Radio show microphones

Wonks and War Rooms

clipart1711928.png
RSS Feed Icon_White
Spotify Icon_White
Google Podcasts icon_White.png

Rediffusion de Chambres d'écho et bulles de filtres avec Adi Rao

Saison: 4 Épisode: 5 [Rediffusion de S01 E06]

[Veuillez noter que le contenu du balado est traduit de la version originale anglaise.] Adi Rao, avocat et militant, explique comment les campagnes réfléchissent souvent à la manière dont elles peuvent pénétrer dans les bulles de filtres des gens afin de sensibiliser et de trouver de nouveaux partisans. Au cours de la conversation, Elizabeth et Adi distinguent la différence entre les bulles de filtres pilotées par algorithme et les chambres d'écho qui résultent des choix individuels dans leur environnement médiatique.


Ressources supplémentaires:

 

Transcription traduite de l'épisode: Rediffusion de Chambres d'écho et bulles de filtres avec Adi Rao


Lisez la transcription traduite ci-dessous ou téléchargez une copie dans la langue de votre choix:


Elizabeth: [00:00:04] Bienvenue à Wonks and War Rooms, où la théorie de la communication politique rencontre la stratégie sur le terrain. Je suis votre hôtesse, Elizabeth Dubois. Je suis professeure agrégée à l'Université d'Ottawa, et mes pronoms sont elle/la. Aujourd'hui, j'enregistre depuis le territoire traditionnel et non cédé du peuple algonquin.


Dans l'épisode d'aujourd'hui, nous rééditons en fait un épisode de la première saison sur les bulles de filtre et les chambres d'écho. J'ai voulu reprendre cet épisode pour cette saison spéciale consacrée à la désinformation et à la fausse information, car je pense qu'il est vraiment important de creuser les façons dont nos systèmes d'information sont façonnés pour nous et par nous, et comment cela joue sur notre probabilité de rencontrer des informations qui sont similaires ou différentes de nos croyances et idées existantes. Je pense que c'est un excellent épisode à suivre [après] celui sur la polarisation politique que nous avons eu il y a quelques semaines avec Sean Speer. Et donc, j'espère vraiment que vous apprécierez cet épisode. N'oubliez pas qu'il a été enregistré à l'automne 2020, donc certaines choses ont changé. Mais, l'idée de base des similitudes et des différences à travers les bulles de filtres et les chambres d'écho, elles restent les mêmes. J'espère que vous apprécierez.

Adi: [00:01:10] Bonjour, Elizabeth. Mon nom est Adi. Je suis un avocat de métier. Je vis à Fredericton, je travaille pour le Syndicat canadien de la fonction publique et j'ai vécu à Ottawa. Et puis avant cela, en Alberta, je suppose que j'ai aussi travaillé pour le NPD à un moment donné. Cela m'a permis d'acquérir une certaine expérience des campagnes et je continue à participer à des campagnes électorales.

Elizabeth: [00:01:41] Génial. Bienvenue. Avez-vous déjà entendu parler de l'idée d'une chambre d'écho?

Adi: [00:01:48] Je pense que de plus en plus de gens en parlent. J'ai donc entendu parler des chambres d'écho. Peut-être ai-je entendu parler des chambres d'écho parce que les gens de ma chambre d'écho parlent de chambres d'écho.

Elizabeth: [00:02:00] Et voilà. Il s'agit donc d'une théorie issue de la recherche sur la communication politique, qui observe que nous nous trouvons dans un environnement médiatique à haut niveau de choix, où les gens disposent de toutes ces sources et canaux différents pour obtenir des informations et des nouvelles politiques. Et la métaphore vient de cette idée que lorsque vous avez tous ces choix, vous pouvez choisir de vous entourer d'informations qui confirment vos croyances existantes. Et donc, tout ce que vous envoyez se répercute sur les murs et vous revient directement. Et la théorie joue en quelque sorte sur un tas de craintes démocratiques de fragmentation de la société. Et nous finissons par craindre que nous soyons tous dans nos propres petites chambres d'écho et complètement inconscients de ce qui se passe dans le reste du monde. Cela correspond-il à votre compréhension de la chambre d'écho?

Adi: [00:02:48] Je suppose, oui. Je veux dire que j'ai une compréhension plus profane des chambres d'écho qui sont une sorte d'idée de prêcher à la chorale et ce genre de choses. Alors oui, je veux dire, je pense que cela ressemble à ce que j'ai glané au cours des dernières années de cette conversation dans le monde des experts et de la politique.

Elizabeth: [00:03:07] Ouais. Avez-vous l'impression d'être dans une chambre d'écho?

Adi: [00:03:10] Je pense que je pourrais l'être, oui. Je veux dire, je pense que beaucoup de gens qui font du travail politique ou de campagne, même si ce n'est pas de la politique, mais de l'organisation communautaire ou autre, se retrouvent souvent dans une chambre d'écho. Ouais, je n'ai pas... je n'ai pas beaucoup utilisé Facebook. Et je sais que Facebook est au centre de cette conversation sur les Chambres Echo, mais Twitter, que je continue malheureusement à utiliser assez souvent, semble également présenter certains de ces traits.

[00:03:43] Bien. Je veux dire, je reçois ces choses de Twitter et de mon email disant, hey, cette personne a tweeté, tu pourrais être intéressé. On a l'impression que Twitter a compris ce qui m'intéresse et qu'il me prévient lorsque quelqu'un dont je pourrais partager les opinions a dit quelque chose. Et je vais là-bas comme un lemming et je regarde leur tweet et je suis comme, "Ouais, j'aime ce tweet". Puis je clique sur "like" et, comme de juste, Twitter sait qu'il doit m'envoyer un e-mail la prochaine fois si je ne me suis pas encore connecté pour me rappeler de revenir en arrière et de vérifier ce que cette personne a tweeté. Donc, je veux dire, je pense que nous finissons tous dans ces chambres d'écho en ligne.

[00:04:20] Mais je pense que ce qui me fascine particulièrement dans les chambres d'écho, c'est que nous sommes aussi dans des chambres d'écho hors ligne, non? Je veux dire, ce n'est pas... Je pense que nous aimons mettre tout ça sur le compte des algorithmes, des médias sociaux, etc. Mais je veux dire, j'ai l'impression que c'est une chose avec laquelle nos communautés ont lutté depuis qu'elles existent. Bien. Vous trouvez la cause sur laquelle vous voulez travailler et vous fréquentez les personnes qui veulent aussi y travailler avec vous. Et avant que vous ne le sachiez, vous ne fréquentez que des personnes avec lesquelles vous êtes d'accord ou des personnes qui sont généralement d'accord avec vous. Et puis vous êtes en quelque sorte dans une chambre d'écho. Et je sais que lorsque nous organisons des événements, par exemple, sur une question politique quelconque, qu'il s'agisse des droits des réfugiés ou des droits de l'homme en général, les personnes qui se présentent à ces événements, vous voyez souvent les mêmes visages dans la foule et vous parlez souvent aux mêmes personnes, encore et encore, et vous commencez à vous demander si vous n'avez pas simplement prêché à la chorale ou si vous faites quelque chose de mal, et si les personnes que vous voulez entendre votre message l'entendent. Les personnes dites persuadables.

Elizabeth: [00:05:15] Oui, je pense que c'est une observation très intéressante et très importante sur les types de communautés dont nous finissons par faire partie et avec qui nous finissons par traîner et avec qui nous finissons par engager la discussion. Bien. Nous savons que même en dehors de la communication politique, les sciences sociales en général ont observé depuis de nombreuses années cette idée appelée homophilie, selon laquelle nous fréquentons tous des personnes qui nous ressemblent. Nous avons tendance à avoir des amis qui ont un statut socio-économique similaire. Ils ont tendance à avoir grandi dans des régions similaires. Ils ont des niveaux d'éducation similaires. Ils aiment le même genre de choses. Tu sais, tu te fais des amis en allant à différents événements. Le fait que vous ayez tous les deux choisi d'aller à l'événement en premier lieu vous met dans une sorte de situation de similitude. Nous nous retrouvons donc dans des cercles sociaux qui nous ressemblent beaucoup, ce qui rend plus difficile de sortir et de voir d'autres perspectives, car tout le monde a la même. Nous savons également que lorsque vous passez à l'étape suivante en vous engageant activement sur le plan politique, que ce soit par le biais d'un parti politique spécifique ou sur la base d'une question particulière qui vous tient à cœur, vous allez encore plus loin dans un domaine où vous êtes entouré d'un groupe de personnes qui ont déjà adhéré à l'argument "les choses comptent", n'est-ce pas? Comme si vous n'aviez pas besoin de passer du temps à les convaincre que le changement climatique est un problème majeur parce que vous êtes allés tous ensemble au rallye sur le climat. N'est-ce pas?

Adi: [00:06:48] Oui, exactement.

Elizabeth: [00:06:49] Ouais. Ouais. Il s'agit donc d'un phénomène social qui a existé indépendamment de notre environnement médiatique. L'argument de la chambre d'écho repose en quelque sorte sur l'idée que nous aimons être entourés de personnes qui nous ressemblent parce que c'est confortable. Nous aimons les informations qui confirment nos croyances existantes parce que c'est confortable. Et il poursuit en disant, vous savez, et ensuite nous choisissons de consommer des informations qui correspondent à ce sentiment de communauté que vous construisez.

Adi: [00:07:23] Oui, à 100%. Je sais. Un exemple qui me vient à l'esprit, tiré d'une campagne dans le monde réel, est la campagne de la ville sanctuaire. Nous avons couru à Ottawa en 2017. Nous avons eu très brièvement la Campagne des villes sanctuaires qui demande essentiellement aux municipalités de s'engager à ce que les services qu'elles fournissent et qu'elles financent ne partagent jamais les informations qu'elles obtiennent des personnes qui vivent dans la communauté sans statut, sans statut d'immigration ou avec un statut d'immigration précaire, avec les autorités frontalières. En d'autres termes, vous pouvez vous rendre dans une banque alimentaire sans que l'on vous demande une pièce d'identité et, si l'on vous demande une pièce d'identité, cette information sera utilisée pour signaler votre présence à l'ASFC, ce genre de choses. Et aussi en ce qui concerne la police, de sorte qu'il devrait être interdit à la police de parler à l'ASFC. Nous avons donc essayé de lancer cette campagne à Ottawa et nous avons eu beaucoup de succès dans la mobilisation de la communauté. Et nous avons eu 30 leaders communautaires et experts qui sont venus au conseil municipal et ont fourni des députations et ont vraiment parlé des réalités des personnes qui vivent sans statut à Ottawa. Et c'était intéressant parce qu'il y avait 30 personnes qui parlaient en sa faveur.

[00:08:41] Et puis il y a eu cette personne qui est venue parler contre. Et il s'est avéré que cette personne était un jeune homme, en première ou deuxième année d'université, qui est venu et a dit qu'il n'aimait pas vraiment l'idée. Il pensait que c'était une gifle au visage du travail qu'Ottawa avait déjà fait, ce genre de choses. Et et et c'était, ce n'était pas, vous savez, ce gamin n'avait pas vraiment d'expertise sur la question.

[00:09:11] Il est simplement venu donner son avis, comme les membres et les citoyens d'Ottawa ont le droit de le faire. Mais ce qui m'a intéressé, c'est qu'une station de radio locale a couvert l'histoire, ainsi que d'autres médias. Et tous les médias qui ont couvert l'événement ont dit, vous savez, beaucoup de gens sont venus, tous ces experts, ils ont pris des citations et ainsi de suite. Mais cette station de radio a mis un point d'honneur à ne faire qu’une seule entrevue avec ce seul gars. Et c'est une station de radio de droite à Ottawa. Et je pense que c'est un exemple très concret du fait que ce n'est pas seulement un problème de médias sociaux. Les médias traditionnels font ça tout le temps, ils cherchent des points de vue ou leur public pour renforcer ce que leur public veut entendre.

[00:10:06] Et la tragédie de tout cela, bien sûr, c'est que nous avons finalement échoué, parce qu'il n'y avait pas le courage politique de faire ce pas et d'instituer ces politiques pour protéger les personnes qui vivent à Ottawa sans statut. Mais dans ce cas précis, ce qui était tragique, c'est que ce gamin, en fait, était un stagiaire dans l'un des bureaux des conseillers qui était opposé à la campagne. Et il avait essentiellement planté cette personne pour faire cette intervention. Mais cela n'a pas été mentionné dans la couverture que cette station de radio a donnée à cet étudiant. Et c'était, vous savez, je pense que cela souligne vraiment comment nous avons vécu dans ces chambres d'écho tout ce temps de toute façon. Bien.

Elizabeth: [00:10:52] Oui. Et donc, vous savez, nous comptons sur le journalisme pour nous aider à être mieux informés sur nos systèmes politiques, parce que tout le monde ne peut pas être à l'hôtel de ville tout le temps pour observer ce qui se passe. Et donc, ce que vous venez de décrire, cette sorte d'approche partisane de la sélection des personnes interviewées et du choix des informations à partager, s'inscrit dans l'idée de chambre d'écho. Mais je veux m'assurer que nous distinguons un peu la différence entre les choix qui sont faits du côté des producteurs de médias et la diffusion de l'information. Alors là, on peut penser à la station de radio et au journaliste qui faisait cette interview. Nous pourrions considérer Facebook et Twitter comme des entreprises qui hébergent des informations et contribuent à leur diffusion, et qui disposent d'algorithmes qui trient les informations diffusées.

[00:11:46] Il y a donc un tas de choix de ce côté. Mais la théorie de la chambre d'écho se concentre vraiment sur les choix que nous faisons, en tant que consommateurs d'informations, en choisissant d'écouter cette station de radio et uniquement cette station de radio et en faisant en sorte que cela confirme nos croyances et nos idées existantes et que nous nous sentions bien et à l'aise. C'est l'une des craintes de la chambre d'écho. L'autre crainte est d'avoir des gens qui se disent : "Vous savez quoi, je pense que la politique est trop stressante, ou c'est stupide, ou c'est ennuyeux, ou quoi que ce soit d'autre, et qui choisissent simplement de ne pas prêter attention aux informations politiques. Nous craignons donc que le fossé ne se creuse entre les personnes très informées et celles qui ne le sont pas du tout, ce qui est préoccupant dans le contexte d'une démocratie où, idéalement, les électeurs sont informés et prennent des décisions le jour du scrutin.

Adi: [00:12:37] Oui, à 100%. Je pense que c'est un très bon point. Après tout, ces entreprises sont axées sur la demande, n'est-ce pas? Je veux dire, ils essaient de faire même si c'est une station de radio ou si c'est Facebook. Au final, cela dépend de ce que veulent les consommateurs. Et quand vous mettez les consommateurs à l'aise, je suppose que vous voulez encore plus de confort .

Elizabeth: [00:12:57] Complètement. Vous savez, au début de la conversation, vous parliez de Facebook et de Twitter, comme si chacun de ces sites pouvait être sa propre chambre d'écho. Et cela joue dans les décisions que prennent ces entreprises. Ils ont conçu toute leur activité autour de l'idée que nous pouvons prendre toute cette quantité massive d'informations qui se trouvent dans le monde et nous pouvons les trier pour vous. Nous pouvons vous donner ce qui compte le plus pour vous. N'est-ce pas? Et ils déterminent ce qui compte le plus pour vous en regardant ce que vous avez aimé, ce que vous avez partagé, ce sur quoi vous avez cliqué, ce que vous avez commenté et ce que les personnes qui vous ressemblent, qu'il s'agisse de vos amis sur ce réseau, de vos relations ou d'autres personnes ayant des habitudes similaires aux vôtres sur leur plateforme, ont aimé, partagé, cliqué et commenté. Et tout cela contribue à promouvoir leur modèle économique, car plus vous aimez le contenu de ce site, plus vous y passez de temps, plus vous leur apportez des fonds publicitaires, n'est-ce pas?

Adi: [00:13:54] Ouais. Je pense que ça a beaucoup de sens. Et nous avons tous connu ce moment où vous parlez à quelqu'un d'acheter quelque chose et où, l'instant d'après, vous recevez une publicité ciblée de votre sur votre Instagram ou autre et ça vous fout un peu les jetons. Et je veux dire, je suis sûr qu'il y a... je ne sais pas comment ça marche vraiment. Mais à mon avis, votre téléphone ne vous écoute probablement pas. C'est juste qu'ils sont devenus si bons à prédire ce que vous voulez que parfois ça arrive.

Elizabeth: [00:14:24] Ouais. Et les petits signaux que vous envoyez au monde lorsque vous naviguez sur Internet, vous ne vous rendez même pas compte qu'ils sont intégrés dans ce que les différentes plateformes que vous utilisez sur Internet vous livrent. Bien. Mais cela fait ressortir une distinction importante entre l'idée de chambre d'écho et une autre préoccupation très courante concernant les bulles de filtres. Les bulles de filtres sont donc pilotées par des algorithmes. Il s'agit à nouveau d'une métaphore pour décrire le moment où nous nous retrouvons dans un contexte où les informations qui nous entourent ne font que confirmer nos idées et nos croyances existantes. Et ce qui se passe, c'est que les plateformes de médias sociaux, les moteurs de recherche et autres outils numériques, ils développent ces algorithmes pour filtrer l'information pour nous, l'information que nous allons aimer, cliquer, commenter, partager, et ils le font d'une manière qui crée un peu une bulle. Vous finissez par ne voir que des choses qui sont toutes très similaires à ce que vous avez déjà vu. Et donc si vous avez aimé beaucoup de vidéos de chats, vous allez recevoir beaucoup de vidéos de chats. Si tu aimes les sports extrêmes, tu vas finir par avoir tous ces types de vidéos. Si vous êtes un passionné de politique et que vous aimez lire les détails de la procédure parlementaire, vous allez peut-être voir apparaître des informations sur la procédure parlementaire dans votre flux.

Adi: [00:15:53] Je pense que ça donne du sens à tout ça. Je suppose que oui. Filtrer les bulles, créer des chambres d'écho, c'est essentiellement ce qui se passe, je suppose.

Elizabeth: [00:16:00] Ouais. Donc ils peuvent, mais ils ne doivent pas nécessairement le faire, n'est-ce pas? Nous pourrions donc être dans une bulle de filtrage sur Facebook, mais faire des choix dans nos habitudes médiatiques pour contrecarrer cet effet de bulle et finir, vous savez, par regarder très intentionnellement un tas de sources d'information différentes avec un ensemble de perspectives différentes de celles auxquelles nous sommes normalement habitués. Et nous pourrions nous appuyer sur la radio, la presse écrite, les forums de discussion en ligne et Twitter. Et grâce à toutes ces sources d'information différentes qui nous parviennent sous des angles différents, nous évitons de nous retrouver dans une chambre d'écho, même si c'est le cas sur cette seule plateforme, Facebook. Voir juste les vidéos de chats encore et encore.

Adi: [00:16:49] Oui, ils ont du sens. Je veux dire, je pense que nous avons beaucoup d'organisations de campagne, qu'il s'agisse d'Amnesty International, qui fait des campagnes sur les droits de l'homme, ou du NPD, qui fait des campagnes politiques partisanes. Je veux dire, c'est à la fois une opportunité et un obstacle, non? Je veux dire, vous essayez de pénétrer ces bulles de filtres afin de faire passer votre message aux personnes que vous pensez vouloir atteindre et qui pourraient être sensibles à votre message ou aux personnes que vous voulez convaincre de quelque chose. Mais une partie du temps, le défi consiste à pénétrer cette bulle de filtres et à faire passer votre message pour qu'ils puissent le voir.

Elizabeth: [00:17:32] Oui. Alors quelles, quelles stratégies peuvent être utilisées pour cela? En avez-vous vu qui ont réussi?

Adi: [00:17:37] Eh bien, je, je pense que c'est un débat en cours, d'accord. Je veux dire que je pense que les organisations de défense des droits de l'homme, qui font beaucoup de campagnes en ligne, ont connu une sorte de renaissance en matière de stratégie de campagne. Bien. Donc passer d'un message basé sur la crise à un message basé sur l'espoir. Dans l'espoir, je suppose que les messages basés sur l'espoir pénétreront certaines de ces bulles, parce qu'en fin de compte, les gens veulent se sentir en sécurité et à l'aise. Et je pense que pour les organisations de campagne, la recherche a montré que les messages basés sur la crise ne sont pas efficaces pour essayer de convaincre les gens. Et il y a toute cette idée de communication basée sur l'espoir, dont un certain Thomas Coombs a été le fer de lance - ancien militant de l'amnistie. L'idée que pour amener les gens à réfléchir à ces questions, nous devons leur présenter des messages fondés sur la solidarité et l'espoir, afin qu'ils se sentent concernés, qu'ils puissent s'identifier à la valeur que vous partagez. Donc l'idée que ce sont les valeurs qui comptent, pas tellement les nouvelles, d'accord.

[00:18:50] Comme dire à quelqu'un que des droits sont violés quelque part, plutôt que de dire "voici une victoire d'un droit humain". Il y a une réaction émotionnelle différente selon laquelle nous devrions parler des solutions et non des problèmes, l'idée que nous devrions parler des opportunités et non des menaces. Et. C'est vrai. Je pense que c'est une conversation en cours pour voir si ça va être un succès ou pas. Mais je pense que beaucoup de gens qui défendent l'idée d'une communication basée sur l'espoir et d'une campagne pour les droits de l'homme, je suppose, espèrent que c'est le genre de campagne qui permettra de pénétrer une partie de tout cela. Et pour être honnête, c'est un peu ce que la droite a fait. Bien. Comme Ontario Proud, par exemple, qui commence à vous accrocher avec ces vidéos de chats ou autres. Et puis et puis soudain, boom. Voici un message très partisan sur la façon dont Doug Ford est la personne qui va vous sauver de l'élite libérale maléfique, et vous avez été attirés par ce genre de photos positives et mignonnes.

Elizabeth: [00:19:57] Ces pêches du Niagara sont magnifiques.

Adi: [00:19:59] Oui, exactement. Tout d'un coup, vous faites partie de cet écosystème. Et je pense que ce que nous avons - je ne sais pas si c'est l'opinion dominante ou non, mais je pense certainement que nous ne pouvons pas vraiment défaire le paysage médiatique. Mais nous devons travailler avec ce que nous avons maintenant. Et je pense que le fait qu'il existe de la manière dont il existe signifie que nous devons repenser la manière dont nous essayons de faire passer notre message. Et je pense que les gens veulent être solidaires les uns des autres. Je pense qu'au bout du compte, les gens veulent sentir qu'ils font partie d'une communauté.

Elizabeth: [00:20:31] Ça nous ramène à notre point de départ avec l'idée de chambres d'écho. Nous y sommes constamment présents car nous aimons faire partie de communautés. Et donc c'est intéressant de voir que la réponse pour sortir les gens de... Hors d'une chambre d'écho ou d'une bulle de filtres, selon que l'on parle du système médiatique global ou de l'approche algorithmique spécifique d'une plateforme. Tu sais, comme si le moyen de les faire sortir d'un endroit qui n'est pas le tien était d'essayer de les faire entrer dans le tien. Bien.

Adi: [00:21:05] Ouais.

Elizabeth: [00:21:05] Je voulais aussi retourner un peu la situation parce que nous avons parlé, vous savez, de l'approche au niveau du style de communication et au niveau des émotions. Je voulais souligner, cependant, que l'une des composantes ici, en particulier pour l'idée de la bulle de filtres, qui est celle qui est axée sur l'algorithme, une grande partie de ce que l'information se répand est en fait très dépendante de la façon dont la société de technologie a conçu ses algorithmes pour hiérarchiser le contenu sur les flux des gens.

[00:21:39] Et c'est intéressant dans ce contexte, car l'émotion est l'un des principaux facteurs qui, selon nous, incite à aimer, cliquer et partager. Et nous savons que les choses qui sont extrêmes, incroyables, choquantes et qui suscitent une forte émotion sont celles que la plupart des grandes sociétés de médias sociaux privilégient actuellement dans la manière dont elles ont conçu leurs algorithmes pour nous. Vous savez, ils essaient de répondre à ce problème dans une certaine mesure en modifiant les algorithmes pour qu'il ne soit pas aussi facile de les manipuler. Mais en fin de compte, les choses qui nous font ressentir sont celles qui finissent par être diffusées en raison de la manière dont les algorithmes ont été conçus pour nous répondre. Il est donc intéressant de se demander dans quelle mesure la peur est une meilleure motivation pour l'action en ligne. Et par action, je veux dire comme cliquer sur un bouton ou espérer.

Adi: [00:22:39] N'est-ce pas? Je veux dire, je pense que c'est un très bon point. Et le fait est que plus il y a d'actions et de clics, plus vos revenus augmentent pour ces entreprises. Il y avait donc une incitation à continuer de favoriser un système ou un système algorithmique qui encourage la peur en tant qu'émotion, afin que vous continuiez à regarder ou à voir des choses, à cliquer sur des choses.

Elizabeth: [00:23:09] Et oui, et, et je pense qu'il est également important de nous ramener à, vous savez, même si nous nous débarrassons de ces bulles de filtres individuels qui sont dirigés par des algorithmes sur des plateformes spécifiques, nous avons toujours un environnement médiatique où les gens choisissent parmi de nombreuses sources d'information différentes. Les gens pourront toujours choisir uniquement des choses qui correspondent à leur vision étroite si c'est ce qu'ils veulent faire. Que l'on se débarrasse ou non de la composante "bulle de filtre", il reste la composante "choix humain". Et, vous savez, vous pourriez vous débarrasser des plateformes individuelles potentiellement. Je pense que ce serait difficile, mais potentiellement vous ne pouvez pas vraiment vous débarrasser du phénomène. Bien. Comme la grande diversité d'informations qui existe parce que nous avons l'Internet et il y a probablement des arguments assez forts pour dire que nous avons en quelque sorte besoin de l'Internet pour une grande partie de la vie.

Adi: [00:24:02] Oui, c'est vrai. Bien. Et il y a cette étrange fonction sociale que ces entreprises médiatiques fournissent, qui consiste à filtrer les informations en fonction de vos goûts. Il y a aussi le filtrage qui, d'une certaine manière, est utile pour couvrir une grande partie du bruit et le distiller. Il suffit de permettre à toutes ces informations de devenir quelque chose que vous voulez consommer. Et d'une certaine manière, c'est plutôt utile. Bien. Sinon, nous serions tous noyés sous toutes les informations qui existent.

Elizabeth: [00:24:33] Oh oui. C'est extrêmement utile. Nous avons besoin de moteurs de recherche et ces sociétés de médias sociaux, qui sont essentiellement des moteurs de recherche juste pour nos interactions sociales comme nous en avons besoin, elles nous sont très utiles dans, dans notre vie quotidienne. Mais oui, il y a des questions sur leur influence, sur les informations auxquelles nous avons accès. Et je pense qu'une autre question importante est de savoir dans quelle mesure le processus de filtrage est transparent pour s'assurer qu'ils font bien les choses. Nous devons savoir comment cela se passe afin d'être suffisamment informés pour choisir de modifier notre alimentation médiatique de manière à contrer la bulle de filtres. Si nous reconnaissons que nous sommes dans une bulle de filtres parce que Twitter continue à nous donner les mêmes choses et que nous continuons à revenir en arrière et à les corriger. Si nous le remarquons, si nous le reconnaissons et si nous comprenons comment Twitter fait cela, alors nous pouvons dire, ok, je vais faire ces autres choix pour les autres types de sources d'informations politiques. Je dois aider à l'équilibrer. Ouais. Très bien. J'ai une dernière question pour vous. C'est un petit quiz. Je me demande si vous pouvez me dire la différence entre les chambres d'écho et les bulles de filtre.

Adi: [00:25:44] Oh, mon Dieu. Vous êtes sérieux?

Elizabeth: [00:25:47] Vous pouvez le faire. Je crois en toi.

Adi: [00:25:50] Eh bien, je pense que ce que j'ai compris, c'est que les chambres d'écho, l'une des principales différences entre les bulles de filtre et les chambres d'écho, c'est que les bulles de filtre ont à voir avec les algorithmes et l'idée qu'il y a ces choses mécaniques qui ont été mises en place qui ont pour résultat de filtrer les informations que vous voyez. Je suppose que les chambres d'écho peuvent être le résultat de bulles de filtres. Ce n'est pas forcément le cas, mais c'est l'idée que vous vous retrouvez dans des environnements avec des personnes qui ont les mêmes idées que vous et que vous finissez par entendre ce que vous voulez entendre.

Elizabeth: [00:26:31] C'était génial. Bien joué.

Adi: [00:26:33] Génial. Super. Je suis content. Ai-je réussi?

Elizabeth: [00:26:35] Tu as réussi.

Adi: [00:26:36] Oh, bien. Je suis si heureux.

Elizabeth: [00:26:37] Très bien fait.

[00:26:44] Voilà, c'était notre épisode sur les chambres d'écho et les bulles de filtre. Merci de vous joindre à nous. Si vous souhaitez obtenir plus d'informations sur l'une des théories ou l'un des concepts dont nous avons parlé aujourd'hui, consultez les notes de l'émission ou rendez-vous sur Polcommtech.ca. Vous pouvez trouver les transcriptions complètes de cet épisode en français et en anglais, ainsi qu'une liste détaillée de lectures complémentaires et de ressources supplémentaires. Cette saison spéciale sur la fausse et la désinformation vous est proposée, en partie grâce à une subvention du Conseil de recherches en sciences humaines du Canada et par l'Initiative de citoyenneté numérique.

1/9