Radio show microphones

Wonks and War Rooms

clipart1711928.png
RSS Feed Icon_White
Spotify Icon_White
Google Podcasts icon_White.png

Le quatrième pouvoir en réseau avec Sherry Aske

Saison: 2 Épisode: 8

[Veuillez noter que le contenu du balado est traduit de la version originale anglaise]


Sherry Aske, ancienne journaliste multimédia à Radio-Canada, et Elizabeth discutent du quatrième pouvoir et du quatrième pouvoir en réseau. Elles se plongent dans les origines des théories et les divers producteurs d'information qui composent le quatrième pouvoir en réseau. Sherry et Elizabeth réfléchissent également à la dynamique du pouvoir en jeu entre les acteurs du quatrième pouvoir en réseau et à ce que cela signifie pour ceux qui sont entendus dans l'environnement médiatique actuel.


Ressources supplémentaires

  • Cet article de Yochai Benkler (2011), publié dans une revue académique en libre accès, présente le concept de quatrième pouvoir en réseau.

  • Wikipedia fournit une bonne introduction à la notion de domaines du royaume, d'où vient l'idée du quatrième pouvoir.

  • Elizabeth note que Anonymous et WikiLeaks sont des groupes liés au quatrième pouvoir en réseau. Voici un résumé récent des activités d'Anonymous. Benkler discute du rôle de WikiLeaks dans le quatrième pouvoir en réseau dans l'article de journal ci-dessus.

  • Elizabeth mentionne également les épisodes précédents du podcast sur l'environnement médiatique de haut choix et les agencements.

  • Sherry fait référence au Baromètre de confiance Edelman, qui mesure la confiance du public dans les médias d'information.

 

Transcription traduite de l'épisode: Le quatrième pouvoir en réseau avec Sherry Aske


Lisez la transcription traduite ci-dessous ou téléchargez une copie dans la langue de votre choix:



Elizabeth: [00:00:03] Bienvenue à Wonks and War Rooms, où la théorie de la communication politique rencontre la stratégie sur le terrain. Je suis votre hôte, Elizabeth Dubois. Je suis professeure associée à l'Université d'Ottawa, et mes pronoms sont elle/la. Aujourd'hui, j'enregistre depuis le territoire non ensemencé et traditionnel du peuple algonquin. Aujourd'hui, nous parlons du Quatrième pouvoir et du réseau du Quatrième pouvoir avec Sherry. Sherry, pouvez-vous vous présenter, s'il vous plaît?


Sherry: [00:00:25] Oui, je m'appelle Sherry Aske et mes pronoms sont « elle » et « la ». Je suis actuellement conseillère en médias sociaux à la fonction publique fédérale et je travaille à Élections Canada - mais je parle ici en fonction de mon expérience personnelle, et non au nom de mon employeur actuel. Avant de travailler ou de passer à la fonction publique fédérale et de faire du conseil en communications, j'ai passé six ans comme journaliste multimédia à CBC Ottawa, travaillant comme reporter et producteur à la radio, à la télévision et en ligne. Et je suis allée à Carleton, j’ai suivi le Carleton Journalism Program. Je me suis penchée sur les pressions croissantes qui s'exercent sur les salles de presse aujourd'hui, sur la manière dont elles peuvent être viables à long terme et sur la question de savoir si elles en font trop. Et je continue, dans mon temps libre, à m'intéresser de près aux tendances de l'actualité numérique, aux entreprises de médias sociaux et à l'évolution de leurs plateformes, je suppose, pour les médias d'information, ainsi qu'à la manière dont le public interagit avec eux.


Elizabeth: [00:01:33] Incroyable. Je suis très heureuse de vous avoir ici aujourd'hui. Nous parlons du Quatrième pouvoir et du Quatrième pouvoir en réseau, et je pense que votre expérience correspond parfaitement à ce sujet. Alors, tout d'abord, avez-vous déjà entendu parler de l'un ou l'autre de ces termes?


Sherry: [00:01:46] Donc le quatrième pouvoir, on l'a appris à j-school. Juste une compréhension générale de ce que sont les nouvelles? Qu'est-ce que les médias? Comme une sorte de quatrième paire d'yeux sur la sphère politique. Le Quatrième pouvoir en réseau? C'est comme ça que tu l'as appelé? Je pense que le terme lui-même a été couvert, mais je ne... quand je l'entends, je pense juste à, OK, nous allons introduire des choses en ligne. Donc si vous aviez le Quatrième pouvoir à l'origine, il était beaucoup plus ségrégué. Il s'agissait d'un réseau à vitesse d'escargot, qui se contentait de dire « OK, tout le monde est connecté », alors qu'il s'agissait, je suppose, d'une institution qui s'adressait aux gens, [ou] d'une sorte de référence à une communication bidirectionnelle, ou à une communication multidirectionnelle serait même une meilleure façon de le dire... Je ne sais pas si cela correspond à la définition technique, mais c'est ce à quoi je pense. Et je m'excuse auprès de tous les professeurs qui ont pu enseigner ça à un moment donné.


Elizabeth: [00:02:42] Il y a beaucoup d'informations que l'on reçoit pendant qu'on est à l'école. Tout ne reste pas dans la tête. C'est bien. Les profs le savent!


Très bien. Je vais vous donner une sorte de définition académique standard et ensuite nous allons partir de là. Tout d'abord, l'idée du Quatrième pouvoir vient de l'idée de la société d'ordres, qui, à l'époque, étaient l'église, la noblesse et les citadins ou les communes. N'est-ce pas? Et c'est une tradition britannique très ancrée. Et puis quelques autres pays ont leur propre sorte de structures politiques sociales autour d'elle. Et ce qui s'est passé, c'est qu'au fur et à mesure que nos sociétés ont évolué, nous avons continué à utiliser cette idée de succession, mais elle s'est déplacée. Ainsi, les versions modernes de ces domaines sont parfois le législatif, l'administratif et le judiciaire. Ensuite, le Quatrième pouvoir est considéré comme étant la presse ou les médias, c'est-à-dire les individus et les organisations qui font partie de notre système politique, mais qui sont en dehors de sa structure formelle. Et vraiment, c'est cette séparation qui est super essentielle, non?


Nous avons donc l'idée de la liberté de la presse et de la liberté d'expression et l'idée que le Quatrième pouvoir est capable d'être ce canal entre les autres pouvoirs, le gouvernement et le peuple. Qu'il est capable de se mettre à l'écoute du peuple, d'être une sorte de baromètre de l'opinion publique, qu'il est vraiment crucial qu'il demande des comptes au gouvernement, et qu'il est un contrôle du pouvoir et des dirigeants. N'est-ce pas?


Donc, si nous avons l'idée que le Quatrième pouvoir remplit ces fonctions essentielles - demander des comptes, être un baromètre de l'opinion publique, être un canal entre le gouvernement et les citoyens -, le Quatrième pouvoir en réseau remplit également ces fonctions essentielles, mais il est rendu possible par la technologie. Ce qui est très proche de ce que vous décriviez, non? C'est comme la même chose qu'avant. Pareil. Mais ajoutons-y la technologie et maintenant vous faites partie de cette communication en réseau. Super. C'est en partie cela. Mais au-delà de ça, l'idée du Quatrième pouvoir en réseau, c'est qu'il y a un tas de nouveaux acteurs qui arrivent et qui font partie de ce quatrième pouvoir, qui peuvent demander des comptes au gouvernement, par exemple. Les médias d'information traditionnels jouent toujours un rôle, mais il y a aussi les blogs d'information très populaires, le journalisme citoyen et les organisations de la société civile qui sont capables de produire et de diffuser des informations d'une manière qui n'aurait peut-être pas été possible auparavant. Nous avons, vous savez, des blogs ou podcasts partisans et alternatifs, des amateurs qui jouent un rôle plus professionnel en rapportant ce qu'ils voient sur le terrain, et le partage d'informations entre pairs. Ainsi, le Quatrième pouvoir en réseau n'est pas seulement rendu possible par la technologie pour les acteurs traditionnels du type « je suis allé à l'école de journalisme », mais aussi par un ensemble de nouvelles personnes et de nouveaux types d'organisation.


Sherry: [00:05:46] Oui, c'est parfaitement logique. Je pense que l'autre distinction qui est importante ici est quand vous parlez de qui est impliqué dans le réseau, comme vous l'avez mentionné, oui vous avez des blogs de niche et des petits médias ou des médias indépendants. Le pouvoir est moins centralisé. Mais je pense qu'il n'est même pas nécessaire que ce soit une institution - [il peut s'agir] d'un individu. Et corrigez-moi si je me trompe, mais dans cette sphère publique en réseau, un individu est désormais un producteur de contenu et peut maintenant agir d'une manière qu'il ne pouvait pas auparavant, au-delà de l'écriture d'une lettre à un éditeur ou d'une autre forme d'engagement civique, participer à cette sphère publique, ou agir comme le oui sur les autres institutions de l'État.


Elizabeth: [00:06:29] Oui, oui, exactement. Par exemple, le Quatrième pouvoir était très structuré et le nombre de types d'acteurs qui pouvaient y exister était limité. Ils étaient tous liés à une organisation particulière. Et maintenant, ces organisations peuvent continuer à exister, mais nous avons aussi toutes ces personnes qui peuvent entrer et sortir. Ils peuvent être associés à une sorte d'organisation. Il peut s'agir d'individus. Il peut s'agir de collections anonymes de personnes. N'est-ce pas?


Un exemple qui revient sans cesse lorsqu'on évoque l'idée d'un Quatrième pouvoir en réseau est celui d'Anonymous, n'est-ce pas? Le groupe de hackers qui est un collectif de plusieurs personnes différentes. Et cela change avec le temps. Et nous ne savons pas quelle est cette structure organisationnelle à tout moment, mais nous savons qu'ils contribuent à la quantité de connaissances sur ce qui se passe dans notre monde politique et social d'une manière similaire à ce que font les journalistes traditionnels. Ou WikiLeaks, non? Et comme les plateformes de dénonciation qui collectent des informations auprès de nombreuses sources et les diffusent ensuite, souvent via les médias traditionnels également, n'est-ce pas? Comme dans le cas du Quatrième pouvoir en réseau, il y a aussi une interaction entre ces types d'acteurs.


Sherry: [00:07:46] Oui. J'espère que nous allons y venir, mais nous pourrions peut-être parler du fait que, même s'il y a de nouveaux acteurs dans un Quatrième pouvoir en réseau, tous ces acteurs n'ont pas le même pouvoir. Et je pense que c'est un peu un mythe de supposer que le réseau - je ne sais pas comment le dire - mais le Quatrième pouvoir est entièrement en réseau . Car même si tout le monde a la capacité d'être acteur, les intervenants n'ont pas tous le même niveau d'influence. Et je vais peut-être m'avancer un peu, mais j'adore le concept de Quatrième pouvoir en réseau. Je fais juste remarquer qu'il y a quelques défauts. Je vous laisse revenir. Vous dirigez le navire.


Elizabeth: [00:08:32] Oui. Non, j'adore ça. J'adore ça. Et je pense qu'il est absolument essentiel de parler de la dynamique du pouvoir au sein de l'idée de réseau et de quatrième pouvoir. Et vous avez mentionné, vous savez, [que] le réseau n'est pas complètement en réseau. Et je dirais même que c'est essentiel à l'idée d'un Quatrième pouvoir en réseau, non? Nous avons cette idée, qui existe depuis qu'Internet est devenu populaire, que les outils Internet devraient démocratiser les choses, que tout le monde devrait pouvoir contribuer et participer de manière égale. Et, vous savez, en réalité, ce n'est pas ce que fait Internet. L'internet est couramment utilisé pour renforcer les clivages sociaux existants ainsi que les structures de pouvoir et les dynamiques de pouvoir existantes. Et je pense que l'idée d'interaction en réseau, vraiment, nous devons y penser comme étant fondamentalement une distribution dynamique du pouvoir, parce que vous ne voyez pas réellement tout le monde dans un réseau avec la même quantité de pouvoir. En fait, il existe souvent des nœuds très centraux dans un réseau.


Dans la théorie des réseaux, nous parlons de nœuds et d'arêtes, les nœuds étant les individus ou les organisations et les arêtes les relations entre eux. Et cette relation peut consister à partager des informations d'un groupe à un autre. Et ceux qui ont beaucoup de personnes ou d'organisations liées à eux ont plus de pouvoir et ceux qui ont moins de connexions ont moins de pouvoir. Et ce n'est que du point de vue de la « circulation de l'information » . Mais je me demande si ce que tu veux dire ne va pas au-delà de ça. Est-ce aussi le genre de pouvoir qu'offre le fait d'être une marque établie, par exemple?


Sherry: [00:10:23] Exactement. Je suis donc tout à fait d'accord avec ce que vous dites sur les nœuds et sur le fait que les plus gros nœuds ont plus de liens avec plus de personnes. Je pense que vous pouvez également considérer le fait que la simple existence de nœuds signifie que certaines informations ne parviennent pas à d'autres nœuds, ou communautés - si vous voulez utiliser un terme non technique. Mais si l'on considère les journalistes citoyens ou même les petites organisations d'information indépendantes, ceux-ci, s'ils doivent agir en tant qu'acteurs à part entière dans le Quatrième pouvoir en réseau, n'ont parfois pas les mêmes droits qu'un grand acteur ou qu'un acteur établi dans le passé, comme le Toronto Star, le Globe and Mail ou CTV. Ainsi, lorsque vous parlez de choses comme les tribunes de la presse et l'Assemblée législative de l'Ontario, il existe, même au Canada, des assemblées législatives où personne ne peut poser de questions. Ou ils empêchent certaines salles de presse d'entrer. Ou même à l'époque du COVID, il n'y a qu'un nombre limité de questions qui peuvent être posées lors d'une conférence de presse. Et vous n'êtes pas là [physiquement] ; vous ne pouvez pas crier sur le ministre qui parle pendant qu'il passe. Vous n'avez pas le même accès, c'est en gros ce que j'essaie de dire. Alors comment pouvez-vous agir en tant que membre pleinement engagé du Quatrième pouvoir en réseau si vous ne bénéficiez pas de tous les avantages du Quatrième pouvoir traditionnel? Je ne sais pas si je l'ai bien expliqué.


Elizabeth: [00:11:52] Oui, c'est très bien expliqué et cela touche un point vraiment crucial. Il y a cette sorte de tension, je suppose, entre le Quatrième pouvoir établi (le Quatrième pouvoir auquel, vous savez, on nous apprend à croire et à faire confiance) et ces membres potentiels du Quatrième pouvoir en réseau qui, vous savez, n'ont pas nécessairement fait d'école de journalisme ou n'ont pas nécessairement de normes journalistiques à respecter parce qu'ils font partie d'une sorte d'association ou d'organisation et ne sont pas reconnus comme étant le même type de collecteur et de partageur d'informations. C'est vrai?


Et donc cela, je pense, est vraiment intéressant: l'idée de ce que [le] gouvernement perçoit et permet et comment cela filtre dans ce que vous pouvez ensuite faire en tant qu'acteur. Cela me fait également penser à quelque chose dont Yochai Benkler, qui est à l'origine de l'idée du Quatrième pouvoir en réseau, a parlé au début de ses écrits sur cette idée, en 2013 environ. Il parlait de la façon dont les membres du Quatrième pouvoir en réseau, qui sont des journalistes citoyens, des dénonciateurs ou d'autres personnes qui ne font pas partie du Quatrième pouvoir traditionnel, sont peut-être plus en danger parce que les acteurs traditionnels ont l'impression que leur identité, leur rôle, leurs revenus sont potentiellement en danger et qu'ils essaient de pousser ces nouveaux acteurs hors du système. Cela vous semble-t-il vrai? Avez-vous vu cela se produire? Je veux dire, 2013, c'était il y a longtemps. Nous avons eu le temps de voir si cela se produisait ou non.


Sherry: [00:13:47] Oui, c'est un très bon point. Je pense que c'est une crainte que nous entendons encore de temps en temps. Je n'en ai pas fait personnellement l'expérience, mais je parle aussi d'un point de vue privilégié, car lorsque j'étais journaliste, j'étais à la CBC et j'aurais été l'une des personnes qui y avaient accès.


Vous savez, même en appelant quelqu'un pour un article ou une interview, la possibilité de dire « Je travaille pour une organisation de presse bien connue » vous donne un sentiment de crédibilité et de confiance. Cela peut fonctionner dans les deux sens. Cela peut aussi [être un désavantage] si certaines personnes [se méfient des médias, par exemple] les communautés indigènes sont celles qui se méfient des médias. Et il y a certainement des gens qui entendent cela et qui pensent, « Eh bien, je ne vais pas vous parler » ou qui associent des préjugés à différents organismes de presse. Donc je suppose que pour revenir à la question, je ne sais pas si j'aurais été celui qui l'aurait vu. Et donc je ne pense pas pouvoir dire si cela arrive souvent ou non.


Je tiens à souligner un point intéressant qu'il soulève également. Cela ne répond pas à votre question, mais je pense que certaines de ces « protections » , si c'est le bon mot, dont bénéficient les acteurs établis ou les médias traditionnels, s'érodent et se sont érodées au cours de l'année dernière en particulier, ou nous avons certainement vu ce récit [d'érosion]. Peut-être que c'est juste que nous en entendons plus en ce moment. Mais quand vous regardez les élections américaines ou les périodes de protestation, il était autrefois sacré de ne pas être arrêté [en tant que] journaliste, ou de ne pas être soumis à des gaz lacrymogènes. Un autre exemple serait le mois de janvier, avant le début de la pandémie, lorsque des manifestations ont eu lieu à D.C., des barricades ont été érigées, en grande partie par des communautés indigènes, le long des lignes de chemin de fer et le trafic ferroviaire s'est arrêté pendant un certain temps. Certains journalistes ont essayé d'accéder à ces barricades et les autorités locales les ont empêchés de voir ce qui se passait. À l'époque, des voix se sont élevées pour dire: « Vous devez laisser les journalistes entrer, ils doivent avoir accès ». Je pense donc que c'est un exemple de la façon dont on peut voir certaines de ces « protections » qui s'érodent pour une raison ou une autre.


Elizabeth: [00:16:05] Pourquoi pensez-vous que c'est le cas? Qu'est-ce qui a conduit à cette érosion des protections que vous observez?


Sherry: [00:16:11] Je déteste dire Trump et le pointer du doigt, mais je pense que cela en fait partie. C'est juste plus un récit que nous voyons en termes de manque de confiance dans les médias, de manque de respect dans les médias. Et quand je dis Trump, je parle plutôt d'un récit et d'une réalité qui, si vous regardez le dernier Baromètre de confiance Edelman, montre que la confiance dans les médias et le Quatrième pouvoir en général a baissé. Et cela est dû en partie aux personnes qui parlent fort et discréditent différentes organisations en affirmant des choses fausses ou en accusant les médias de mensonges ou de polarisation accrue, ou de partialité, ce que je pense que nous constatons. Et je pense que tout cela joue un rôle.


Elizabeth: [00:17:01] Considérez-vous que ces voix qui remettent en question ce que les médias traditionnels ont dit, les considèrent comme faisant partie du Quatrième pouvoir - ou plutôt du Quatrième pouvoir en réseau?


Sherry: [00:17:13] Je pense qu'ils feraient définitivement partie du Quatrième pouvoir en réseau. Maintenant, je suis en train de repenser à ça. Je veux dire, ils font partie du réseau, sont-ils... Je pense que leur appartenance au Quatrième pouvoir en réseau dépend de ce que l'on considère comme des journalistes ou non. Je pense que la majorité des critiques proviennent de citoyens individuels et de personnalités publiques, par opposition à d'autres organisations de presse, bien que nous en voyions quelques-unes.


Elizabeth: [00:17:39] Certe.


Sherry: [00:17:40] Parce qu'il y a des organismes d'information de gauche et de droite qui désignent d'autres organismes d'information comme diffusant de fausses informations ou des informations erronées ou simplement des récits problématiques. Je pense donc qu'ils sont, je veux dire, ils en font partie, mais ils ne seraient pas tous considérés, je pense, comme faisant partie du quatrième pouvoir. Et ce type de définition se heurte également à un certain nombre de pièges.


Elizabeth: [00:18:02] Absolument. Et nous n'avons pas encore réalisé d'épisode sur l'idée de la sphère publique, mais c'est prévu pour un prochain épisode. Mais personnellement, j'aime penser à notre système politique et journalistique comme à un environnement médiatique plus large avec un tas d'acteurs différents, dont nous pourrions parler comme d'un réseau lui-même si nous le voulions. Nous avons fait un épisode sur les agencements dans la première saison où j'ai parlé de tous ces différents types d'acteurs qui se présentent. Nous avons donc des politiciens, des partis, le gouvernement, des journalistes, des organisations journalistiques, la société civile, des citoyens ordinaires ou des activistes, et toutes ces personnes différentes. Et alors je suppose que la question est de savoir quel groupe de ces types d'acteurs fait réellement partie de l'idée du Quatrième pouvoir en réseau et quels sont les acteurs qui interagissent simplement avec le Quatrième pouvoir en réseau?


Et cela nous amène à la question suivante: « Ok, bien, qui peut faire partie du Quatrième pouvoir en réseau? ». N'est-ce pas? Par exemple, nous avions une définition très claire de qui devait faire partie du Quatrième pouvoir lorsque nous parlions des médias traditionnels - ce sont les organisations journalistiques établies. Ce sont les personnes qui ont fait une école de journalisme et qui ont ensuite obtenu un emploi dans l'une de ces organisations reconnues en tant que média. Exact? Maintenant que nous réfléchissons plus largement à qui doit jouer ces rôles de canal entre le gouvernement et les gens, de baromètre de l'opinion publique, de demander des comptes au gouvernement, faut-il être journaliste pour être considéré comme faisant partie de cette catégorie?


Sherry: [00:19:51] Je pense donc que c'est un très bon point, car vous pouvez y participer sans - et je fais peut-être une distinction bizarre - sans en être un acteur. Je pense donc que ce à quoi Benkler voulait en venir, c'est l'idée que vous avez maintenant une voix que vous n'aviez pas auparavant. Que vous soyez un journaliste citoyen, une organisation d'information indépendante ou un citoyen, l'influence de votre voix varie. Et le pouvoir que cette voix a varie. Alors que dans les médias traditionnels, la seule façon de participer au Quatrième pouvoir était d'être une source (donc un journaliste vient vous voir et vous faites partie de l'histoire) . [Ou encore, vous pouviez écrire une lettre au rédacteur en chef ou envoyer une lettre, je suppose, pour vous plaindre au CRTC si vous n'aimiez pas quelque chose que vous voyiez à la télévision? Alors que maintenant, vous pouvez faire partie du Quatrième pouvoir en tant que commentateur d'un article, [ou] en tant que personne qui le partage, parce que nous sommes tous en quelque sorte nos propres livreurs de journaux qui partagent des articles sur les plateformes de médias sociaux avec nos amis. Ce n'est tout simplement pas le même pouvoir qu'auraient une CBC, une CTV ou un Globe and Mail. Et donc je pense que c'est une façon plus utile de voir les choses: vous en faites partie. Mais nous devons reconnaître que le degré auquel vous en faites partie varie radicalement en fonction de la nature de votre situation.


Elizabeth: [00:21:21] J'aime beaucoup cette explication. Je pense que cela illustre bien la variété des contributions que différents types d'acteurs, différentes personnes apportent au sein de ce système. Alors merci pour ça.


Cela me fait également penser à cette idée de responsabilisation et d'engagement des citoyens. Vous savez, nous parlons beaucoup, dans le contexte démocratique, de l'importance pour les citoyens d'être conscients, connectés et impliqués dans leurs systèmes politiques. Pensez-vous que le Quatrième pouvoir en réseau a permis d'accroître l'engagement des citoyens en général? Vous savez, nous avons parlé spécifiquement du fait qu'il pourrait y avoir des journalistes citoyens qui se lancent dans l'aventure et qui se disent: « Je vais écrire un blog et je vais y consacrer tout mon temps ». Mais je parle plus largement [maintenant].


Sherry: [00:22:11] Donc je suis vraiment déchiré sur ce sujet. Je dirais que je suis à 50/50. Comme 50 % de moi qui dit: « Oui, c'est génial! ». Là où j'ai du mal, c'est que je ne suis pas sûre que parfois les interactions en ligne que nous avons ont la même portée et le même impact que l'engagement civique que l'on peut faire en personne par le biais de sondages, ou en allant à une réunion à l'hôtel de ville, ou en écrivant une vraie lettre, même si c'est un courriel à votre député. Je pense que nous voyons beaucoup de gens participer à des commentaires ou partager leur opinion, que ce soit pour exprimer leur désaccord ou leur soutien, et je pense que c'est important, mais je pense qu'il y a encore des choses qui ont plus de poids. Par exemple, si vous envoyez un courriel à votre représentant local, si vous écrivez une lettre ou si vous assistez à une réunion municipale pour parler de quelque chose qui se passe dans votre communauté et qui vous dérange, qu'il s'agisse de la fermeture ou de l'ouverture d'une route, de la modification des règles de stationnement ou de tout autre sujet. Je pense que cela va plus loin pour montrer aux autres institutions de la société qui ont le pouvoir ce que les citoyens veulent. Et c'est quelque chose qui me dérange toujours, car je pense que nous faisons - et avons toujours fait, je suppose - beaucoup de partage d'opinions, d'appréciation des choses en ligne ou de signature de pétitions en ligne. Et ça ne veut pas dire que ces choses ne comptent pas et ça ne veut pas dire qu'elles ne sont pas importantes. Mais je pense que parfois nous... c'est tout ce que nous faisons et nous pensons que notre travail est terminé.


Elizabeth: [00:23:52] Mm hmm.


Sherry: [00:23:53] Et l'engagement civique, pour moi personnellement, va au-delà du vote. Il ne s'agit pas seulement d'accrocher votre photo de profil pour inclure un arc-en-ciel, ou quelque chose comme ça. Encore une fois, je ne veux pas dire que ces choses ne sont pas importantes et ne sont pas utiles. Ils le sont. C'est juste quoi d'autre? Genre, OK, fais ça, mais qu'est-ce que je peux faire d'autre?


Elizabeth: [00:24:12] Oui. Oui, absolument. Et le « Quoi d'autre? » peut changer en fonction du contexte. Et parfois, ce que vous faites via les médias sociaux est suffisant pour atteindre l'objectif particulier du moment. Mais parfois, il faut faire les choses différemment et cela dépend de l'opinion de qui vous essayez de changer et de la voix que vous voulez faire entendre.


Sherry: [00:24:38] Une autre chose intéressante à laquelle il faut penser - parce que je peux confondre les sujets ici - mais il y a une différence [entre le Quatrième pouvoir et l'engagement citoyen]. Les journalistes ne sont pas des avocats, et le travail du Quatrième pouvoir est, du moins traditionnellement, tel qu'il est enseigné dans les écoles de journalisme (et il y a probablement des discussions en cours, vous savez, « Cela devrait-il changer? », parce que nous revoyons beaucoup de ce que nous enseignons dans les écoles de journalisme maintenant, et à juste titre), mais on nous apprend à faire des recherches, à trouver des faits et à présenter ces faits. On ne nous apprend pas à être des défenseurs de certaines causes. Et je pense que l'autre façon dont la sphère publique en réseau peut rendre cela intéressant est que les citoyens assument ce rôle et parfois les médias de niche et les médias indépendants assument ce rôle.


Elizabeth: [00:25:27] Mm hmm.


Sherry: [00:25:27] Et personnellement, je n'ai pas de problème avec cela, tant que cela est divulgué. Du moment que vous dites, par exemple, « Nous sommes une organisation médiatique qui se bat pour de meilleures protections pour l'industrie du saumon » ou autre. Si vous le dites clairement et que les gens le savent, je n'ai pas de problème avec cela. C'est lorsque ce n'est pas clair, ou que vous vous cachez, ou que vous prétendez être quelque chose d'autre, ou que vous prétendez être impartial, je suppose d'une manière ou d'une autre, que cela commence à me poser un problème. Mais cela montre à quel point le Quatrième pouvoir en réseau devient compliqué, parce que nous avions l'habitude d'avoir des définitions très claires des choses et que tout rentrait dans une certaine boîte, mais dans un Quatrième pouvoir en réseau, cela n'arrive plus.


Elizabeth: [00:26:13] Oui. Il est donc important de se rappeler que cette idée d'un journalisme parfaitement objectif et non biaisé n'est pas une nécessité [dans le sens où] pour être appelé le Quatrième pouvoir, cela n'est pas nécessaire. En tout cas, au Canada, cela a été notre norme. Et dans beaucoup de démocraties occidentales, à ce stade, nous nous attendons à ce que les grands médias soient au moins relativement équilibrés dans leurs reportages, relativement objectifs. Bien sûr, ce sont toujours des humains et ils font toujours des choix basés sur ce qui va attirer l'attention. Et donc imaginer que quelque chose puisse être complètement libre de tout préjugé, je pense que c'est un peu une illusion. Mais nous faisons de notre mieux dans ce monde.

Cependant, il est important de réfléchir à la remarque que vous faites, à savoir que « D'accord, mais nous permettons en fait beaucoup plus de perspectives et beaucoup plus d'opinions peuvent être partagées en utilisant les outils et les tactiques d'un Quatrième pouvoir en réseau ». Et cela signifie que notre environnement médiatique dans son ensemble et le type de système d'information dans lequel nous existons peuvent avoir beaucoup plus. N'est-ce pas? Il y a beaucoup d'autres choix possibles. Et j'ai déjà parlé de l'environnement médiatique de haut choix. Nous n'allons pas aborder ce sujet maintenant, nous n'avons pas le temps, mais ce que vous avez évoqué soulève de nouvelles questions: « Ok, mais à quelles parties de ce Quatrième pouvoir en réseau les gens prêtent-ils réellement attention? ». Et c'est important car si nous pensons que le Quatrième pouvoir est capable de connecter le gouvernement et les gens, quelles parties du gouvernement et quelles personnes sont connectées? S'il s'agit d'un baromètre de l'opinion publique, d'accord, mais quels sous-ensembles de l'opinion publique sont réellement exprimés de telle sorte que le gouvernement y prête attention et lesquels sont peut-être ignorés? Si nous parlons de demander des comptes au gouvernement, quelles sont les parties du gouvernement qui doivent rendre des comptes et de quel point de vue? Exact? En fonction de vos tendances politiques, votre version de l'obligation de rendre des comptes est peut-être différente de celle d'un autre. Ainsi, lorsque nous réfléchissons à ce que le Quatrième pouvoir est censé faire et à la manière dont il le fait, les variations que vous évoquez sont très importantes à comprendre et très difficiles à obtenir.


Sherry: [00:28:48] Totalement vrai. Il y a tellement de choses différentes comme... Oui. Je pense que... [Quand] je parlais de plaidoyer par rapport à, comme vous l'avez dit, ma version de demander des comptes à quelqu'un par rapport à la version de quelqu'un d'autre peut sembler très différente. Je pense que c'est important. Et je pense qu'il est important que nous revoyions ces choses lorsque nous envisageons le Quatrième pouvoir en réseau et ce que nous voulons qu'il soit.


Elizabeth: [00:29:23] Mm hmm. Ouais, fascinant. Et nous pourrions enregistrer pendant beaucoup plus longtemps, mais malheureusement, nous sommes à un moment donné. Donc à la place, je vais changer de vitesse et vous poser une dernière question. Pouvez-vous, avec vos propres mots, m'expliquer ce qu'est le Quatrième pouvoir en réseau?


Sherry: [00:29:42] Oh, mets-moi sous pression! Même si on ne parle que de ça pendant 40 minutes.


Elizabeth: [00:29:46] C'est le quiz pop.


Sherry: [00:29:48] Le quiz pop. Pour ma part, je pense que le Quatrième pouvoir en réseau est le journalisme tel que nous le pratiquons aujourd'hui, par le biais de diverses connexions en ligne ou numériques. Cela inclut un plus grand nombre d'acteurs, y compris les médias traditionnels, les médias de niche, les médias indépendants et les individus. [Et] cela est en partie façonné par les citoyens qui ont désormais un accès accru. C'était très long. Mais je pense qu'il y a deux parties principales, à savoir que vous avez toujours des joueurs, mais vous avez aussi des participants et vous avez un cadre numérique avec un nombre accru de participants, même si leur pouvoir n'est pas égal. Est-ce que ça va?


Elizabeth: [00:30:46] Oui, je pense que c'est génial. Je pense que c'est merveilleux. C'est vraiment bien. Les seules choses que je voudrais ajouter ou modifier: vous avez mentionné le journalisme au début et vous savez, nous n'avons pas vraiment creusé en profondeur ce qu'est le journalisme dans cette conversation. Mais j'ai commencé à parler davantage de la création d'informations et des créateurs d'informations, car le journalisme suppose une formation et une éthique particulières, etc. Et ça ne fait pas nécessairement partie du Quatrième pouvoir en réseau. Elle l'est pour de nombreux acteurs, mais pas pour tous. Et puis...


Sherry: [00:31:24] Cent pour cent.


Elizabeth: [00:31:25] Ok génial, je suis content que ça résonne avec toi. L'autre petite chose que je voudrais ajouter est juste, je suppose, de rappeler ce que le Quatrième pouvoir est censé faire en premier lieu. Et c'est le lien entre le gouvernement et le peuple, le baromètre de l'opinion publique, qui demande des comptes au gouvernement. Mais, oui, votre explication se concentre sur la dynamique du pouvoir, le type d'implication des participants. Tous géniaux. Merci.


Sherry: [00:31:51] Vous êtes les bienvenus.


Elizabeth: [00:31:55] Voilà, c'était notre épisode sur le Quatrième pouvoir en réseau, j'espère qu'il vous a plu. Si vous souhaitez en savoir plus sur ce sujet ou sur l'un des autres concepts ou théories dont nous avons parlé aujourd'hui, rendez-vous sur PolCommTech.ca.

1/9