette visite dure toute une vie. Et lors de cette visite, ce qu'elle doit vraiment faire, c'est laisser un cadeau aux gens qui sont ici. Elle doit se souvenir de sa connexion et des autres choses que nous attendons d'elle. Il ne s'agit pas seulement de laisser ce cadeau et de se souvenir de ce lien, mais aussi, bien sûr, de s'assurer qu'elle partage les connaissances qu'elle apporte avec elle.


Michael Redhead Champagne: [00:08:38] Et c'est ce que nous devons tous faire lorsque nous participons à l'un de ces réseaux. Un comité est donc comme une toile d'araignée, n'est-ce pas? Une équipe de personnes qui organise un événement dans le cadre d'Idle no More est comme une toile d'araignée. Et certains des autres exemples que vous avez mentionnés, plus récents, me rappellent ces liens.


Michael Redhead Champagne: [00:08:59] Et voici ce que j'aime dans les toiles d'araignée et les connexions, et j'ai l'impression que ce que vous avez partagé le prouve. Les toiles d'araignée sont douces. Une toile d'araignée n'est pas un câble. Il ne s'agit pas d'un câble métallique. Il n'est pas invincible. Il n'est pas fait de roche et de choses solides. Il est fabriqué avec beaucoup de douceur et de délicatesse. Et cette toile d'araignée fournit de la nourriture et de l'alimentation à l'araignée, et de la sécurité à d'autres personnes. Vous voyez ce que je veux dire ?


Elizabeth Dubois: [00:09:27] Oui, c'est vrai.


Michael Redhead Champagne: [00:09:27] C'est donc ce lien qui est à l'origine de ce projet. C'est la toile d'araignée qui nous protège.


Elizabeth Dubois: [00:09:31] C'est la toile d'araignée. C'est une façon si belle, si claire et si tangible de décrire ce que c'est. J'aime beaucoup cette métaphore pour décrire différents types de communautés, d'efforts d'action, etc. Il y a donc des tonnes de choses à creuser ici. C'est très enthousiasmant. Parlons un peu de la construction de votre toile d'araignée et de ce à quoi elle ressemble. Vous avez indiqué que tout a commencé au niveau local et que cela s’étend maintenant au-delà de votre région. Pouvez-vous nous parler un peu de ce processus ? Qu'est-ce que cela implique ?


Michael Redhead Champagne: [00:10:07] Les fois où j'ai essayé de suivre le processus traditionnel : « faire la première, la deuxième et la troisième étape » ont été frustrantes et inefficaces. Mais les fois où je me suis appuyé sur mes relations et où la toile d'araignée m'a montré un moyen de contourner le problème – peut-être que je n'ai pas besoin de parler à la secrétaire, au superviseur, au directeur et à l'administrateur –, je me suis dit qu'il fallait que j'aille plus loin. Je peux m'adresser directement au directeur général.


Elizabeth Dubois: [00:10:27] Oui, c'est vrai.


Michael Redhead Champagne: [00:10:28] C'est vrai ?


Elizabeth Dubois: [00:10:28] Oui, c'est vrai.


Michael Redhead Champagne: [00:10:28] On me dit donc que je dois faire une, deux, trois, quatre étapes avant d'arriver à la cinquième. Mais parfois, la toile d'araignée me dit que je peux aller plus vite, jusqu'au cinquième. Jusqu'au directeur général. Jusqu'au sommet. Vous voyez ce que je veux dire ? Je n'ai pas besoin de franchir toutes ces étapes, car nous pouvons aller plus loin et plus vite si nous nous appuyons sur des relations.


Elizabeth Dubois: [00:10:46] Oui, c'est vrai. L'accent est mis sur les relations, et non sur le fait que la hiérarchie en place est le seul moyen de s'en sortir, n’est-ce pas ? Réfléchir aux autres connexions potentielles et établir ces autres connexions. En ce qui me concerne, je constate souvent que je n'aurais pas pensé à m'adresser directement au PDG d'une organisation si je n'avais pas participé à un événement dans la communauté avec cette personne, si je n'avais pas engagé la conversation et si je ne m'étais pas rendu compte qu'elle s'intéressait à une question qui me tenait à cœur. Il y a quelque chose de très coprésence, de physique, du même espace, dans le fait de pouvoir utiliser ces connexions. Vous êtes d’accord ?


Michael Redhead Champagne: [00:11:23] Oui, je trouve que c'est très important. J'aime la façon dont vous décrivez l'importance d'avoir ce type de réunion en personne pour permettre de sauter les étapes, parce que cela fait partie de la situation ici à Winnipeg, et il semble que ce soit vrai dans d'autres juridictions également. Je dis toujours : « Vous pouvez être la personne la plus intelligente du monde, mais ce que vous savez n'a pas d'importance, ce qui compte, c'est qui vous connaissez ». Parce que j'ai vu des gens intelligents faire du mauvais réseautage et de belles idées ne pas se concrétiser. Et j'ai vu des gens très doués pour le réseautage accomplir des choses extraordinaires avec une toute petite idée. Je crois donc qu'il est essentiel pour nous de nous appuyer sur nos relations.


Michael Redhead Champagne: [00:12:05] Mais voilà : la plupart du temps, lorsque nous nous engageons avec des politiciens, des leaders de la communauté ou des leaders de n'importe quel système, il se produit souvent une étrange « piédestalisation » qui nous fait dire : « Oh non, cette personne est une personne d'influence. Oh non, ces gens sont des gens d'influence. Ils sont très importants. Ils ont du personnel et tout ce qu'il faut. Ils font des choses très importantes. Je ne suis pas de ce niveau ». Eh bien, je suis ici pour dire à tous ceux qui nous écoutent que vous êtes de ce niveau. Et la raison pour laquelle je souhaite que les personnes qui nous écoutent s'adressent directement aux dirigeants est qu'il existe un angle et un élément de réciprocité. Ces personnes au sommet ont besoin de vous, surtout si vous êtes quelqu'un comme moi, qui a grandi dans un environnement socio-économique défavorisé, qui est membre d'une Première nation, qui a un lien avec le système de protection de l'enfance au Manitoba, et qui a une expérience vécue de la pauvreté et de la politique. Je vous parie qu'un grand nombre de personnes qui nous écoutent ont vécu exactement les mêmes expériences ou une version différente. Or, les personnes au sommet n'ont souvent rien de tout cela. Devinez donc de qui ils ont besoin ? De vous ! Ils ont besoin de vous. Votre expérience vécue et votre authenticité. Et votre vision pour assurer que les suggestions et les solutions qu'ils proposent soient significatives. Ne pensez donc pas que vous n'êtes pas à ce niveau. Vous l’êtes. En fait, ils ont besoin de vous, car sans vous, regardez toutes les erreurs qu'ils commettent.


Elizabeth Dubois: [00:13:33] Effectivement. J'aime que vous parliez de réciprocité. En effet, nous finissons parfois par penser que le gouvernement doit faire plus de consultations. Ils doivent davantage « aller écouter les gens ». Je ne dis pas qu'il ne faut pas faire de consultation. Oui, les consultations sont excellentes. Les consultations sont très importantes. Il faut les mener à bien. Mais le cadre dans lequel ils s'inscrivent donne souvent l'impression qu'il s'agit d'un processus descendant. Lorsque les dirigeants veulent solliciter des avis et des conseils, ils choisissent de le faire. Et je pense que ce que vous dites, c'est qu'avec cette approche de réciprocité et de construction de relations, il n'est pas nécessaire d'attendre l'ouverture d'une période de consultation. On ne doit pas se contenter de donner des conseils pendant une période de consultation. Nous pouvons agir en tant que membre de notre communauté et offrir des informations très importantes à ces dirigeants et décideurs politiques de différentes manières, à différents moments, et ils en verront la valeur à ces différents moments également.


Michael Redhead Champagne: [00:14:30] En effet, ils le verront. Je repense à l'organisation politique que j'ai menée avec des jeunes autochtones urbains ici à Winnipeg. Nous avions l'habitude d'organiser ce qu’on appelait un « Politix brain storm », et nous épelions politique avec X parce que nous faisions les choses différemment. Et nous appelons le Politix BS parce que nous faisons du brainstorming.


Elizabeth Dubois: [00:14:50] J’aime bien !


Michael Redhead Champagne: [00:14:51] [rires]


Michael Redhead Champagne: [00:14:53] Lors de ces événements, nous lancions des invitations publiques sur les médias sociaux à différents dirigeants politiques pour leur dire : « Des jeunes autochtones vivant en milieu urbain veulent vous parler. Viendrez-vous ? » Maintenant que le monde entier regarde, il incombe à ces dirigeants politiques de dire « Oui, je rencontrerai les jeunes autochtones vivant en milieu urbain. » N’est-ce pas ? Il ne s'agit ici que d'un contexte Manitoba-Winnipeg. Mais il existe dans toutes nos communautés des contextes différents dont nous pouvons tirer parti.


Michael Redhead Champagne: [00:15:18] Parce que je ne veux pas que les gens qui nous écoutent pensent que lorsqu'on s'engage dans le système politique ou avec des gens dans ce domaine, [...] il faut le voir comme si on s'engageait avec des gens qui ont du pouvoir sur nous. Ce n'est pas le cas. Considérez cela comme une opportunité pour nous de nous engager avec quelqu'un qui a un ensemble différent de dons, un ensemble différent d'influences, mais qui sont tout simplement différents des vôtres. Vous avez des influences, des dons, des capacités, tout comme ce ministre, tout comme ce leader.


Elizabeth Dubois: [00:15:47] Oui, c'est vrai. Et ce que j'entends, c'est que, quelle que soit l'idée qu'ils se font des relations, si nous pensons à cette toile en entrant et que nous le traitons de cette manière, nous avons beaucoup plus de chances d'être traités comme si nous faisions partie d'un réseau et que nous étions tous des participants égaux et importants. Même s'ils ont l'habitude, dans leur vie quotidienne, de penser à cette hiérarchie.


Michael Redhead Champagne: [00:16:07] Exactement. Je trouve que cette approche basée sur la relation et la réciprocité nous permet d'accomplir beaucoup plus de progrès dans un laps de temps plus court. Et c'est vraiment ce qui m'intéresse ici. Je souhaite que nous allions plus loin et plus vite. En effet, lorsque j'étais plus jeune et que j'étais un autochtone engagé dans la politique, on me consultait tout le temps. On me demandait tout le temps : « Qu'est-ce que tu veux? » Les gens venaient et, vous savez, il y avait beaucoup de consultations.


Elizabeth Dubois: [00:16:34] C'est vrai.


Michael Redhead Champagne: [00:16:35] Mais devinez ce qui ne s'est jamais produit ? L’implementation. C'est pourquoi, lorsque vous vous engagez auprès de ces dirigeants politiques, je vous conseille de ne pas oublier le mot « i » : l’implémentation. Alors, allez-y, participez à la consultation. Laissez-les vous poser la question. Partagez vos idées. Cependant, ne laissez pas ces idées s'envoler et s'empoussiérer sur une étagère quelque part. Ainsi, dans cinq ans, ils pourront revenir et engager un autre consultant d'un quartier plus aisé pour venir dans votre quartier moins aisé, vous poser les mêmes questions et obtenir les mêmes réponses. Ils repartent avec un gros chèque, et nous avec rien du tout.


Elizabeth Dubois: [00:17:16] Quelles sont vos stratégies pour pousser à l’implémentatio ? À quoi ressemble cette étape du processus pour vous ?


Michael Redhead Champagne: [00:17:24] Je peux vous donner un excellent exemple.


Elizabeth Dubois: [00:17:25] Oui, s'il vous plaît.


Michael Redhead Champagne: [00:17:26] Il était une fois, en novembre 2023, une organisation qui s'appelait Our Care [note : Our Care est un projet de recherche en trois phases visant à trouver des réponses et des solutions au système de soins primaires du Canada. Cliquez ici pour en savoir plus sur Our Care et lire les rapports]. Ce sont ces personnes qui mettent en œuvre différentes tables rondes et conversations provinciales sur les soins primaires. Quel type de système de santé aimerions-nous voir au Canada ? Des choses très intéressantes. Ils ont constaté qu'ils n'avaient pas assez de retour d'information de la part des jeunes autochtones. J'ai donc été contacté par ces personnes et j'ai pu travailler avec Aboriginal Health and Wellness [Centre] à Winnipeg, ainsi qu'avec la Manitoba Health Coalition, afin de faciliter une conversation d'une journée avec des jeunes autochtones vivant en milieu urbain, pour leur poser la question suivante : « Quel type de système de soins primaires souhaitez-vous ? À quoi ressemblent des services de santé sûrs pour vous ? Qu'est-ce qui est bon, qu'est-ce qui est mauvais ? » J'ai donc trouvé formidable de pouvoir consulter ces jeunes et d'avoir une conversation avec eux. Cependant, cela sonne un peu comme une formule quand je le dis ainsi.


Michael Redhead Champagne: [00:18:25] Je savais donc que je devais faire quelque chose pour nous sortir du moule. Je devais également faire quelque chose pour envoyer un message clair à ces jeunes : il ne s'agit pas d'une consultation telle que vous l'avez vue auparavant. Nous avons terminé la journée par un cercle d'écoute auquel ont participé des représentants du ministère de la santé, de l'unité des toxicomanes et des sans-abri [Housing, Addictions and Homelessness], le directeur actuel de la Manitoba Health Coalition, de la réduction des risques et d'une sexualité saine. Un grand nombre de décideurs politiques et du système de santé étaient présents, assis en cercle avec des jeunes autochtones vivant en milieu urbain, et ils ont tous fait part de leurs suggestions et de leurs idées. Lorsque nous avons terminé, ils sont allés rencontrer chacune de ces personnes. Ils se sont présentés, ont échangé leurs cartes de visite. Avant de partir, j'ai dit aux jeunes : « Merci à tous d'avoir participé. Nous allons générer un rapport. Il y aura des recommandations ». C'est un bon rapport. Ce sont de bonnes recommandations. Le rapport s'intitule « Les services de santé devraient s'occuper de nous à la manière d'une tante » [Health Services Should Care for us Auntie-Style [2MB]].


Elizabeth Dubois: [00:19:25] Excellent.


Michael Redhead Champagne: [00:19:26] Quel beau titre et quel beau message sur les soins de santé fondés sur la parenté sont ressortis de cette conversation. En outre, tous ces jeunes ont désormais un lien avec la ministre de la santé communautaire et du bien-être [Janice Morley-Lecomte], le représentant du ministère de la santé et tous les autres responsables politiques et du système. Ils ont donc commencé à construire leur toile d'araignée. Ils peuvent ainsi prendre les recommandations qui résonnent le plus avec eux et se reconnecter avec ces décideurs permanents dès maintenant pour leur dire : « Coucou, vous vous souvenez de moi en novembre ? Voici le rapport. L'avez-vous fait ? Je ne vous lâcherai pas. Je continuerai à venir vous voir jusqu'à ce que nous sachions qu'il a été implémenté ».


Elizabeth Dubois: [00:20:04] Oui.


Michael Redhead Champagne: [00:20:05] Il s'agit d'un exemple récent de mise en relation directe de ces décideurs avec des jeunes autochtones vivant en milieu urbain. Ce qui est bénéfique pour les décideurs et pour les jeunes autochtones vivant en milieu urbain. Le secret consiste maintenant à tirer parti des relations qui ont été créées entre ces deux groupes de personnes pour veiller à ce que les recommandations formulées dans le rapport sur les soins primaires pour les jeunes autochtones de Winnipeg soient effectivement implémentées.


Elizabeth Dubois: [00:20:33] En effet.


Michael Redhead Champagne: [00:20:34] Mais ils disposent désormais de la route pour y parvenir.


Elizabeth Dubois: [00:20:36] C'est parfait. Et nous ferons un lien vers le rapport dans les notes de l'émission et dans nos transcriptions annotées, etc. Oui, c'est très utile de voir l'ensemble du processus. Je pense que cet exemple souligne l'importance de ces relations et de la construction de cette toile d'araignée. Cela commence à me faire réfléchir à cette idée de logique d'action connective. La théorie est née d'outils compatibles avec l'internet et de l'idée que l'on peut faire partie d'un réseau décentralisé de personnes qui travaillent toutes à la réalisation d'un projet. Vous n'avez pas besoin d'une organisation formelle de la même manière. Il est possible de créer un groupe de personnes en ligne qui s'intéressent toutes à un sujet donné et qui se réunissent autour de ce sujet lorsque c'est important et nécessaire, mais qui n'y sont peut-être même pas liées dans le reste de leur vie quotidienne. Puis, tout d'un coup, c'est à nouveau un problème, et ils se remettent à changer la photo de leur profil Facebook, à tweeter des choses, à envoyer des courriels aux membres du Parlement, etc. Mais lorsque vous en parlez, il semble que cette logique de connectivité soit quelque chose qui, pour vous, ne dépend pas de la technologie. Ce n'est pas la technologie qui a changé les choses. Peut-être que la technologie amplifie la capacité à le faire. J'aimerais connaître votre avis sur la place de la technologie dans ce domaine, mais il me semble que votre approche a toujours été fondée sur une logique de connexion. Il ne s'articule pas autour d'un leader central du mouvement. Il s'agit d'impliquer tout le monde dans le processus. Est-ce juste ? Corrigez-moi si je me trompe.


Michael Redhead Champagne: [00:22:09] Non, je pense que vous le décrivez très bien. Il s'agit d'une approche décentralisée, et je pense que la raison pour laquelle j'adopte une approche décentralisée est que de nombreux mouvements réussis adoptent des approches décentralisées, puisqu'il est impossible de couper une tête et de se débarrasser de tout le mouvement. C'est là tout l'espoir. Lorsque l'on confie tout à un seul leader et que le reste de l'équipe n'a pas de pouvoir ou n'est pas visible, la pression est alors très forte sur la personne qui est visible.


Michael Redhead Champagne: [00:22:39] Ce n'est pas juste pour les personnes qui sont ignorées. Ce n'est pas juste pour la personne sur laquelle on se focalise. Et ce n'est pas juste non plus pour ceux qui observent, parce qu'ils ne sont pas témoins de la collaboration égalitaire réelle qui s'est produite au sein du mouvement pour faire en sorte que le rapport ou la recommandation soient révélés. Ainsi, en établissant une relation saine et solide avec les personnes avec lesquelles je travaille, comme les jeunes autochtones vivant en milieu urbain qui se sont rassemblés pour ce rapport, j'ai reconnu que je ne voulais pas leur enlever leur voix. Je ne voulais pas les priver de leur indépendance. J'ai reconnu, lorsque nous avons parlé du système de soins de santé, qu'ils ont été suffisamment déresponsabilisés. Si je peux faire quoi que ce soit dans le cadre du processus pour leur redonner un peu de pouvoir, pour qu'ils sachent et comprennent qu'ils ont le droit de s'exprimer, je veux qu'ils le fassent.


Michael Redhead Champagne: [00:23:25] Et cela s'est produit parce que pendant la journée de cette table ronde avec les jeunes autochtones vivant en milieu urbain, ils se sont sentis suffisamment autonomes pour partager leurs enseignements avec nous. Les jeunes ont fait part de leur expérience : « C'est ce que ma grand-mère m'a dit, et je voulais le partager avec vous ». Nous avons donc pu bénéficier de cet amour intergénérationnel dans la salle. L'autre chose qui était très belle, c'est qu'ils avaient aussi apporté des tambours à main et qu'ils ont pu partager leur musique et leurs chants avec nous. Cela change vraiment l'environnement lorsque les gens partagent leur culture, et pas seulement dans un esprit d'amour comme « J'aime ma culture et j'aime la partager », mais aussi dans un esprit de résistance. Un esprit de : « C'est ce que la société dominante a essayé d'écraser et elle ne l'a pas fait ». C'est pourquoi j'aime entendre les jeunes autochtones parler leur langue. J'aime entendre les jeunes autochtones s'approprier leur culture. Et lorsque ces choses se produisent, je sais qu'ils construisent la toile d'araignée et que leurs réseaux et leurs liens avec leur communauté se renforcent. Et on ne peut pas s’en prendre à quelqu'un qui est connecté à sa communauté, parce qu'il faut alors s'attaquer à tous les autres.


Michael Redhead Champagne: [00:24:35] Voilà donc le secret. Si vous vous attaquez à l'un d'entre nous, vous vous attaquez à nous tous. Ainsi, si nous disposons d'un tissu conjonctif suffisamment fort et de relations suffisamment bonnes entre nous, nous pouvons être très clairs avec les politiciens et les décideurs : «J e vous pose peut-être cette question, mais je vous fais savoir que ma réponse sera transmise à l'ensemble du réseau ».


Elizabeth Dubois: [00:24:55] Effectivement.


Michael Redhead Champagne: [00:24:56] Il s'agit simplement de transparence. Cette transparence met la pression sur le décideur. Et je pense que cela donne vraiment du pouvoir à ceux d'entre nous qui s'occupent de l'organisation du mouvement.


Elizabeth Dubois: [00:25:08] Cela me semble tout à fait logique. Et il y a tant d'aspects de cela que je pense qu'il est vraiment important d'en parler. Mais étant donné que nous sommes un laboratoire axé sur la technologie [...], pouvez-vous nous parler un peu de la façon dont les médias sociaux, la messagerie instantanée, le courriel, tous les outils que vous utilisez, jouent un rôle dans la façon dont vous construisez vos relations, comment l'action et l'engagement communautaires fonctionnent dans cet environnement de médias complètement numériques ?


Michael Redhead Champagne: [00:25:35] Oui. Je vous remercie pour cette excellente question. Alors, je recommence. Il était une fois, en 2018, le gouvernement du Manitoba qui a entrepris une nouvelle consultation sur la législation relative à la protection de l'enfance [consultez : rapport final de la commission]. Ils ont sélectionné sept personnes au Manitoba pour faire partie d'une commission de révision législative, et j'ai eu l'honneur d'en faire partie. En tant que l'une des sept personnes chargées de réviser la législation sur la protection de l'enfance, j'ai eu l'honneur de parcourir la province, d'entendre des gens qui font un excellent travail, des familles et des jeunes en difficulté et de rédiger un rapport fantastique qui contient des recommandations vraiment significatives qui peuvent aider à modifier notre législation de manière significative, avec des recommandations aussi radicales que l'ajout du mot « réunification » dans la législation parce qu'il n'y figure pas.


Elizabeth Dubois: [00:26:23] C’est radical.


Michael Redhead Champagne: [00:26:24] Des choses vraiment folles.


Elizabeth Dubois: [00:26:26] Oui, vraiment.


Michael Redhead Champagne: [00:26:28] Nous avons donc pu le faire. Mais nous avons publié le rapport et j'ai été contrarié parce que nous avons simplement publié le rapport en format PDF sur le site web du gouvernement, nous avons tenu une conférence de presse et cela s'est arrêté là.


Elizabeth Dubois: [00:26:39] [soupirs]


Michael Redhead Champagne: [00:26:40] Et je me suis dit : « Comment les jeunes et les familles avec lesquels nous sommes en contact sont-ils censés obtenir ces informations ? » Ce que j'ai donc commencé à faire, c'est [...] de rassembler les informations sur un compte Instagram. Il existe des outils pour les personnes qui ne sont pas des graphistes, un site web appelé Canva, pour se faire passer pour des graphistes.


Elizabeth Dubois: [00:26:58] [rires]


Michael Redhead Champagne: [00:26:58] Comme moi. J'ai pu prendre ce rapport et les différentes recommandations, et j'ai commencé à rédiger des posts individuels avec les informations importantes issues de ce rapport.


Elizabeth Dubois: [00:27:08] Parce que c'est gérable et consommable pour les gens par le biais de ce média.


Michael Redhead Champagne: [00:27:13] Oui. Nous procédons ainsi parce que nous voulons que les gens comprennent une simple information ou un concept qui a été introduit, plutôt que de comprendre les 75 recommandations que nous avons présentées en une seule fois.


Elizabeth Dubois: [00:27:28] C'est un excellent exemple. Merci. Et l'idée que j'entends est que cela change la façon dont on peut communiquer l'information. On commence à utiliser ce que nous appelons les possibilités d'une technologie particulière pour nous permettre de transmettre l'information aux personnes que vous essayez d'atteindre [voir l'épisode 7 de la saison 3 : Affordances Technologiques» avec Rachel Aiello].


Michael Redhead Champagne: [00:27:45] Oui, c'est vrai. Nous avons également veillé à ce que les informations que nous diffusions soient moins verbeuses et comportent davantage d'images et d'éléments graphiques, afin de pouvoir nous adresser aussi bien aux apprenants visuels qu'aux apprenants académiques.


Elizabeth Dubois: [00:27:58] J'aime bien cela. Je me demande s'il vous arrive d'utiliser les médias sociaux ou d'autres outils numériques comme outil d'organisation, pour atteindre les gens, pour les amener à participer à des conversations, quelles qu'elles soient ? Ce que vous venez de décrire est en grande partie de l'ordre de la diffusion d'informations. Qu'en est-il de l'implication des citoyens ?


Michael Redhead Champagne: [00:28:16] Oui. Pour ma part, j'ai travaillé et je travaille toujours dans le nord de Winnipeg, mais pendant neuf ans, je crois, j'ai été l'un des organisateurs de Meet Me at the Bell Tower  [note : cliquez ici pour en savoir plus sur Meet me at the Bell Tower et suivre leur page Facebook]. Il s'agissait d'un rassemblement anti-violence qui s'est déroulé dans mon quartier et nous nous sommes fortement appuyés sur les médias sociaux, en particulier sur Facebook, pour réussir à organiser Meet Me at the Bell Tower. La façon dont cela fonctionnait, encore une fois cela revient à des rencontres en personne, mais les gens allaient à une réunion [et] à la fin de la réunion nous posions la question, quel devrait être notre thème ou notre centre d'intérêt la semaine prochaine ? Dans sept jours ? Tout le monde décidait : « Voilà ce qui est urgent dans notre communauté en ce moment ».


Michael Redhead Champagne: [00:29:03] Ensuite, j'allais sur Canva, je faisais une affiche, je créais un événement sur Facebook. Parfois le soir même, nous avions donc sept jours entiers pour faire de la promotion. Ensuite, je passais les sept jours suivants à faire des discours, à visiter des écoles, à participer à des rassemblements communautaires : « Venez nous voir ce vendredi. C'est notre sujet. Voici l'affiche. Vous savez quoi, je devrais vous inviter sur Facebook, laisse-moi afficher mon Facebook. Je vais simplement vous inviter maintenant. [fait semblant de taper sur un téléphone portable] Vous êtes tous invités ». Vous voyez ce que je veux dire ? Il existe également un outil similaire sur Instagram, qui permet de créer un message et d'envoyer des rappels aux gens. C'est donc un autre outil que j'utilise également. J'utilise donc l'outil calendrier, l'outil événement, et j'ai également trouvé utile d'utiliser les courriels et les listes de courriels.


Michael Redhead Champagne: [00:29:48] J'envoie également, personnellement, et cela n'a rien à voir avec l'organisation, mais simplement avec mes interventions en public et mes activités professionnelles, une liste d'adresses électroniques de 450 à 500 personnes que j'ai réunies au fil des ans, et chaque fois qu'il se passe quelque chose d'intéressant, j'envoie un message à ces adresses électroniques et je leur demande s'ils sont d'accord pour partager cela avec les gens de leur réseau, ou pour faire des invitations en mon nom. [Cliquez ici pour vous inscrire à la lettre d'information de Michael Redhead Champagne].


Elizabeth Dubois: [00:30:17] Avez-vous réfléchi à la manière dont votre approche pourrait être similaire ou différente de celle de ces mouvements mondiaux ?


Michael Redhead Champagne: [00:30:23] J'y ai réfléchi. C'est l'un des principaux messages que j'essaie de transmettre aux personnes avec lesquelles je travaille. Il s'agit principalement de personnes plus jeunes que moi et d'autochtones vivant dans les quartiers défavorisés. On ne dit pas souvent à cette catégorie de personnes : « Ce que vous faites est d’une importance mondiale. » Ce que je dis aux gens qui organisent des choses dans le nord de Winnipeg, c'est : « Vous organisez ici au niveau d'autres initiatives qui s'attaquent à des difficultés partout dans le monde ». Pour nous, à Winnipeg, [...] comme je l'ai mentionné au début de l'émission, nous avons une telle concentration d'autochtones et de dirigeants autochtones que vous pouvez voir, par exemple, dans la marche de la Saint-Valentin qui vient d'avoir lieu ici, des centaines et des centaines de personnes à Winnipeg sont sorties pour marcher dans les rues – le jour de la Saint-Valentin, imaginez-vous – pour sensibiliser à l'importance de la prévention des disparitions et des meurtres de femmes et de filles autochtones [consultez : Marche commémorative des femmes]. Inviter les Canadiens à lire les appels à la justice qui ont été lancés dans le cadre du rapport du FFADA [l’Enquête nationale sur les femmes et les filles autochtones disparues et assassinées].


Michael Redhead Champagne: [00:31:33] Le fait de savoir que cela se passe ici même à Winnipeg, dans ma propre cour, me donne l'impression d'être à l'endroit où j'ai besoin d'être. Mais cela me rappelle aussi qu'il n'est pas toujours nécessaire de s'organiser à partir de rien. Parfois, nous pouvons nous greffer sur des mouvements ou sur des points existants qui retiennent l'attention des gens. Si tout le monde est attentif à la Saint-Valentin, profitons-en pour organiser une marche pour le FFADA [l’Enquête nationale sur les femmes et les filles autochtones disparues et assassinées]. [imite le baiser d'un chef/chef's kiss] Une organisation autochtone. Très belle.


Michael Redhead Champagne: [00:32:11] Cela me rappelle aussi Idle no More. C'était pendant la période de Noël et toutes ces danses rondes qui se déroulaient dans les centres commerciaux. « Tout le monde est dans les centres commerciaux. Mettons la danse ronde dans les centres commerciaux ». C'est génial ! Une organisation autochtone. [imite le baiser d'un chef/chef's kiss] J'adore.



Michael Redhead Champagne: [00:32:24] Vous voyez ce que je veux dire ? Je pense qu'il y a tellement de choses que j'ai vues à Winnipeg et ailleurs que je considère personnellement comme étant au même niveau, ou peut-être en position d'enseigner à d'autres dans le monde comment s'organiser. Et je veux que les gens sentent qu'ils ont, parce qu’effectivement ils les ont, ces connaissances et cette expertise qu'ils peuvent donner à d'autres qui vivent peut-être une lutte similaire.


Elizabeth Dubois: [00:32:52] Oui, j'adore ça. Et ces exemples sont tellement utiles et parlants. Nous allons en citer d'autres dans les notes de l'émission et les annotations des transcriptions. Merci. Il est très important de revenir à cette idée que la centralisation ou non ne dépend pas nécessairement de la technologie. Et votre approche et tous les exemples que vous donnez montrent vraiment qu'il y a différentes logiques d'action ici. La dernière question sera donc de savoir quelle est votre logique d'action. Mais je vais d'abord récapituler la logique de la connexion et la logique de l'action collective. Ensuite, vous me direz quelle est votre logique.


Michael Redhead Champagne: [00:33:31] D'accord.


Elizabeth Dubois: [00:33:31] La logique de l'action collective (consultez : Collective Action 101: What Are Large-Scale Collective Action Problems?) repose donc sur l'idée qu'il faut un leader fort, une figure de proue. Il y a beaucoup d'organisation, beaucoup de ressources pour faire évoluer les choses, pour surmonter la tragédie des biens communs. Il faut des tonnes de ressources et une infrastructure, en général. C'est ainsi que l'on attire l'attention, que l'on est pris au sérieux et que l'on incite les gens à continuer à contribuer, même si, à titre individuel, cela ne fait pas toujours plaisir, n'est-ce pas ? Ils font partie de cette communauté et de cette organisation officielle. Il y a ensuite la logique de l'action connective (consultez : The logic of connective action: Digital media and the personalization of contentious politics), qui, dans la littérature, consiste à dire que la technologie nous permet de nous connecter de différentes manières. Nous pouvons être plus décentralisés. Nous n'avons pas nécessairement besoin d'une figure de proue. Nous n'avons pas nécessairement besoin d'une infrastructure aussi solide, car nous pouvons tous apprendre qui se préoccupe de telle ou telle question, en fonction de nos intérêts personnels. Nous disposons de tous ces algorithmes de personnalisation – que nous n'avons même pas abordés aujourd'hui – qui nous permettent de nous connecter aux questions qui nous intéressent, au moment où elles nous intéressent et où elles apparaissent au fil du temps. Ce type d'approche, qui s'appuie fortement sur la technologie, permet, une fois encore, de plaider en faveur d'un changement social et politique. Ce que vous avez décrit, c'est un peu des deux et pas du tout l'un ou l'autre. Comment décririez-vous brièvement votre logique d'action ?


Michael Redhead Champagne: [00:34:58] Je pense que ma logique d'action a tout à voir avec ce que j'appelle le cercle de contrôle. Aujourd'hui, lorsque je veux agir, la première chose à laquelle je pense est la suivante : quelle est l'action que je veux entreprendre et à qui dois-je m'adresser pour la mener à bien ? J'ai toujours besoin d'un « qui » et d'un « quoi » avant de pouvoir aller de l'avant. Ma logique d'action est donc très axée sur les personnes. Ce « qui » – il peut s'agir d'un message texte rapide, d'un courriel rapide, d'un message sur les médias sociaux – mais une fois que je suis en mesure d'exprimer mon désir ou mon idée à mon interlocuteur, ma demande est généralement la suivante  : comment puis-je arriver plus rapidement au but ? Ou comment arriver plus vite à la victoire ? Et si je suis assez intelligent avec mon tissu conjonctif et que je choisis la bonne personne, elle me donnera la réponse immédiatement ou me renverra à la personne qui a la réponse. N'acceptez donc pas que l'on vous dise que vous devez vous dépêcher et attendre. N'acceptez pas que l'on vous dise que vous devez faire la première, la deuxième, la troisième, la quatrième étape avant de pouvoir faire la cinquième. Appuyez-vous sur les relations que vous avez pu nouer. Appuyez-vous sur le sentiment d'urgence que vous percevez et qui vous motive.


Michael Redhead Champagne: [00:36:21] Essayez, du mieux que vous pouvez, d'exprimer cette urgence à la personne d'influence, au dirigeant de la communauté ou au dirigeant politique à qui vous essayez de parler et posez-lui la question : « Est-ce que c'est urgent pour vous ? » Posez-lui la question par oui ou par non, car s’ils répondent par la négative, vous devez en informer le reste du tissu conjonctif. C'est pourquoi il faut pouvoir se positionner de manière à poser des questions simples au nom du mouvement et à rendre publique la réponse par oui ou par non au mouvement. L'avantage, c'est que lorsqu'on dit oui au mouvement, tout le monde se dit : « Ok, super, nous soutenons ce leader et nous allons l'aider à atteindre ses objectifs » . Mais lorsque vous dites non, le reste du mouvement se tourne vers ce leader et lui pose à nouveau la même question : « Pourquoi pas, pourquoi pas, pourquoi pas, pourquoi pas, pourquoi pas, pourquoi pas, pourquoi pas ? »


Elizabeth Dubois: [00:37:09] J'aime l'idée que nous pouvons utiliser cette connectivité pour accomplir les choses que nous devons faire. Et vraiment, si nous obtenons une bonne réponse à la question « pourquoi pas ? », nous arrêterons. Dites-moi simplement pourquoi.


Elizabeth Dubois: [00:37:23] En effet. Dites-moi pourquoi. Expliquez-le. Et si vous êtes prêt à dire pourquoi dans un forum public, d'accord. Mais là, c'est enregistré et les gens peuvent réagir.


Michael Redhead Champagne: [00:37:32] Oui, c'est vrai. Faites-le leur dire à haute voix. « C'est mon action ».


Elizabeth Dubois: [00:37:36] J'adore cela.


Michael Redhead Champagne: [00:37:37] Faites-le leur dire à haute voix.


Michael Redhead Champagne: [00:37:38] [rires]


Elizabeth Dubois: [00:37:38] Faites-le leur dire à haute voix. C'est très utile. Merci beaucoup. Normalement, je termine les épisodes par un quiz où je vous demande de me dire ce que vous pensez qu’était la chose académique, mais je l'ai déjà fait en quelque sorte. Je veux donc terminer en me soumettant à un questionnaire et vous me direz quelle est ma note.


Michael Redhead Champagne: [00:37:53] D'accord.


Elizabeth Dubois: [00:37:53] Je voudrais donc voir si je peux résumer votre logique en une ou deux phrases. D'après ce que j'ai compris, les éléments clés sont la création d'un réseau. C'est cette toile d'araignée. Ces relations sont très importantes. Il est essentiel d'étendre le réseau à toutes les personnes qui ont le pouvoir de changer ce que vous voulez changer, mais aussi à l'ensemble de votre communauté qui contribuera à rendre ce changement pertinent et concret. Ensuite, vous allez vous montrer tel que votre communauté est et apporter cet aspect humain personnel, et vous n'allez pas laisser les choses s'éteindre. Vous assurez le suivi, vous utilisez votre réseau pour pousser continuellement jusqu'à ce que vous obteniez une réponse officielle.


Michael Redhead Champagne: [00:38:39] Oui.


Elizabeth Dubois: [00:38:40] Incroyable.


Michael Redhead Champagne: [00:38:41] C'est ainsi que l'on obtient des réponses. Parfois, on n'obtient pas la réponse que l'on souhaite. [rires]


Elizabeth Dubois: [00:38:46] C'est vrai. Parfois, vous n'obtenez pas la réponse que vous souhaitez. Mais vous avez tout de même obtenu une réponse, et vous pouvez passer à autre chose.


Michael Redhead Champagne: [00:38:50] Mais il est toujours bon d'obtenir des réponses. Oui.


Elizabeth Dubois: [00:38:52] Exactement. D'accord. C'était notre épisode sur la logique de l'action collective et connective. J'espère que vous l’avez apprécié. Comme toujours, vous trouverez un grand nombre de ressources et de liens dans les notes de l'émission, et vous pouvez vous rendre sur Polcommtech.ca pour trouver nos transcriptions annotées en anglais et en français, ainsi que d'autres ressources. Je tiens également à souligner que mon enregistrement provient du territoire traditionnel et non cédé du peuple algonquin, et je tiens à rendre hommage au peuple algonquin, en reconnaissant sa relation de longue date avec ce territoire non cédé. Merci d'avoir écouté.





Logo de la saions 6 du balabo Wonks and War Rooms

Comments


Commenting has been turned off.
1/16
bottom of page