Radio show microphones

Wonks and War Rooms

clipart1711928.png
RSS Feed Icon_White
Spotify Icon_White
Google Podcasts icon_White.png

Affordances technologiques avec Rachel Aiello

Saison: 3 Épisode: 7


[Veuillez noter que le contenu du balado est traduit de la version originale anglaise.]


Cette semaine, Elizabeth discute des affordances technologiques avec Rachel Aiello, productrice politique en ligne pour CTVNews.ca et membre de la tribune de la presse parlementaire. Elles discutent de la manière dont la technologie modifie la façon dont les journalistes rendent compte et le public reçoit l'information, des politiciens et des politiciennes sur les médias sociaux aux journalistes travaillant à partir de leur téléphone. Elles parlent également du déterminisme technologique afin de souligner pourquoi il est important de penser aux affordances en premier lieu.


Ressources supplémentaires

  • Elizabeth utilise cet article de Butcher & Helmond et cet article de Nagy & Neff pour construire ses définitions des différents types d'affordances dont elle parle dans cet épisode.

  • Rachel discute de la façon dont les téléphones sont devenus un outil clé pour le journalisme, consultez le Mobile Journalism Manual pour en savoir plus.

  • Elizabeth mentionne Authenticité avec Kevin Parent de la saison 1, épisode 7.

  • Rachel et Elizabeth parlent de l'évolution du cycle de l'information et de la façon dont les informations sont consommées. Cette étude de Verizon montre à quelle fréquence les gens regardent des vidéos en sourdine.

  • Elizabeth parle également du déterminisme technologique. Voici un aperçu de cette théorie.

 

Transcription traduite de l'épisode: Affordances technologiques avec Rachel Aiello



Lisez la transcription traduite ci-dessous ou téléchargez une copie dans la langue de votre choix:


Elizabeth: [00:00:04] Bienvenue à Wonks and War Rooms, où la théorie de la communication politique rencontre la stratégie sur le terrain. Je suis votre hôtesse, Elizabeth Dubois, je suis professeure agrégée à l'Université d'Ottawa. Mes pronoms sont elle/la. Aujourd'hui, j'enregistre depuis le territoire non cédé et traditionnel du peuple algonquin.

[00:00:18] Dans l'épisode d'aujourd'hui, nous discutons avec Rachel Aiello des affordances technologiques. Rachel, pouvez-vous vous présenter?

Rachel: [00:00:25] Oui , je suis Rachel Aiello, et je suis la productrice de politique en ligne à CTVNews.ca, et je suis membre de la Tribune de la presse parlementaire depuis 2014.

Elizabeth: [00:00:34] Merveilleux. Merci beaucoup d'être ici, je suis si excitée de vous parler. Nous parlons des affordances aujourd'hui, et j'ai pensé que vous seriez particulièrement intéressant pour parler des affordances parce que vous avez traité avec tant de canaux de communication et de formes d'information différents.

[00:00:51] Donc, [voici] un rapide tour d'horizon de ce qu'est réellement l’affordance. Dans la littérature universitaire, l'idée d’affordance est en fait utilisée dans un tas de disciplines différentes. En résumé, les affordances sont les choses que les objets vous permettent de faire. Nous allons donc parler aujourd'hui des affordances technologiques, qui sont essentiellement les caractéristiques technologiques qui permettent ou limitent différents types d'actions. Ainsi, nous pourrions avoir quelque chose comme WhatsApp nous permettant de supprimer automatiquement des messages ou Twitter limitant le nombre de caractères que nous pouvons utiliser [ou] un site d'information autorisant ou interdisant les commentaires sur un article. Il s'agit de différents types d’affordances.

Rachel: [00:01:34] Génial.

Elizabeth: [00:01:35] Est-ce que ça a du sens jusqu'à présent?

Rachel: [00:01:36] Jusqu'à présent, tout va bien.

Elizabeth: [00:01:37] Excellent. Il y a beaucoup de choses à décortiquer avec les affordances (comme toute théorie académique), mais allons-y doucement. Je me demande si vous voyez des liens entre cette idée d'affordances et le type de travail de production et de partage des informations que vous faites?

Rachel: [00:01:56] Absolument. Je pense donc que [c'est lié] de plusieurs façons. L'une d'entre elles est que je fais principalement du reportage en ligne, donc nous observons ce que les gens disent en ligne, mais nous utilisons également notre site web pour publier du contenu. Mais je pense que c'est sur le terrain de la campagne électorale que j'ai le plus remarqué que ce que j'étais capable de faire était limité à mon téléphone dans de nombreuses situations. Je l'utilisais de plusieurs façons différentes. C'était mon principal canal de communication avec mon bureau [en] utilisant le courrier électronique et Slack pour envoyer des messages à mon équipe afin de savoir ce qui se passe. Mais aussi la possibilité de l'utiliser comme enregistreur et d'enregistrer ce qui se passe dans les conférences de presse. Je le tiens également dans ma main avec des notes pour les questions à poser lors des conférences de presse. Il utilise donc tous ces éléments différents et, en fait, l'ensemble de mes rapports et de mon travail était lié à l'appareil que je tenais dans ma main.

Elizabeth: [00:02:44] C'est un exemple très utile, et c'est tellement vrai. Nous avons ces appareils qui nous permettent tant de choses différentes. Ils peuvent faire tellement de choses différentes et cela a changé avec l'évolution de la technologie, non? Comme un téléphone qui permettait d'appeler quelqu'un.

Rachel: [00:03:01] Bien. Maintenant, je peux prendre une vidéo ou une photo de la conférence de presse [et] la diffuser immédiatement sur Twitter. Je peux ensuite aller dans Safari, récupérer le lien et le partager. Maintenant, il y a une application pour enregistrer, donc vous pouvez enregistrer vos transcriptions là-dessus et les récupérer, les écouter, mettre vos écouteurs, et vous êtes en train de téléphoner ou d'écouter ça. Je pense donc que la seule limitation du téléphone dans mon travail est la publication sur notre site web—ce genre de choses est toujours « ordinateur portable requis ». Mais à peu près partout, mon téléphone peut être mon principal outil de journalisme maintenant. Ce n'est pas toujours le cas; la plupart du temps, je suis assise à un bureau avec un ordinateur. Mais c'est tout à fait vrai lorsque vous êtes sur la colline ou lorsque vous êtes sur la route pour voyager [ou pendant] les campagnes électorales ou [lorsque] vous êtes en train de couvrir un sujet. Il y a beaucoup de choses que vous pouvez faire juste avec l'objet que vous tenez dans votre main ou dans votre poche.

Elizabeth: [00:03:53] Ouais, c'est plutôt cool, et ça a définitivement changé la façon dont on se prépare à aller sur le terrain.

Rachel: [00:04:01] Absolument. Donc les batteries sont nécessaires! Mais les avantages et les inconvénients de ce système sont les suivants: bien que vous puissiez diffuser des informations très rapidement parce que vous avez cette capacité à portée de main, vous alimentez le cycle des informations en ayant besoin de, vous savez... les gens savent que vous avez cette capacité, et il y a donc parfois cette pression pour diffuser rapidement des informations ou pour être capable, sur le moment, d'alimenter les informations. Et je pense qu'il y a un mérite et une valeur à cela. Mais il y a aussi des moments où il faut s'asseoir, respirer un peu et regarder l'ensemble du tableau.

Elizabeth: [00:04:33] Oui. Oui, parce que ça crée cette attente dont nous avons parlé dans d'autres balados de à quoi ressemble un cycle de nouvelles et comment la technologie peut l'affecter. Et passer de, « OK, bien, il y a un cycle de vingt-quatre heures et il y a des délais quotidiens pour les choses. » Ce n'est plus le cas aujourd'hui, car nous disposons de ces outils qui nous permettent de faire des choses sur le pouce, rapidement, et de les éditer très vite.

Rachel: [00:04:59] Oui, et ce n'est même pas seulement nous, les journalistes de la campagne électorale (pour continuer cet exemple) ont cette capacité. Les personnalités politiques que nous couvrons l’ont également. Ils ont donc les affordances—ou la capacité—de diffuser leurs propres messages de cette manière ou de mener leurs propres promotions médiatiques, médias sociaux, [et] toutes ces choses par eux-mêmes. Évidemment, je pense qu'il y a un rôle différent pour le contenu que vous obtiendrez et verrez de nous sur la route. Mais [les acteurs politiques] ont la capacité de s'en saisir et de le faire eux-mêmes. L'un des meilleurs exemples que j'ai vu est que tous les leaders utilisent les médias sociaux de différentes manières pendant la campagne. De toute évidence, Jagmeet Singh et le NPD sont des adeptes de TikTok, et il sortait son téléphone à chaque arrêt pour promouvoir ses événements. Mais Justin Trudeau faisait... J'étais avec eux la première semaine et j'ai remarqué qu'après les événements, il sortait ou se mettait sur le côté avec les candidats ou les personnes qui se tenaient derrière lui et [ils] faisaient leur propre version de l'annonce qu'ils venaient de faire à la télévision nationale avant Instagram. C'était comme: « Je suis ici avec Doug Eyolfson dans cette épicerie au Manitoba, et nous venons de faire cette annonce à propos de ~ ceci~ . » Et [Justin Trudeau était] en mesure de partager le message de l'annonce, [et c'était] habituellement quelque chose de plus petit et rarement, selon le jour, c'était le gros titre ou ce que nous allions publier. Ils ont donc la possibilité d'utiliser leurs téléphones et d'envoyer ces informations. Je suis certaine que ça a été modifié plusieurs fois avant d'être posté. Mais il l'enregistrait lui-même sur son téléphone en mode selfie.

Elizabeth: [00:06:32] C'est vrai, ouais, et ça donne la possibilité de le faire sur la route, et ça donne la possibilité de créer un sentiment de connexion personnelle, qui est...

Rachel: [00:06:41] Authenticité.

Elizabeth: [00:06:41] Oui, [l'authenticité] est totalement au cœur de la stratégie de communication. Nous avons fait un épisode de notre première saison de Wonks and War Rooms sur l'authenticité avec Kevin Parent de Santé publique Ottawa, et de la communication de crise à la communication électorale ou autre, cette authenticité est un objectif central en ce moment.

Rachel: [00:07:01] Et je pense que l'un des grands changements apportés par la pandémie est que notre public est un peu plus indulgent ou généreux en ce qui concerne la qualité. Non pas sur le plan des faits ou de la connaissance, mais si votre vidéo est un peu instable ou si elle a été coupée bizarrement, c'est dû à la nature de la pandémie. Ou votre chat saute dans votre écran à Zoom—ce sont simplement les limites de la technologie que nous avons utilisée dans la pandémie ou sur la route ou dans toute autre situation. Je pense donc que le public est devenu un peu plus insensible et qu'il a moins besoin d'un studio de télévision complet et d'un montage soigné. Il y a beaucoup plus de vidéos natives que les gens ont l'habitude de voir, et ils ne pensent pas toujours qu'un reportage ou un article d'actualité ou ce que je reçois sur Twitter ou Instagram ou quelque chose comme ça [est] nécessairement ce qui va être diffusé ou figurer dans mon article. Ce sont des perspectives différentes sur les choses. Et donc, je pense que c'est aussi un message pour lire un tas d'endroits différents ou pour obtenir vos nouvelles de plus d'un endroit. Mais absolument, avoir la possibilité d'utiliser son téléphone ou d'autres technologies—les [journalistes] peuvent le faire, notre public peut le faire. Et il y a cette nouvelle couche de relatabilité.

Elizabeth: [00:08:17] Oui, oui, je pense que vous avez raison. Et c'est intéressant parce que lorsque nous pensons aux affordances, à l'origine, la théorie parlait de ce que la technologie offre, et on y pensait souvent en termes de ce qu'une entreprise technologique construisant un morceau de technologie avait l'intention de créer et de vous faire utiliser. Mais en réalité, les affordances sont tout ce que la technologie vous permet de faire, et c'est généralement dans un contexte social. Et donc cette idée de créer cette relation et cette connexion personnelle que vous pouvez faire en ayant une vidéo bizarre coupée qui est un peu tremblante—ce n'était probablement pas ce que les gens qui ont créé les vies Instagram voulaient, mais...

Rachel: [00:08:59] De la même manière que le Facebook que nous avons obtenu n'était pas le Facebook qu'ils avaient l'intention de construire, peut-être. Mais... Et je pense que c'est juste la nature de la technologie et des gens qui repoussent les limites et essaient de comprendre ce qu'on peut faire d'autre avec les choses . L'utilisation de votre téléphone comme outil de reportage n'est pas nécessairement une nouveauté, mais je suis curieuse de voir où les choses vont aller à partir de là. [Par exemple,] vous pouvez l'utiliser pour aller en direct et faire des visites ou des choses sur Facebook ou Face Time, des choses comme ça. C'est ce que nous avons pu constater lors de la campagne électorale. Ce qui était auparavant «Vous devez installer un trépied, vous devez vous connecter à notre système et faire tout cela » [est maintenant] juste comme « Avez-vous des écouteurs? Est-ce que votre batterie est chargée et avez-vous un angle décent? »

Elizabeth: [00:09:43] Oui.

Rachel: [00:09:44] Et [si oui] parlons-en. Donc.

Elizabeth: [00:09:46] Ouais, et comme peut-être ne pas avoir le soleil juste derrière soi. [Rires]

Rachel: [00:09:48] Idéalement, mais certains jours, vous savez, si l'actualité est assez importante, on vous fera passer par n'importe quel moyen.

Elizabeth: [00:09:52] Oui, je pense que c'est un changement très intéressant parce que nous pensons souvent que la valeur des informations est professionnelle, experte et formée—et c'est toujours le cas—mais [maintenant] nous n'avons pas la même exigence de polissage qu'auparavant.

Rachel: [00:10:15] Oui, et je pense que c'est vraiment un défi pour les journalistes de garder à l'esprit le contenu des [nouvelles] parce qu'il est très facile [de l'oublier] quand vous êtes sur le vif et il y a une valeur à être décontracté parfois. Mais en fin de compte, notre travail consiste à être factuel, précis, juste et équilibré. Ainsi, certains journalistes ont la facilité de décrocher leur téléphone et de faire six choses à la fois, mais ce n'est pas le cas de tout le monde. Et cela ne fait pas de vous un meilleur ou un moins bon journaliste, c'est juste un style différent. Mais il s'agit d'une danse absolument délicate, et je sais que les écoles de journalisme doivent probablement se débattre avec le genre « OK, nous devons vous enseigner les bases, » n'est-ce pas?

Elizabeth: [00:10:47] Oui.

Rachel: [00:10:47] Comme le style et la grammaire de [La] P[resse] c[anadienne]. Mais vous devez également être capable d'utiliser votre téléphone, de faire de la vidéo, de faire ceci ou cela, car c'est ce que l'on attendra de vous lorsque vous irez sur le terrain: que vous soyez capable de jongler avec ces choses et de continuer à faire l'essentiel de votre travail, à savoir rapporter ce qui se passe.

Elizabeth: [00:11:03] C'est vrai, et donc rapporter ce qui se passe nécessite toutes sortes de compétences numériques. Vous devez posséder ces compétences et comprendre comment ces outils fonctionnent techniquement, mais aussi comment les gens vont interagir avec eux et ce à quoi ils vont faire confiance [et] ce à quoi ils ne feront pas confiance.

[00:11:18] Je voudrais revenir sur ce que vous avez dit à propos du contenu. L'une des autres façons dont les affordances peuvent jouer est la manière dont le contenu doit être façonné pour être utilisé sur ces différents types de plateformes. Et je sais que vous faites des choses, évidemment pour CTV en ligne, mais aussi [vous faites] du podcasting et [des choses] à la télévision et à travers...

Rachel: [00:11:40] Bulletin d'information.

Elizabeth: [00:11:40] Les médias sociaux. Le bulletin, oui, le bulletin! Alors, pensez-vous à créer votre contenu différemment pour ces différentes plateformes?

Rachel: [00:11:50] Plateformes. Il le faut d'une certaine manière. Encore une fois, au bout du compte, l'histoire est l'histoire, mais nous devons penser au public et à la façon dont l'endroit où il lit l'histoire va changer les choses. Dans le cas de le bulletin, je sais que la plupart des gens l'ouvrent probablement sur leur téléphone. Il s'appelle Capital Dispatch—pendant les élections, il était quotidien et nous l'appelions Election Dispatch [et] il s'agissait essentiellement d'un récapitulatif de ce qui s'était passé ce jour-là sur la campagne. Ainsi, au lieu de vous présenter une histoire complète de mille mots, il serait plus bref et comporterait des liens vers l'arrière, de sorte que si vous vouliez en lire davantage, vous pourriez le faire. Ainsi, toute cette expérience est prise en compte dans la façon dont les gens lisent le message, qu'ils l'aient ouvert sur leur ordinateur ou non. C'est un format de courriel, donc vous n'avez pas cette longueur. J'essaie de le garder serré. En ce sens, il s'agit d'une approche en une ligne, du genre: « Voici ce que vous devez savoir. Faites le suivi sur notre site web. »

[00:12:50] L'une des joies d'être une journaliste principalement en ligne est que je n'ai pas à me soucier des limites de temps. Le nombre de mots [a de l'importance] dans le sens où, à un certain moment, les gens arrêtent de défiler, il faut donc trouver le bon filon et maintenir l'intérêt. Mais vous avez la possibilité d'aller plus loin—ce n'est pas comme mes collègues de la télévision qui disent: « OK, vous avez une minute trente seconde, vous devez remplir une minute et 30 secondes. » La façon dont ils rédigent leurs histoires est donc différente dans le sens où il faut écrire en fonction des images; il faut penser à la façon dont on va mettre la vidéo ou les images à l'écran qui correspondent à ce que je dis. Et si je parle d'une politique ennuyeuse de la Capitale , parfois vous n'avez pas vraiment... c'est comme, combien de stock [images/vidéos] de la Colline du Parlement pouvons-nous mettre sur l'écran?

Elizabeth: [00:13:32] Et seront-ils réellement utiles à la personne qui les consulte?

Rachel: [00:13:35] C'est vrai, et parce que l'autre partie de tout ça, c'est que les gens regardent les nouvelles en sourdine. Il faut donc également tenir compte de ce facteur pour transmettre l'histoire [même] s'ils ne l'écoutent pas.

Elizabeth: [00:13:44] Donc même la télévision, on suppose que les gens regardent en sourdine?

Rachel: [00:13:48] Dans certaines situations. Certainement sur une chaîne d'information quotidienne, je pense. Vous savez, vous les voyez [en sourdine] dans les aéroports ou chez les coiffeurs, ce genre de choses. Les bannières et les éléments que vous voyez en bas de page sont donc délibérés dans le sens où ils transmettent l'histoire. Et parfois [...] il faut en quelque sorte replacer [la vidéo] dans ce contexte. Les nouvelles nationales sont une autre histoire. De toute évidence, il s'agit d'un programme de télévision; les gens s'assoient et regardent. Mais même dans beaucoup de nos médias sociaux maintenant, nous gardons à l'esprit le facteur muet. Vous savez, vous défilez sur Instagram ou Twitter [et] vous voulez regarder la vidéo mais vous êtes au travail ou dans un endroit où vous ne pouvez pas simplement laisser la musique jouer (ou l'audio). Nous mettons donc des sous-titres sur nos vidéos et essayons de penser à... Oui. Une réponse détournée à votre question est donc que nous pensons absolument à la plateforme par laquelle les gens accèdent aux médias. Cela ne change pas nécessairement le contenu, mais cela change probablement la structure.

Elizabeth: [00:14:40] Oui, ça a beaucoup de sens. Et j'adore l'exemple de la sourdine parce que c'est une façon très claire de penser aux affordances, non? Comme la télévision et nos téléphones, où que ce soit sur Internet, le son est possible, mais il est également possible de le désactiver. Et donc vous devez prévoir cela. Vous devez prévoir les choix que ces personnes pourraient faire quand on leur présente « Voici les options ».

Rachel: [00:15:05] De la même manière que vous pouvez mettre six titres sur une première page, si personne ne lit au-delà du titre, nous ne pouvons pas faire grand-chose. Ils ont la possibilité de cliquer dessus et de le lire. Nous espérons qu'ils le font toujours, mais ce n'est pas toujours le cas. Alors vous le faites... Il y a toujours ces réflexions dans le processus éditorial. Par exemple, si le titre est un titre, c'est pour une raison: vous transmettez l'information aussi rapidement que possible, car vous savez que tout le monde ne va pas aller jusqu'au bout de l'article. C'est pourquoi, en général, les articles d'actualité sont structurés comme ils le sont—toutes les bonnes nouvelles en haut et les détails au fur et à mesure.

Elizabeth: [00:15:38] Exactement: obtenir ces éléments de haut niveau; s'assurer que les éléments que les gens sont moins susceptibles de refuser leur fournissent les informations essentielles dont ils ont besoin.

Rachel: [00:15:48] Oui, exactement.

Elizabeth: [00:15:49] Cool. Ainsi, l'une des raisons pour lesquelles je trouve l'idée d'évitement si utile est qu'elle nous aide à faire face à cette chose appelée déterminisme technologique. Avez-vous entendu parler du déterminisme technologique?

Rachel: [00:16:00] Je veux dire, cela me semble familier, mais je ne pourrais pas vous dire exactement ce que cela signifie, alors j'attends avec impatience que vous l'expliquiez.

Elizabeth: [00:16:07] Excellent. Le déterminisme technologique est donc essentiellement l'idée que la technologie détermine la manière dont nous allons interagir avec elle et quels en seront les résultats. Par exemple, lorsque l'Internet a été créé, un grand nombre de personnes croyaient vraiment qu'il était nécessairement démocratisant en raison de sa structure. En raison de la nature décentralisée de la façon dont il a été créé, c'était comme, « Regardez, tout le monde va avoir un accès égal. Tout le monde va pouvoir donner son avis. Nous allons avoir une vraie démocratie grâce à cette technologie. »

Rachel: [00:16:42] Et la liberté d'expression.

Elizabeth: [00:16:43] Et la liberté d'expression. Exactement. Oui. Et comme, évidemment, ça a parfaitement fonctionné. [Rires] Pas vrai? Comme, [l'internet est] pas nécessairement un outil de démocratisation. C'est vrai que vous pouvez utiliser Internet pour servir des désirs pro-démocratiques... Mais aussi anti-démocratiques, non? Il y a des moyens de l'utiliser comme vous le souhaitez. Ainsi, le déterministe technologique dirait: « Parce que la technologie est là—parce que nous avons Facebook—nous étions toujours destinés à vouloir voir des vidéos très courtes dont nous pouvions activer ou désactiver le son, et nous étions toujours destinés à avoir des sous-titres, et c'était prédéterminé [pour] nous. Nous sommes juste des humains qui ont fini par devoir suivre la volonté de la technologie. »

[00:17:28] D'un autre côté, il y a l'idée du constructivisme social [qui dit] qu'en fait nous utilisons tous les outils comme nous le voulons, et que tout dépend du contexte social dans lequel ils s'inscrivent . Ce qui n'est pas non plus tout à fait vrai. [Par exemple,] nous pouvons revenir sur [la contrainte sur] le nombre de caractères autorisés dans un tweet.

Rachel: [00:17:43] Oui, ou un algorithme qui vous sert des choses délibérées pour des raisons délibérées.

Elizabeth: [00:17:47] Exactement, exactement. L'idée d'affordances nous permet donc de trouver un terrain d'entente entre les deux. Nous pouvons dire, « Oui, la technologie façonne les choix que nous faisons, » mais aussi, « Nous faisons des choix et il y a un contexte social à ces choix qui nous aide à comprendre quel sera l'impact réel de la technologie. Quel sera l'impact réel sur la façon dont nous obtenons et partageons l'information. »

Rachel: [00:18:09] D'accord, donc [si vous étiez] l'utilisateur du téléphone dans cet exemple [précédent], vous pourriez télécharger plusieurs applications d'information et les consulter régulièrement, vous pourriez télécharger Twitter. Ou, vous pourriez ne pas le faire. Et, vous pourriez écouter les nouvelles à la radio ou regarder les [nouvelles] à la télévision le soir. Vous avez la possibilité de vous informer sur toutes les nouvelles possibles à tout moment de la journée, ou vous pouvez choisir de ne pas le faire, ou vous pouvez choisir d'en choisir une et de ne l'écouter, la regarder ou la lire que celle-là. C'est donc une intéressante énigme générale de la vie et de la société...

Elizabeth: [00:18:39] [Rires] Oui.

Rachel: [00:18:39] ... de mon activité, [ou] je suppose que vous pourriez dire, dans la technologie du journalisme?

Elizabeth: [00:18:44] Oui, et je pense que cela renvoie à l'idée d'éducation aux médias et au numérique, de la même manière que ce que vous venez de décrire. Vous pouvez choisir un tas de sources différentes ([cela s'appelle] la lecture latérale) . Vous pouvez choisir de cliquer sur tous les liens que vous avez dans votre bulletin d'information pour lire le reste des articles. Vous pourriez choisir de ne pas faire ces choses. Vous pouvez choisir d'utiliser un moteur de recherche pour vérifier quelque chose que vous avez vu sur un TikTok d'une personne que vous trouvez très drôle, mais vous ne savez pas si elle est une source d'information fiable. Et le fait d'avoir toutes ces options disponibles peut aussi devenir un peu accablant parce que, vous savez, « Je bénéficie de tous ces accès. Et maintenant, qu'est-ce que je fais? »

Rachel: [00:19:28] Oui. Ou encore: « Je n'ai que quelques minutes dans la journée pour suivre l'actualité et la façon dont elle a été présentée dans cette photo Instagram vraiment conçue avec art est le seul fait dont j'ai besoin.» Et ce n'est pas toujours le cas, mais... [Rires]

Elizabeth: [00:19:39] Oui, exactement. C'est un très bon exemple de l'impact du contexte social sur les affordances dont nous disposons, car nous faisons ces choix en fonction du temps dont nous disposons et de la beauté de la photo Instagram, et tout cela se superpose. Il est donc très difficile, évidemment, d'aborder un problème tel que « Comment gérer la désinformation? » Parce que comme...

Rachel: [00:20:04] Oui.

Elizabeth: [00:20:05] Il y a de multiples facettes.

Rachel: [00:20:07] Et aussi dans le sens de la conversation que beaucoup de gens ont en ce moment sur l'accès aux journalistes en ligne et la haine et les attaques que les journalistes reçoivent . [En tant que journaliste, vous devez, dans une certaine mesure, être présent sur les médias sociaux pour votre travail. Mais de plus en plus, nous voyons que c'est aussi l'endroit où le public revient vers vous d'une manière qui est... « pas positives » serait le plus grand euphémisme de la journée. Mais c'est aussi un facteur dans notre travail maintenant. Vous devez garder à l'esprit ou considérer l'élément de rétroaction et la haine et le, vous savez... Même si quelqu'un n'a pas aimé votre article ou s'il va jusqu'à inciter à la violence et à toutes sortes de méchancetés. Mais c'est, je dirais, probablement l'inconvénient d'avoir cette possibilité d'affichage authentique en permanence. C'est [qu'ils] sont également capables de vous répondre ou de s'en prendre à vous de cette manière.

Elizabeth: [00:21:04] Oui.

Rachel: [00:21:05] C'est un facteur que nous n'avions pas nécessairement il y a encore si longtemps.

Elizabeth: [00:21:09] Oui, absolument. Et c'est intéressant parce que cet exemple est une autre façon de comprendre le rôle des entreprises technologiques, non? Parce que... prenons Twitter, par exemple. Twitter est le théâtre de ce genre de harcèlement et de discours haineux. Et Twitter, au fil des ans, a essayé de comprendre, « OK, comment faire face à cela? Voulons-nous vraiment nous en occuper? Et si c'est le cas, comment y faire face? » Et ils ont créé des nouveaux affordances pour essayer de tester, « Est-ce que ça aide? » Comme les boutons de sourdine, les fonctions de blocage et...

Rachel: [00:21:42] Vous devez lire l'article avant de le tweeter—ou ils vous demandent au moins de le faire. Ce qui, pour moi, me fait rire à chaque fois parce que je partage mon propre article, [donc] c'est comme, « C'était moi qui l'avais écrit! »

Elizabeth: [00:21:49] Oui. Oui.

Rachel: [00:21:50] C'est sûr, je vais cliquer dessus.

Elizabeth: [00:21:51] C'est comme, « D'accord, oui, je veux un renforcement positif pour ça. » [Rires] Ouais, c'est exactement ça. Ainsi, l'intégration de ces différents types d’affordances—qui, à des degrés divers, réussissent ou échouent—[est] un exemple de la manière dont ces entreprises technologiques ont en fait beaucoup de pouvoir, n'est-ce pas? Comme j'ai parlé du déterminisme technologique, et nous voulons généralement éviter d'être trop déterministe sur le plan technologique, mais reconnaître le pouvoir d'une entreprise comme Twitter de déterminer si ses utilisateurs auront ou non un recours quelconque lorsqu'ils seront harcelés—c'est un rôle important et puissant.

Rachel: [00:22:30] Oui, et ils ont aussi joué un rôle dans l'enlèvement des gens. Comme le fait de dé-plaquer les gens ou de les supprimer et de ne pas leur donner cette possibilité. Ce n'est donc pas entièrement un choix démocratique.

Elizabeth: [00:22:41] Oui, oui, exactement.

[00:22:42] Nous approchons de l'heure, mais je voulais aborder deux autres types d'affordances dont on parle dans la littérature universitaire. L'une d'elles est l'idée d'affordances imaginaires, c'est-à-dire que les utilisateurs commencent à percevoir des affordances, qu'elles soient présentes ou non. Et vous commencez à imaginer à quoi peut servir un outil, pourquoi il doit être utilisé et dans quel contexte il doit l'être. Et donc, parfois, en tant qu'utilisateurs, nous nous imposons des contraintes, même si la technologie ne l'a pas fait. Et [à l'inverse,] parfois nous imaginons qu'un outil va pouvoir faire quelque chose qu'en réalité il ne peut pas faire . Par exemple, vous savez, combien de fois vous dites, « Eh bien, comme Google connaît probablement la réponse à cette question, » et puis quand vous allez réellement chercher l'information, vous vous dites, « OK, eh bien, peut-être... peut-être que ce n'est pas une machine qui sait tout. »

Rachel: [00:23:36] Oui.

Elizabeth: [00:23:37] L'autre type d'affordance dont on parle parfois sont les affordances cachés, [qui sont des affordances qui] pourraient être présentes, mais dont nous ne sommes même pas conscients. Le fil d'actualité de Facebook en est un exemple. Vous pouvez en fait modifier la quantité de différents types d'informations que vous souhaitez voir apparaître, mais la plupart des gens ne le savent pas. En outre, l'algorithme de Facebook vous transmet des informations que vous êtes susceptible d'aimer, de partager et de cliquer, et nous ne le savons pas forcément. Ce genre de choses, qui ont un impact assez important sur votre régime d'information si vous utilisez les médias sociaux, passe en quelque sorte inaperçu.

Rachel: [00:24:17] Ouais, et je suppose que c'est—pour le premier point sur les affordances perçus ou imaginés—ce serait quand vous ne réalisez pas que vous êtes dans un nouveau silo ou dans une bulle et que vous ne recevez des nouvelles que d'une seule perspective. Ou bien vous pensez que, parce que vous avez vu un titre d'un média sur ceci, il n'a pas aussi fait un article sur cela, et qu'il vous faut donc aller vérifier. Mais l'un des plus délicats est de comprendre les algorithmes dans le sens de comment ... Même nous, en tant que journalistes, nous sommes des consommateurs d'informations et nous devons nous assurer que nous continuons à obtenir un large éventail de choses, mais aussi garder un œil sur les personnes que nous sommes censés couvrir. Il faut donc structurer [sa consommation d'information]. Par exemple, je fais des choix délibérés—je fais des listes de députés, par exemple, pour pouvoir aller les voir et savoir que...

Elizabeth: [00:25:06] Comme des listes Twitter, par exemple.

Rachel: [00:25:08] Oui, et ainsi vous pouvez garder la trace de certains groupes de cette façon. Sinon, votre flux principal peut probablement devenir une chambre d'écho, en fonction de ce que vous rapportez ou suivez. Et c'est, encore une fois, une de ces choses dont je suis consciente, parce que mon travail est centré sur l'éducation aux médias... Mais absolument, tous les utilisateurs ne pensent probablement pas à [Twitter] de cette manière et ils supposent simplement que les personnes qu'ils suivent vont leur donner toutes les nouvelles dont ils ont besoin. Et ce n'est pas toujours le cas. Il y a des tonnes d'histoires qui ne sont pas couvertes par tout le monde ou qui sont dans un marché médiatique ethnique—c'est une histoire importante que nous avons ignorée. Il y a tellement d'exemples de la capacité de la technologie [à permettre] la diffusion de ces informations, mais il y a toujours des limites à cela. Il n'y a pas qu'un tuyau d'information qui nous arrive et dans lequel nous pouvons choisir. C'est délibéré et c'est comme ouvrir les bons robinets, si l'on peut dire.

Elizabeth: [00:25:59] Oui. Ouvrir les bons robinets est une très bonne métaphore à utiliser parce qu'il y a ce flot d'informations en permanence, et donc reconnaître que vous ne recevez l'information que d'un seul robinet et ensuite déterminer quels autres robinets vous pourriez vouloir ouvrir—c'est l'éducation numérique et aux médias.

Rachel: [00:26:17] Et même dans notre travail de couverture des politiciens, nous devons garder à l'esprit les robinets qu'ils ouvrent et qu'ils n'ouvrent pas, et savoir quand ils utilisent les nouvelles technologies. Ou, vous savez, l'utilisation de la banque téléphonique ou des téléconférences—comment utilisent-ils ces choses? À qui s'adressent-ils et quelles sont les nouvelles technologies ou les nouvelles évolutions en matière de campagnes politiques, de messages ou autres qu'ils explorent actuellement et que nous devons également connaître?

Elizabeth: [00:26:41] Oui, oui, et apprendre comment ces outils fonctionnent techniquement, mais aussi comment ces personnalités politiques choisissent de les utiliser, n'est-ce pas? Comme vous avez parlé du TikTok de Jagmeet Singh: une partie de l'alphabétisation nécessaire autour de cela est de comprendre comment TikTok fonctionne, et puis il y a toute une autre couche de « Mais comment l'utilise-t-il en tant que politicien?» Parce que lui, en tant que politicien, va l'utiliser différemment de moi qui filme mon chat et qui met en ligne des TikTok de mon chat.

Rachel: [00:27:10] Je veux dire, certains jours, ils seraient probablement assez similaires.

Elizabeth: [00:27:13] [Rires]

Rachel: [00:27:15] Et je pense que la conversation la plus large est... Nous avons eu beaucoup d'attention sur, «OK, il utilise les médias sociaux de cette façon, » ou, « Trudeau utilise les médias sociaux de cette façon, » ou, « Erin O'Toole fait ces choses de style télé-town hall. » [Mais] la conversation plus large, plus importante, porte sur l'efficacité de tout cela au bout du compte.

Elizabeth: [00:27:32] Mm hmm.

Rachel: [00:27:32] De toute évidence, la façon dont vous utilisez la technologie est devenue un élément clé de la campagne, surtout en cas de pandémie. Mais, ce n'est pas prédéterminé pour les votes des gens. Par exemple, vous ne pensez pas que parce que vous avez un tas de followers sur TikTok ou que vous avez atteint des dizaines de milliers d'appelants en Colombie-Britannique. une nuit [que vous êtes efficace]. Il y a tellement plus à faire pour créer la démocratie au Parlement et toutes ces choses que ce que la technologie permet. Au bout du compte, vous êtes toujours en train d'inscrire votre vote sur un papier et [ce vote] est basé sur des personnes qui se présentent à votre porte pour vous inciter à voter ou sur des conversations avec d'autres personnes en face à face. C'est une réflexion intéressante sur la façon dont la technologie est devenue une sorte de consommation totale, mais il y a toujours cette nécessité de sortir la tête de l'eau et de réaliser que l'on peut la poser.

Elizabeth: [00:28:16] Oui, je pense que c'est un très bon point. Nous passons beaucoup de temps à penser au niveau micro et individuel, mais, quand vous arrivez au niveau macro...

Rachel: [00:28:26] Oui, et c'est tellement nécessaire depuis un an et demi, de devoir parler à tout le monde virtuellement—les zooms et tout ça—mais de plus en plus maintenant, j'espère que les choses s'améliorent, nous sommes capables d'avoir des conversations face à face. Même en pensant au dernier groupe de parlementaires sur la Colline, je ne pense pas que j'ai la même reconnaissance envers eux parce que, pendant une bonne partie de leur mandat, ils étaient un visage sur un écran Zoom dans la Chambre des communes virtuelle—qui est une autre technologie qui a maintenant été autorisée dans cette séance hybride—dont je ne parlerai pas? Et c'est une toute autre conversation sur la démocratie et le fait de la pratiquer depuis son bureau à la maison plutôt que dans la Chambre.

[00:29:06] Mais j'espère maintenant pouvoir, de plus en plus, arriver à un endroit où [...] vous [pouvez] marcher dans le hall et [demander] à quelqu'un, « Comment s'est passée votre journée? » et vous avez juste cette [conversation]. C'est une dynamique différente, et je suis certaine que chacun en fait l'expérience dans sa propre vie professionnelle, de différentes manières. Mais c'est, je pense, un bon rappel [qu'] il est vraiment facile de baisser la tête et d'entrer dans le tunnel, mais il y a beaucoup plus dans nos conversations, notre société et nos vies que ce qui est passé par un écran.

Elizabeth: [00:29:36] Oui. Et j'aime aussi ce que vous venez de dire parce que c'est comme si, « Oui, il y avait des affordances aux conversations en face-à-face et à la coprésence physique » (comme nous le disons dans la littérature académique). Comme, c'était des affordances aussi. Ils ne sont pas technologiques, mais ils étaient significatifs dans la façon dont nous interagissions. Et comme nous pouvons les faire davantage [à nouveau], nous avons besoin d'une technologie différente et ainsi de suite. Bref, je pense que nous pourrions continuer pendant des siècles...

Rachel: [00:30:07] [Rires]

Elizabeth: [00:30:08] ...mais nous n'avons pas le temps. Donc à la place, je vais terminer par le classique quiz pop.

Rachel: [00:30:14] Très bien.

Elizabeth: [00:30:15] Pouvez-vous me dire ce que sont les affordances?

Rachel: [00:30:16] Les affordances sont donc des choses qui vous permettent de faire d'autres choses. C'est un outil, un dispositif ou un mécanisme qui vous permet, ou ne vous permet pas, de vous engager d'une certaine manière. Ainsi, dans le domaine de la technologie, je pense que l'exemple de votre téléphone ou d'une plateforme serait une affordance. Ah oui?

Elizabeth: [00:30:38] Très proche! Je dirais que votre téléphone à des affordances.

Rachel: [00:30:41] Ok.

Elizabeth: [00:30:41] Ouais. Donc c'est comme: le téléphone est l'objet, mais il te permet de faire toutes sortes de choses: appeler quelqu'un, envoyer un SMS, enregistrer, poster sur Instagram, etc...

Rachel: [00:30:54] Bien.

Elizabeth: [00:30:55] Génial. Merci.

[00:31:02] Voilà, c'était notre épisode sur les affordances technologiques. J'espère que vous l'avez apprécié. Si vous souhaitez en savoir plus sur les affordances ou sur les autres théories et concepts dont nous avons parlé aujourd'hui, vous pouvez consulter les notes de l'émission ou vous rendre sur polcommtech.ca.

[00:31:13] Cette saison spéciale sur les médias et la culture numérique est financée en partie par une subvention de Connexion du Conseil de recherches en sciences humaines du Canada et par l'Initiative de citoyenneté numérique.

1/9