Radio show microphones

Wonks and War Rooms

clipart1711928.png
RSS Feed Icon_White
Spotify Icon_White
Google Podcasts icon_White.png

Les répertoires d'information politique avec Murad Hemmadi

Saison: 3 Épisode: 2


[Veuillez noter que le contenu du balado est traduit de la version originale anglaise.]


Murad Hemmadi est un journaliste pour The Logic et cette semaine il parle avec Elizabeth des répertoires d'information politique. Du matériel de campagne des partis, aux discussions politiques, aux mèmes politiques; les répertoires d'information politique peuvent être un mélange de beaucoup de choses différentes. Ils discutent de ce qui constitue le répertoire d'une personne, de l'idée de slacktivisme, du manque de « backstory » dans les informations et du TikTok de Jagmeet Singh.


Ressources supplémentaires

** Une remarque brève que dans cet épisode Murad utilise le terme « référentiel » comme synonyme de « répertoires », alors que « répertoires » est le terme correct.

 

Transcription traduite de l'épisode: Les répertoires d'information politique avec Murad Hemmadi


Lisez la transcription traduite ci-dessous ou téléchargez une copie dans la langue de votre choix:


Elizabeth: [00:00:04] Bienvenue à Wonks and War Rooms, où la théorie de la communication politique rencontre la stratégie sur le terrain. Je suis votre hôte, Elizabeth Dubois. Je suis professeure agrégée à l'Université d'Ottawa et mes pronoms sont elle/la. Aujourd'hui, j'enregistre depuis le territoire non cédé et traditionnel du peuple algonquin. Dans l'épisode d'aujourd'hui, nous parlons des répertoires d'information politique avec Murad Hemmadi. Murad, pouvez-vous vous présenter?

Murad: [00:00:24] Mon nom est Murad Hemmadi. Je suis journaliste à The Logic, une publication commerciale canadienne axée sur la technologie et l'innovation. Je vis et travaille à Ottawa et je couvre principalement la politique commerciale fédérale, la politique de confidentialité, tout ce qui touche de près ou de loin à la technologie et au monde en ligne. Avant cela, j'ai couvert la politique pour Maclean's (également à Ottawa) et j'ai travaillé au Canadian Business Magazine lorsque celui-ci existait encore. Je m'intéresse surtout à la façon dont la technologie change l'économie et à la façon dont les gouvernements tentent d'y faire face par le biais de la réglementation.

Elizabeth: [00:01:04] Merci beaucoup, je suis très heureuse de vous recevoir. Aujourd'hui, nous allons parler des répertoires d'information politique, et j'ai pensé que votre expérience à la fois dans le domaine de la technologie et de la politique était parfaitement adaptée à ce sujet, car les répertoires d'information politique changent assez radicalement à mesure que les nouvelles technologies de l'information sont intégrées dans notre vie quotidienne.

[00:01:24] Les répertoires d'information politique sont donc essentiellement la collection des différents outils et sources dont nous disposons pour recueillir des informations politiques—et il s'agit de tout type d'outil ou de source que nous utilisons pour acquérir des informations, des connaissances et des compétences politiques. Il peut s'agir de médias d'information traditionnels, d'informations provenant de médias sociaux ou d'autres sources en ligne, ou encore d'une recherche approfondie sur Wikipédia. Toutes ces choses différentes peuvent contribuer au répertoire d'information politique de quelqu'un. Nous parlons de « répertoires riches » lorsque quelqu'un dispose d'un grand nombre de sources et de types d'informations politiques différents dans son régime médiatique . Et vaguement, la littérature semble suggérer que plus votre répertoire d'informations politiques est riche—c'est-à-dire plus vos sources sont variées—plus vous êtes susceptible de vous engager en politique. C'est donc un concept intéressant, mais il est relativement nouveau. Et ce dont je veux vous parler aujourd'hui, c'est de savoir si cela correspond ou non à votre compréhension et à votre expérience du monde des médias d'information.

[00:02:33] Donc, tout d'abord: Est-ce que ça a un sens pour toi? Voyez-vous des problèmes? Quelque chose sur lequel vous voulez poser des questions?

Murad: [00:02:41] Oui. Comment définiriez-vous l'engagement politique dans ce contexte?

Elizabeth: [00:02:48] Oui, c'est une très bonne question. Un grand nombre d'études universitaires ont chacune leur propre définition, et c'est un problème dans tout le milieu universitaire. On finit par mesurer la même chose, mais de plusieurs façons différentes. Ainsi, parfois [l'engagement politique est] mesuré en termes de [demande], « Sur cette liste d'activités, combien en avez-vous fait? » Et cette liste d'activités peut être du type: signer une pétition, participer à une manifestation, voter aux dernières élections. Parfois, elle inclut même des éléments comme le fait d'entrer en contact avec un candidat politique pour obtenir plus d'informations ou vos habitudes en matière d'information . Dans ce groupe d'engagements et d'activités politiques, il y a souvent aussi des mesures des connaissances politiques des gens et de leur degré d'apprentissage de la politique, et parfois [il peut y avoir] des questions de test de compétences comme « Savez-vous qui est le Premier ministre? » Et puis d'autres fois, [les mesures peuvent être] plus sur les affaires courantes. Donc, il y a un tas de façons différentes de le mesurer.

Murad: [00:03:43] Certains de ces éléments figurent également dans l'examen de citoyenneté, que j'ai récemment passé. Oui, je pense que c'est intéressant.

Ainsi, dans mon quotidien, je fais une distinction entre la politique et les politiques publiques. J'ai tendance à considérer la politique comme l'œuvre de la partisanerie. À Ottawa, il y a un fossé entre la couche politique (les ministres) et ces [travailleurs gouvernementaux non élus], et ce sont deux [couches ou branches du gouvernement] distinctes. Il y a le gouvernement, c'est-à-dire le cabinet, puis la Chambre, c'est-à-dire le Parlement, et enfin la pile de décideurs de la fonction publique. Il est évident qu'ils ne sont pas complètement séparés, mais ils sont fonctionnellement séparés, parfois de manière utile.

Et je pense qu'il est intéressant de penser à ces référentiels [dont vous parliez] et à la diversité de leur évolution au fil du temps. Il y a ces statistiques que les gens brandissent, à propos des personnes qui obtiennent leurs informations sur Facebook—beaucoup de gens l'utilisent maintenant comme leur principale source d'informations. Et je pense qu'il faut faire la part des choses entre l'utilisation partisane [de ces outils, notamment] le « Mon gars ou ma fille est meilleur(e) que le vôtre », les attaques partisanes du gouvernement contre les partis d'opposition et vice-versa, ce genre de choses... et la conversation politique, qui consiste à dire: « Le gouvernement prend telle ou telle mesure. » Contrairement à la conversation sur les politiques, qui est «Le gouvernement fait X actions. » Et plus important encore, franchement, pour le public, « Et voici comment la mesure X vous affecte. »

Elizabeth: [00:05:14] Mm hmm.

Murad: [00:05:14] Maintenant, cette deuxième partie qui—ces trucs de politique—n'est pas toujours explicitement étiquetée comme politique, n'est-ce pas? C'est juste l'essence de la vie. C'est la substance de vos interactions avec le gouvernement.

Elizabeth: [00:05:26] Correct.

Murad: [00:05:27] Donc, pour répondre brièvement à votre question: oui, le concept [de répertoires d'information politique] a du sens, et l'idée qu'il devienne plus varié à l'ère numérique a certainement du sens. Je pense que les sources sont différentes selon que l'on se situe du côté politique ou du côté de la politique. Ainsi, du côté politique, vous pouvez avoir des pages Facebook, des pages de mèmes, vos diverses pages de mèmes partisanes et affiliées, les organes de presse qui publient sur Internet sont présents sur Internet, YouTube, tout ce genre de choses. Et puis, du côté des politiques, il y a certainement le même ensemble de choses, mais il y a aussi la prestation numérique de services gouvernementaux, qui comprend des informations sur les politiques. Il s'agit de la présence numérique du gouvernement actuel. Donc, pour résumer la réponse: oui, mais je pense qu'ils varient en fonction de la porte par laquelle vous arrivez.

Elizabeth: [00:06:22] Oui, je pense que c'est très intéressant et j'aime beaucoup la division que vous avez établie entre la politique formelle (comme la politique du « grand P » ) et les discussions politiques, qui sont très politiques en ce sens qu'elles portent [souvent] sur des luttes de pouvoir, et qu'elles ont des impacts très significatifs sur notre vie quotidienne—qui sont des décisions politiques importantes qui ont été prises et la mise en œuvre de ces décisions. Je pense que c'est vraiment utile de les diviser. J'ajouterais aussi que—vous avez beaucoup parlé de la politique partisane—je pense qu'il y a aussi une grande partie de l'information politique qui provient de l'extérieur des structures formelles des partis et des structures gouvernementales, et cela pourrait être [l'information politique provenant] des groupes de la société civile, des groupes de réflexion, des universitaires, [ou] d'autres types de groupes sociaux auxquels vous participez (que ce soit en ligne ou hors ligne) qui finissent par être politiques dans des sens non formels.

Murad: [00:07:20] C'est certain. Et l'une des choses auxquelles j'ai réfléchi depuis quelques années maintenant... Quel était le—il y avait un mot pour ça. .. Il y avait ce terme dérisoire qui était utilisé pour les jeunes qui s'engageaient dans l'activisme en ligne, mais qui ne le vivaient pas nécessairement dans leur vie réelle. Tu sais de quoi je parle?

Elizabeth: [00:07:45] Oh, comme le truc du slacktivisme?

Murad: [00:07:48] Slacktivisme! Le slacktivisme, c'est ça. Ainsi, la grande idée n'est pas nécessairement nouvelle, car à l'époque des pamphlétaires, il y avait probablement des gens qui parlaient à leurs amis de ce qu'il y avait dans les pamphlets [mais] qui ne s'engageaient jamais [dans d'autres actions politiques, comme, par exemple, ils ne participaient jamais] à une grève générale et faisaient tomber le gouvernement, ou quoi que ce soit d'autre à cette époque. Mais il y a eu un moment, il y a peut-être six ou sept ans—j'ai l'impression que c'était au début de ma carrière ou à la fin de mes études universitaires—où l'on s'est demandé: « Qu'arrive-t-il à nos jeunes? Ils ne votent pas, mais ils cliquent sur des choses qu'ils aiment sur Facebook et ils tweetent sur des choses, mais ils ne se rendent jamais aux urnes. » Et je me souviens de personnes que je respectais à l'époque et qui disaient: « Écoutez, c'est une forme d'engagement en soi. »

[00:08:37] Et j'en parle parce que [de] la remarque que vous faites à propos de certaines études qui montrent que les personnes qui ont un répertoire politique plus varié sont plus engagées dans la politique. Je pense que c'est pour cela que le « ce que signifie l'engagement » est important, non? Parce que si vous êtes—et c'est certainement le cas de beaucoup de gens de notre génération et peut-être plus jeunes—extrêmement connectés et que vous participez probablement aux blagues du jour sur Twitter (dont certaines ont une saveur politique), aux pages de mèmes, et ainsi de suite, la question est: « Quel est l'impact de cet engagement politique? » Parce qu'il n'est plus vrai que les taux de vote des jeunes (je veux dire, nous n'avons pas les sondages de sortie pour cette élection , mais) sont en baisse. Ils ont augmenté lors des deux dernières élections; ils sont encore nettement inférieurs à ceux des autres générations, mais ils augmentent. Ils ont augmenté d'environ 12 points de pourcentage en 2015 et sont en quelque sorte restés dans cette voie. Mais il y a probablement une cohorte plus importante qui s'engage auprès des acteurs politiques et des sujets politiques, mais qui ne participe pas à la démocratie de la manière traditionnelle (comme le vote, les dons, le bénévolat, etc.). Et donc, lorsque vous parlez de la société civile et des groupes de réflexion, et de cette troisième couche entre le travail de Big P et la politique, je pense que cela joue également un rôle. Il y a une couche de personnes qui s'engagent avec les idées et l'idéologie dans l'abstrait, ou dans le monde en ligne, mais pas nécessairement de la manière qui crée un impact dans le monde.

Elizabeth: [00:10:25] Oui, oui. Je comprends ce que tu veux dire. C'est intéressant parce que lorsque les études sur l'internet ont commencé, on était tenté de penser à la vie en ligne par rapport à la vie hors ligne. Et beaucoup d'idées comme le slacktivisme étaient vraiment ancrées dans cette idée que nous pouvions séparer qui nous sommes en ligne de qui nous sommes hors ligne. Et la réalité est que, pour la grande majorité d'entre nous, ces mondes sont profondément, profondément entrelacés. Et donc, une des choses que vous soulevez, pour moi, parle de ce besoin de penser non pas à la relation entre, « Oh, est-ce que votre consommation d'information politique en ligne mène à des activités hors ligne? » Mais plutôt, « Comment sont-elles liées les unes aux autres et quels types d'activités, qu'elles soient en ligne ou hors ligne, mènent à des impacts politiques et lesquelles ne le font pas? » Correct? Vous pouvez laisser beaucoup de messages téléphoniques à votre député, et s'ils sont tous effacés, c'est un peu la même chose que d'envoyer un courriel ou un tweet à votre député si [ces messages] ne sont pas pris en compte. Et donc, oui, je pense que c'est une chose vraiment intéressante que nous avions l'habitude de considérer comme un fossé facile à franchir, mais qui est vraiment complexe et liée les unes aux autres maintenant.

Murad: [00:11:47] C'est sûr. Je me souviens avoir suivi un cours de premier cycle avec Sarah Grimes à l'Université de Toronto, qui portait sur les communautés et les mondes en ligne. Il y a toujours eu des communautés d'intérêt, et il est évident que certaines n'ont rien à voir avec la politique, comme c'était mon cas sur Neopets... Mais mes Neopets sont probablement toujours affamés quelque part. Je ne les ai pas nourris.

Elizabeth: [00:12:14] Ohh, pauvre Neopets.

Murad: [00:12:15] Je sais. Ils devraient vraiment fermer ces comptes. C'est de la cruauté au bout d'un moment.

Elizabeth: [00:12:20] [Rires]

Murad: [00:12:20] Mais vous savez, je pense qu'il y a une sorte de génération relais à qui on a appris à penser à cette distinction [, n'est-ce pas]?

Elizabeth: [00:12:30] Mm hmm

Murad: [00:12:30] Où vous étiez soit extrêmement en ligne, soit extrêmement en personne. Être en ligne signifiait que vous pouviez vous connecter à ce monde qui se trouvait si loin des frontières de votre maison et de votre communauté. Si vous étiez un enfant qui aimait une chose et qu'il n'y avait personne dans votre voisinage qui aimait cette chose, vous pouviez trouver quelqu'un en ligne . Cette sorte de pureté et de beauté de la première vague de l'internet de masse, avant que tout va en enfer. Je me demande ce que cela signifie pour l'engagement politique de la génération qui n'a pas ce fossé. Vous savez, on s'est beaucoup moqué pendant cette élection des TikToks de Jagmeet Singh, le leader du NPD. Et je dois dire que j'ai l'impression d'avoir été un hipster sur ce sujet. Je critique cela depuis des années maintenant... mais j'aime à penser que je le critique d'une manière plus intelligente que certaines personnes. La question n'est pas, « Est-il approprié pour un dirigeant d'être présent sur les plateformes sociales et de s'exprimer dans la langue de ces plateformes. » Vous savez, à quoi ça sert à Jagmeet Singh d'être sur TikTok pour faire un discours? Comme...

Elizabeth: [00:13:49] Bien, personne ne va sur TikTok pour entendre un discours.

Murad: [00:13:52] Exactement.

Elizabeth: [00:13:52] Ce n'est pas le but de TikTok.

Murad: [00:13:54] Exactement. Et pourtant, nous savons qu'il y a des gens qui obtiennent leurs informations politiques sur TikTok, non? Ce ne sont pas toutes de bonnes informations politiques, ou du moins pas toutes des informations politiques exactes, mais c'est une source d'information sur ce qui se passe dans le monde. Elle n'est peut-être pas sous la forme à laquelle certaines personnes sont habituées, mais elle est là.

Elizabeth: [00:14:13] Yup.

Murad: [00:14:14] Je pense que la question est la suivante: a) Comment pouvez-vous être efficace en vous adressant à ce public, de sorte que vous utilisez la langue vernaculaire de ce public? (Jagmeet Singh est, fantastique.) Mais b) Est-ce le public que vous devez cultiver? Et cette audience va-t-elle fournir les résultats politiques et stratégiques que vous souhaitez? Et je pense que c'est là que nous échouons. Une grande partie de notre discours sur l'engagement politique dans la sphère en ligne est encore dans la première tranche: « Devrions-nous parler de politique sur TikTok? » Je veux dire, ce n'est pas un oui ou un [non]—il n'y a pas de « devrait », les gens « sont ».

Elizabeth: [00:14:46] Oui.

Murad: [00:14:46] La partie B, c'est: « Quel est le message approprié et quel est le public approprié pour ce langage? »

Elizabeth: [00:14:56] Oui. Et ensuite comment, [en] réfléchissant à ce que les campagnes doivent faire, « En quoi est-ce une bonne utilisation de vos ressources? » Ou, « Est-ce une bonne utilisation de vos ressources? »

Je pense que c'est un très bon exemple pour tirer parti de cette idée au sein des répertoires d'information politique: toutes les informations ne sont pas nécessairement égales. Ce n'est pas comme, « Oh, tu as une source supplémentaire? C'est génial! Vous avez un point de mieux que quelqu'un qui n'a pas cette source pour avoir de la richesse [dans votre répertoire], donc vous allez être plus engagé. » Différents types d'informations et différents types de sources d'information peuvent contribuer à différents résultats. Nous savons donc, par exemple—et nous n'avons pas encore beaucoup parlé du rôle des actualités en termes d'information politique—qu'un grand nombre de recherches suggèrent que le contenu traditionnel des actualités, qu'il soit consommé dans un journal ou sur le site web du journal (dans les deux cas), est assez bien lié aux connaissances politiques et à l'apprentissage du système politique et des affaires courantes. Sans surprise . C'est en grande partie ce que le système canadien des médias d'information tente de faire.

Murad: [00:16:01] Oui, dans nos meilleurs jours, c'est ce que nous espérons.

Elizabeth: [00:16:05] Oui. Mais ensuite, des choses comme les médias sociaux sont vraiment excellentes pour mobiliser et engager les gens et amener ceux qui s'intéressent à quelque chose à prendre les prochaines mesures d'engagement politique. Et donc la question pour moi est, eh bien, « A quoi peut servir TikTok? Dans le répertoire d'information politique de quelqu'un, quelles sont les utilités possibles de cet outil? » Et ensuite, « Les acteurs politiques peuvent-ils se brancher là-dessus pour s'assurer qu'ils utilisent efficacement ces outils? »

Murad: [00:16:35] Oui. Donc, à ce point, ce n'est pas à proprement parler, une échelle, non? Parce que ce n'est pas une étape après l'autre. Mais intrinsèquement, dans l'idée d'un dépôt, il y a peut-être un index d'informations sur un sujet donné—quelques gros livres et quelques petits livres, ou quelque chose comme ça. Une chose qui m'intéresse de plus en plus, de manière méta en écrivant sur les choses, c'est l'idée de backstory et de contexte. Ainsi, lorsque vous couvrez une politique le « jour de », [cela signifie que c'est le jour où] le gouvernement dépose une loi, [ou] quelque chose se produit. Il y a l'histoire du « jour de », qui est généralement assez centrée sur la chose elle-même, parce qu'il y a beaucoup d'informations dans la chose elle-même (si tout va bien), et vous devez communiquer tout cela. Mais on peut supposer que votre public, s'il a choisi de lire cet article, a une certaine connaissance du contexte pour comprendre pourquoi c'est important. Ainsi, par exemple, si vous parlez d'une élection et de la crainte d'une ingérence étrangère dans une élection, vous pourriez faire référence à l'élection de 2016 et à WikiLeaks et aux allégations d'ingérence russe, ou que sais-je encore. Et vous ne passerez généralement pas une tonne de temps à expliquer toute l'histoire de la situation parce que, d'une part, même sur Internet, il y a un nombre de mots à respecter. Et vous supposez un certain niveau de familiarité, mais, aussi vous avez maintenant cette sauvegarde, qui est: Wikipedia existe. Pas vrai?

[00:18:18] Il y a quelques années, lorsque je suis arrivé au Canada, je me souviens avoir lu un article (un éditorial que quelqu'un avait écrit) qui affirmait que les journaux canadiens ne passaient pas assez de temps à expliquer, par exemple, qui est le NPD. Il s'agissait d'un exemple très précis: certains organes de presse se contentent d'utiliser l'acronyme « NPD », ils n'épellaient même pas le nom. Il n'y a pas d'historique sur qui [ou] ce qu'est le parti, ce qu'il représente—il y a un certain niveau de connaissances supposées. Et cet éditorial a fait valoir que, en particulier pour les nouveaux Canadiens ou les personnes qui commencent à s'engager sur le plan civique, cela ne leur rendait pas service parce qu'ils ne connaissaient pas les éléments fondamentaux pour s'impliquer dans l'histoire. En fait, je ne suis pas tout à fait d'accord avec ça. Je pense que nous vivons dans un monde où ces informations sont disponibles et en ligne, en particulier si vous cliquez sur plusieurs sources en ligne. C'est comme lorsqu'on cherchait un mot dans un livre qu'on ne connaissait pas au moment où on le lisait; on avait un dictionnaire à la maison et on allait le chercher. Cet engagement [maintenant] est beaucoup plus accessible. Je suppose que ce que je veux dire, c'est: la sténographie—les gens parlent du langage de l'Internet et la sténographie de l'Internet. Vous verrez un mème sur Twitter (ou autre), et vous ne savez pas d'où il vient, mais maintenant il y a un endroit où vous pouvez aller le chercher. Et cela, d'une certaine manière, pourrait permettre aux parties les plus approfondies du référentiel politique et d'information de se concentrer sur ces éléments sans avoir nécessairement besoin de faire tout ce travail contextuel . Parce que [l'information sur l'historique de la question est] maintenant disponible si vous voulez la trouver.

Elizabeth: [00:20:00] Oui, et j'ai même vu dans certains cas des liens se produire. Ainsi, par exemple, La conversation Canada—qui est un organe de journalisme explicatif qui travaille avec des universitaires pour que nous puissions mieux communiquer avec le public, car nous ne sommes pas toujours les plus doués pour cela—a intégré dans son guide de style la mention « inclure des liens vers toutes ces choses différentes pour en expliquer davantage » de sorte qu'il y a toujours une exploitation du réseau dont cette information fait partie. Cette saison de Wonks and War Rooms, nous parlons en fait d'éducation aux médias et d'éducation numérique, et cela s'inscrit exactement dans les idées plus larges des compétences dont vous avez besoin pour pouvoir consommer des informations politiques. Et, dans un contexte de réseau, une compétence essentielle est d'apprendre où aller pour obtenir des informations, pour étayer les choses, pour aller plus loin, pour comprendre les connexions, et pour identifier quand il est important d'aller faire cela et quand vous n'avez pas besoin d'aller faire cela. Donc, je suis vraiment contente que tu en parles parce que je pense que tu as raison. C'est une pièce vraiment importante de ce casse-tête.

Murad: [00:21:10] Oui. [C'est probablement un point de vue cynique, mais] je pense qu'une chose que nous devons accepter [est] que l'engagement politique absolu ou significatif n'est pas le désir de tout le monde. Il y a des gens qui... Il n'y a pas d'absence d'informations sur un grand nombre de sujets avec lesquels les gens pourraient choisir de s'engager. Le côté négatif de tout cela, c'est la culture du «faire ses recherches », n'est-ce pas? La désinformation dans des poches spécifiques de l'internet; les gens qui [sont] anti-vaxx, négationnistes du changement climatique, [ou] qui traitent « faire vos recherches » (cette phrase) comme une sorte de fourre-tout pour, « Vous ne savez pas de quoi vous parlez », même si vous êtes la personne qui a passé des décennies à faire des recherches, à faire réellement les recherches.

Elizabeth: [00:22:11] Bien.

Murad: [00:22:12] Le revers de la médaille est qu'il est certainement vrai que sur de nombreuses questions d'engagement politique, il n'y a pas de pénurie d'informations. Donc, juste un bref exemple: Je couvre l'immigration dans le cadre de mon travail, en partie parce que je suis un immigrant et que je m'intéresse à l'immigration et à la façon dont elle fonctionne au Canada. Il n'est pas difficile de comprendre comment fonctionne le système d'immigration. Il n'est pas difficile de trouver des choses comme des données sur les résultats économiques des immigrants, [et] sur toutes sortes de choses. Cela n'a pas empêché les seigneurs des mèmes de poursuivre leurs activités, ni même les médias plus à droite qui ont une vision particulière de ce domaine politique. Je ne sais pas si ce que j'écris pour expliquer les problèmes, la réalité des données sur l'immigration, va les convaincre. Cela ne veut pas dire que je ne devrais pas le faire, mais je pense que nous devons comprendre les limites de la diffusion d'informations dans l'écosystème si quelqu'un choisit de restreindre son référentiel à sa vision du monde.

Elizabeth: [00:23:25] Oui. Je pense que cela rejoint l'idée de filtrage algorithmique, aussi. Ce que vous avez décrit est un peu lié à l'idée de chambre d'écho et aux choix que nous faisons dans un environnement médiatique où il y a des tonnes de choses. [Dans cet environnement médiatique où les choix sont nombreux,] le nombre de personnes qui disent la chose « A »n'a pas d'importance, [parce que] si vous voulez seulement voir « B », vous pouvez faire en sorte que vous ne voyiez que « B » . [Par exemple,] si vous ne voulez que des vidéos de chats, vous pouvez trouver toutes les vidéos de chats pour remplir votre temps. Il y a des tonnes d'informations là-bas. Mais [l']idée de la bulle de filtre, qui est plus axée sur l'algorithme—et nous avons un épisode entier de la première saison où je parle des différences entre les bulles de filtre et les chambres d'écho avec mon invité. Je pense que c'est un point important parce que le choix joue un rôle tellement important dans l'environnement de l'information à ce stade.

[00:24:18] Cela m'amène parfaitement au sujet suivant que je voulais aborder, à savoir l'une des critiques de cette idée de répertoire d'informations politiques, à savoir que des répertoires plus importants conduisent à ou soutiennent un plus grand engagement politique. Certains chercheurs, dans des études très récentes, ont suggéré que certaines personnes pourraient être capables d'utiliser toutes ces différentes sources à leur avantage et d'être super engagées, mais que d'autres pourraient se sentir extrêmement dépassées. Ils peuvent être moins confiants dans leurs connaissances politiques parce que, tout à coup, ils obtiennent des informations d'un tas de sources différentes, qui disent toutes des choses différentes. Nous avons abordé un peu plus tôt [l'idée que] c'est toujours une information politique, même si elle n'est pas exacte, n'est-ce pas? Cela pourrait donc amener les gens à être moins certains de l'information politique, quelle qu'elle soit, et à être moins confiants pour agir en fonction de cette information, parce qu'ils sont moins certains. Et donc, je me demande ce que vous pensez de ce débat sur la question de savoir si oui ou non plus d'informations politiques—plus de sources dans notre répertoire—est susceptible d'être problématique, potentiellement.

Murad: [00:25:28] Ouais . C'est le problème du découragement, non?

Elizabeth: [00:25:32] Mm hmm

Murad: [00:25:33] Ainsi, pendant l'élection, j'ai vu des personnes que je respecte généralement sur d'autres sujets faire cette déclaration générale: « Est-ce que c'est juste moi, ou la polarisation est pire que jamais? C'est juste moi, ou les médias ne sont plus honnêtes, ou ils n'essaient plus de cacher leur partialité? » Ce à quoi je réponds: « Je ne sais pas quelles informations vous lisez. » Mais, je pense que c'est une partie de cela—c'est cette idée que vous voyez plus de ce qui est là, n'importe quel jour sur Internet, que ce à quoi vous auriez eu accès auparavant. Et parce que vous en voyez plus, vous pouvez voir davantage les différences. Je pense que ça donne l'impression d'être plus polarisé.

[00:26:25] Les foyers familiaux possédant trois journaux n'ont jamais représenté qu'une très petite partie de la population au départ. Les foyers ne possédant qu'un seul ou aucun journal étaient probablement beaucoup plus répandus. Et donc ces gens sortent maintenant dans le monde et voient... Je veux dire, même dans une chambre d'écho—ou peut-être, plus précisément, même dans une bulle de filtre—il est assez difficile de ne jamais voir quelque chose en dehors de celle-ci. Vous pouvez certainement filtrer votre chemin à l'intérieur, mais il va surgir de temps en temps, non? Et la différence entre cela et ce que vous avez l'habitude de regarder vous fera voir plus de polarisation que vous ne le pensiez, car maintenant vous pouvez voir l'autre côté. Donc, en bref, oui, je pense que cela peut avoir cet effet.

[00:27:19] Mais encore une fois, je pense que nous devons nous poser la question peut-être moins optimiste, qui est la suivante: il y a maintenant beaucoup plus de forums pour les gens qui se lèvent et disent, « Oh, tout cela est décourageant. Je ne veux pas m'engager dans cette voie parce que c'est trop polarisé, trop compliqué. Personne ne me dit la vérité. Tout le monde a un angle. » Tu sais, n'importe quoi d'autre. L'un des exemples classiques de cette situation est la question suivante: « Pourquoi personne dans les médias grand public ne signale-t-il ce lien vers un article publié dans un média très grand public? » Il ne s'agit pas de minimiser le problème—il est certain que la surcharge d'informations peut être un problème. Je ne sais pas si c'est une mauvaise chose de demander aux gens de compliquer leur réflexion sur des questions en leur donnant plus d'informations à ce sujet... à l'infinitif . En pratique, oui, tout le monde n'a de la place que pour un certain nombre de choses dans son cerveau, n'est-ce pas? Et je pense que l'une des choses qui se produit—je le fais moi-même avec ma propre consommation de médias d'information—il y a des domaines entiers d'information et, franchement, des parties du monde, où je ne lirai pas grand-chose. Simplement parce que: je dois choisir quelque chose, je dois choisir un ensemble de centres d'intérêt. Et peut-être que c'est une sorte de « consommation des médias », de « formation à l'information » pour aider les gens à comprendre que ce n'est pas grave: vous n'êtes pas un mauvais acteur politique ou un mauvais consommateur de nouvelles si vous faites des choix sur les choses qui vous tiennent à cœur . Dans le cadre de ces choix, il serait bon que les gens lisent beaucoup. Mais, le choix n'est pas mauvais en soi.

Elizabeth: [00:29:05] Oui, je suis d'accord. Et lorsque nous pensons à l'idée même d'être dans une démocratie représentative, nous reconnaissons que tout le monde ne peut pas, ou ne devrait pas, être informé sur chaque chose et être capable de faire chaque choix politique. C'est pourquoi nous élisons des personnes qui font des plongées en profondeur et des commissions qui se penchent sur des questions particulières. Et même là, tous les députés ne sont pas des experts dans tous les domaines. Je suis donc d'accord avec vous: le choix est inévitable et précieux.

[00:29:38] Et cela est lié à une chose dont nous n'aurons pas le temps de discuter (parce que nous avons dépassé le temps imparti), mais je veux signaler à tous ceux qui s'y intéressent qu'il s'agit d'un sujet de réflexion pour l'avenir: l'idée d'un répertoire d'informations politiques n'est peut-être pas statique. À l'heure actuelle, dans le domaine de la recherche universitaire, nous ne disposons pas de beaucoup d'études visant à déterminer si les répertoires d'information politique des personnes évoluent au fil du temps. Mais nous savons que la consommation d'informations augmente pendant les élections, par exemple, ou en période de crise. Et nous savons que les gens ont tendance à être plus engagés politiquement sur les médias sociaux lorsqu'une campagne particulière se déroule ou qu'une action est mise en place. Il est donc raisonnable de penser qu'il peut y avoir des changements dans les types de sources que les gens rencontrent dans leur vie quotidienne, en fonction de choses comme l'actualité, ou peut-être même au fil du temps—au fur et à mesure que quelqu'un se familiarise avec les médias et le numérique, il intègre peut-être différents types de sources à ce moment-là. Mais nous ne le savons pas encore. Je n'ai pas vu les études faites.

Murad: [00:30:48] Oui, et je pense que la constatation ou la statistique que j'ai citée, selon laquelle la plupart des gens obtiennent leurs informations sur Facebook, est pertinente ici, même si nous n'avons pas nécessairement approfondi certaines de ces questions. Il est évident que certains chercheurs travaillent sur ce genre de choses, mais je ne pense pas qu'il y ait une conception populaire de ce que cela signifie. Je pense que nous devons comprendre [que] les plateformes, d'une certaine manière, se sont aplaties. Je pense que cela fait une différence que vous obteniez vos informations d'une page de mèmes ou d'une page de journal sur Facebook, et que nous devons aller plus loin.

Elizabeth: [00:31:26] Oui. Et je pense que ce qui est vraiment important, c'est de remettre en question ce genre de statistiques sur l'endroit où les gens obtiennent leurs informations. Parce que, juste parce que vous obtenez des nouvelles de Facebook ne signifie pas que vous obtenez des nouvelles uniquement via Facebook. Ce n'est pas parce que vous recevez des informations politiques sur TikTok que ce sont les seules informations politiques que vous recevez. Et au moins en ce qui concerne les nouvelles, qui ne sont qu'une tranche de la tarte plus large de l'information politique, le Reuters Digital News Report fait une très bonne étude annuelle. Il existe un rapport spécifique au Canada, ce qui vous permet de voir une ventilation réelle des statistiques sur le nombre de Canadiens qui obtiennent des informations à partir d'une série de sources différentes. J'ajouterai cela dans les notes de l'émission, pour tous ceux que cela intéresse.

J'ai une dernière question pour vous. C'est le quiz pop.

Murad: [00:32:16] Je le redoutais.

Elizabeth: [00:32:19] [Rires] Très bien, donc, nous avons parlé des répertoires d'information politique. Pouvez-vous définir pour moi, en une ou deux phrases, ce que cela signifie?

Murad: [00:32:28] Les répertoires d'information politique—dont je me rends compte maintenant qu'ils ont été appelés dans des référentiels pendant la moitié de cette conversation—sont l'ensemble des sources et des formes de nouvelles, de médias, d'informations, [et] de messages que les gens consomment sur des sujets politiques qui peuvent ou non conduire à un engagement politique.

Elizabeth: [00:32:52] Parfait, oui. Et j'aime que vous ayez spécifiquement parlé de l'actualité et d'autres choses aussi, parce que dans la recherche sur la communication politique, on parle depuis longtemps des répertoires des médias d'information, et c'est une idée insuffisante. Nous devons être capables de penser à l'information politique au-delà des seuls principaux médias . Je suis donc très heureuse que vous ayez inclus cela dans votre définition.

Murad: [00:33:18] Ecoutez, j'ai beaucoup d'amour pour mon industrie, mais nous ne sommes pas toutes les informations du monde.

Elizabeth: [00:33:23] Très bien. Eh bien, merci beaucoup. C'était absolument merveilleux. J'apprécie vraiment que vous preniez le temps.

Murad: [00:33:27] Merci.

Elizabeth: [00:33:31] Voilà, c'était notre épisode sur les répertoires d'information politique. Si vous souhaitez en savoir plus sur les sujets, les concepts et les théories dont nous avons parlé aujourd'hui, rendez-vous sur polcommtech.ca ou consultez les notes de l'émission.


Cette saison spéciale sur les médias et l'éducation numérique est financée en partie par une subvention de connexion du Conseil de recherches en sciences humaines du Canada et par l'Initiative de citoyenneté numérique.


1/9